Intervention du public. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La gratuité des transports en débat : dialogue de sourds à Grenoble

La gratuité des transports en débat : dialogue de sourds à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE VIDÉO – Pour ou contre la gratuité des transports en commun ? Tel était le thème du débat contradictoire organisé par Lahgglo, le 6 avril dernier, dans les locaux de l’Institut de géographie alpine de Grenoble. Objectifs : approfondir la question, en préciser les enjeux et sortir des idées reçues.

 

 

 

Un peu plus d’une cen­taine de per­sonnes avaient fait le dépla­ce­ment ce mer­credi 6 avril pour assis­ter à un débat public sur la gra­tuité des trans­ports, à l’in­vi­ta­tion de Lahgglo (Les Associations des habi­tants du grand Grenoble). Dans le public, ras­sem­blé dans l’am­phi­théâtre de l’Institut de géo­gra­phie alpine, quelques jeunes et bon nombre de têtes grises. À l’en­trée, les arri­vants étaient invi­tés à rem­plir des ques­tion­naires des­ti­nés à recueillir leur opi­nion avant le débat.

 

Pour débu­ter la soi­rée, Lahgglo avait pré­paré une vidéo dans laquelle des pas­sants répon­daient à la ques­tion : « Que pen­sez-vous de la gra­tuité des trans­ports en com­mun ? » Puis Marc Nouvellon, vice-pré­sident de Lahgglo, en a pré­senté les enjeux avant que ne com­mence véri­ta­ble­ment le débat contra­dic­toire, à quatre voix, animé par Paul Turenne, jour­na­liste de Place Gre’net.

 

Résumé en images…

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

« Nous avions besoin d’approfondir la question »

 

 

Quelles sont les prin­ci­pales rai­sons qui incitent des élus à ins­tau­rer la gra­tuité des trans­ports ? Tout d’a­bord, la dimen­sion sociale. Il s’a­git notam­ment de don­ner à cha­cun la pos­si­bi­lité de pou­voir se dépla­cer et ce, quels que soient ses moyens finan­ciers. Vient ensuite l’é­co­lo­gie. La gra­tuité est cen­sée atti­rer les auto­mo­bi­listes afin d’at­té­nuer les nui­sances urbaines impu­tables à la voiture.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Enfin, la moti­va­tion éco­no­mique : mieux ren­ta­bi­li­ser les équi­pe­ments de trans­ports publics, amé­lio­rer l’ac­ces­si­bi­lité des centres-villes sou­vent engor­gés par la cir­cu­la­tion et ainsi réduire la part des inves­tis­se­ments routiers.

 

« Au sujet des dépla­ce­ments et notam­ment de la gra­tuité des trans­ports, nous étions quelques-uns au sein de Lahgglo à avoir des sen­si­bi­li­tés dif­fé­rentes […]

 

Nous avions besoin d’ap­pro­fon­dir la ques­tion, d’en pré­ci­ser les enjeux pour sor­tir des idées reçues », expose Marc Nouvellon. C’est la rai­son pour laquelle un groupe de tra­vail a été consti­tué et a pro­duit, cou­rant octobre 2015, un memento : « Transports en com­mun : et si on par­lait gra­tuité ? » Ce docu­ment, « qui n’a pas la pré­ten­tion de l’ex­haus­ti­vité », dixit le vice-pré­sident, pro­pose, outre un état des lieux en France et à l’é­tran­ger, d’ex­plo­rer les grands enjeux liés à la pro­blé­ma­tique de la gra­tuité des trans­ports. De là à l’i­dée d’or­ga­ni­ser un débat contra­dic­toire, il n’y avait plus qu’un pas à franchir…

 

 

 

Un débat équilibré : deux “pour”, deux “contre”

 

 

Quatre inter­ve­nants étaient invi­tés à s’ex­pri­mer sur les moti­va­tions pré­si­dant à la mise en place de la gra­tuité des trans­ports ainsi que sur l’é­ten­due de son péri­mètre. Mais pas seule­ment. L’incidence sur la fré­quen­ta­tion ainsi que le report modal ont éga­le­ment été abor­dés. Enfin, au plan finan­cier, les débat­teurs ont tenté de répondre à cette ques­tion : la gra­tuité débouche-t-elle for­cé­ment sur un accrois­se­ment des impôts locaux ?

 

Au premier plan Isabelle Métral, au second plan Antoine Di Giaccio. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Isabelle Métral (à droite) et Antoine Di Ciaccio. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Dans le camp des “pour” : Isabelle Métral, membre du col­lec­tif Pour la gra­tuité des trans­ports publics dans l’agglomération gre­no­bloise, et Antoine Di Ciaccio, conseiller muni­ci­pal de Cuges-les-Pins, com­mune du Pays d’Aubagne et de l’Étoile. Ce der­nier était vice-pré­sident de la  Communauté d’ag­glo­mé­ra­tion d’Aubagne lorsque la col­lec­ti­vité a ins­tauré la gra­tuité totale des trans­ports en com­mun en 2009.

 

Les “contre” étaient repré­sen­tés par Nathalie Teppe, pré­si­dente de l’Association pour le déve­lop­pe­ment des trans­ports en com­mun, voies cyclables et pié­tonnes de la région gre­no­bloise (ADTC), et Jean Sivardière, vice-pré­sident de la Fédération natio­nale des asso­cia­tions d’u­sa­gers des trans­ports (FNAUT).

 

 

 

« La gratuité induit une meilleure utilisation de l’argent public »

 

 

« Pour nous, la gra­tuité des trans­ports, c’é­tait liberté, éga­lité et… gra­tuité », lance Antoine Di Ciaccio, en ouver­ture de la pre­mière par­tie du débat por­tant sur la confron­ta­tion des argu­ments pour ou contre. « La gra­tuité s’est ins­tau­rée dans le cadre d’une poli­tique glo­bale des dépla­ce­ments, il n’y avait pas “que” la gra­tuité », insiste-t-il, fai­sant réfé­rence à ce qui a été ins­tauré à Aubagne. Et de citer le slo­gan de l’é­poque, invi­tant à la convi­via­lité : « La gra­tuité, c’est simple comme le bon­jour que l’on dit au chauf­feur quand on monte. » L’élu l’as­sure, la gra­tuité n’est pas « le cache-misère d’un réseau défaillant mais elle se conjugue avec la qua­lité du réseau ».

 

De gauche à droite : Antoine Digiaccio, Isabelle Métral, Nathalie Teppe et Jean Sivardière. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Antoine Di Ciaccio, Isabelle Métral, Nathalie Teppe et Jean Sivardière (de gauche à droite). © Joël Kermabon – Place Gre’net

Il en veut pour preuve que les usa­gers se sont révé­lés satis­faits à 80 % du point de vue du confort, de la qua­lité et de la sécurité.

 

« La gra­tuité a généré de nou­veaux usa­gers, aug­menté la fré­quence et la mobilité. »

 

De quoi aussi se réjouir des éco­no­mies engen­drées. « Un voyage coû­tait quatre euros à la com­mu­nauté d’ag­glo­mé­ra­tion, aujourd’­hui il lui en coûte 1,90 euro. Je pense que la gra­tuité a induit une meilleure uti­li­sa­tion de l’argent public », sou­ligne l’élu. Mais son constat ne se limite pas à des consi­dé­ra­tions mesu­rables. Le conseiller muni­ci­pal évoque aussi un droit fon­da­men­tal, plé­bis­cité par les jeunes et les per­sonnes âgées : « Nous sommes très jaloux du droit de nous dépla­cer en toute liberté. C’est un droit fon­da­men­tal dans notre société », conclut-il.

 

 

 

La tarification sociale, une vraie solution ?

 

 

Pour Nathalie Teppe, pré­si­dente de l’ADTC, le dis­cours pour la gra­tuité est légi­time mais il est décon­necté de la réa­lité des usa­gers des trans­ports en com­mun. « Quand on les inter­roge, ils réclament un ser­vice plus rapide, plus fré­quent, de plus grandes ampli­tudes horaires, une des­serte amé­lio­rée, davan­tage de confort et de capa­cité aux heures de pointe… La tari­fi­ca­tion vient en der­nier », énonce-t-elle.

 

Au micro : Nathalie Teppe. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Nathalie Teppe (au centre). © Joël Kermabon – Place Gre’net

Selon elle, les usa­gers réclament des tarifs modé­rés mais pas la gratuité.

 

« On n’a pas besoin de la gra­tuité pour garan­tir l’ac­cès de tous aux trans­ports. Avec la tari­fi­ca­tion sociale, telle qu’elle est pra­ti­quée à Grenoble, nous n’a­vons pas les mêmes retours qu’à Aubagne », tacle-t-elle. En effet, pour l’ADTC, la tari­fi­ca­tion sociale est une vraie solution.

 

 

Et de men­tion­ner la récente ini­tia­tive du Syndicat mixte des trans­ports en com­mun (SMTC) éta­blis­sant un sys­tème de gra­tuité durant trois mois pour les primo-arri­vants à Grenoble. Par ailleurs, Nathalie Teppe est convain­cue que la gra­tuité n’in­té­resse pas les auto­mo­bi­listes. « Les gens prennent leur voi­ture bien sou­vent parce que les trans­ports en com­mun ne sont pas per­ti­nents pour eux », déclare-t-elle. Selon la pré­si­dente, la gra­tuité est coû­teuse – il faut lui trou­ver une com­pen­sa­tion finan­cière – et elle ne garan­tit pas, à elle seule, l’aug­men­ta­tion de la fré­quen­ta­tion du réseau.

 

 

 

Objectif écologique de la gratuité : un échec complet pour ses détracteurs !

 

 

C’est à par­tir d’une enquête qu’il a réa­li­sée que s’ex­prime Jean Sivardière, vice-pré­sident de la FNAUT. S’intéressant aux moti­va­tions des villes ayant adopté la gra­tuité avant de l’a­ban­don­ner dans un second temps, il fait part de ses obser­va­tions pour étayer son oppo­si­tion. « La gra­tuité n’est pas néces­saire », assène-t-il. Dans la plu­part des cas, si l’ob­jec­tif social est atteint – les plus pauvres ont accès aux trans­ports – il aurait pu l’être autre­ment. Notamment en met­tant en place une tari­fi­ca­tion sociale ou solidaire.

 

On ne peut pas en dire autant de l’ob­jec­tif éco­lo­gique, selon lui. « Il n’est abso­lu­ment pas atteint, c’est un échec com­plet ! La gra­tuité n’at­tire pas l’au­to­mo­bi­liste », rap­porte le vice-pré­sident, rejoi­gnant en cela l’a­vis de Nathalie Teppe. Et pour ce qui est de l’é­co­no­mie ? L’échec est éga­le­ment patent, à l’en croire : « Les centres-villes res­tent tou­jours aussi asphyxiés qu’au­pa­ra­vant et néces­sitent tou­jours plus de tra­vaux rou­tiers pour y faire face. » Ajoutez à cela le pla­fon­ne­ment de la crois­sance du tra­fic et une fré­quen­ta­tion qui stagne.

 

 

 

Quelles conséquences sur le report modal ?

 

 

Quelle est l’in­ci­dence réelle ou sup­po­sée de la gra­tuité des trans­ports sur le report modal ? Peut-elle l’aug­men­ter signi­fi­ca­ti­ve­ment ? « Nous avons un exemple élo­quent à Grenoble de l’ef­fet sur le report voiture/transports en com­mun avec le CEA qui a décidé d’aug­men­ter le rem­bour­se­ment de l’abon­ne­ment Soleil de ses sala­riés à hau­teur de 85 % », explique Isabelle Métral du Collectif pour la gratuité.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Des résul­tats par­lants, rap­porte-t-elle : 1.400 reports modaux ont en effet été enregistrés.

 

Quant aux cyclistes ou aux pié­tons, le constat n’est pas le même. « C’est un choix déli­béré de leur part et il n’y a pas de cor­ré­la­tion évi­dente. Il en est de même pour les mar­cheurs qui ne pren­dront pas le bus au seul motif qu’il serait gra­tuit », argumente-t-elle.

 

Dans la même veine, Antoine Di Ciaccio estime pour sa part, non sans satis­fac­tion, que le « trans­fert modal s’est accru de 35 % », depuis la mise en place de la gra­tuité des trans­ports dans la com­mu­nauté d’ag­glo­mé­ra­tion d’Aubagne.

 

 

 

La gratuité pour qui, pour quand et pour où ?

 

 

La seconde par­tie de la soi­rée a été consa­crée aux inter­ven­tions du public, aux posi­tions le plus sou­vent très tran­chées. « Dans la gra­tuité, ce qui m’in­té­resse c’est pour qui, pour quand et pour où », lance un par­ti­ci­pant. Pour ce der­nier, peut-être serait-il mieux de mettre en place une gra­tuité pro­gres­sive, en atten­dant que le réseau soit équi­li­bré afin que tous les habi­tants de la Métropole puissent béné­fi­cier d’une solution.

 

Le public intervient. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le public inter­vient. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Une étu­diante est quant à elle reve­nue sur le report modal en évo­quant la gra­tuité totale ins­tau­rée lors des pics de pol­lu­tion. A‑t-on  enre­gis­tré un trans­fert signi­fi­ca­tif vers les trans­ports en commun ?

 

Jean Sivardière s’est mon­tré for­mel : « Il n’y a pas de report modal induit par la gra­tuité lors d’é­pi­sodes de pol­lu­tion. En outre, je trouve injuste qu’on offre le trans­port gra­tuit aux auto­mo­bi­listes qui pol­luent ! »

 

Et Nathalie Teppe de l’ADTC d’en­fon­cer le clou : « Les seuls reports mas­sifs que j’ai consta­tés, c’est lors­qu’il pleut et que les cyclistes se rabattent sur les bus ou les tram­ways. »

 

Le but de Lahgglo était de per­mettre à cha­cun de se faire une idée sur la ques­tion, sans inter­ve­nir dans le débat. Objectif atteint. Et si par­ti­sans et détrac­teurs ne se sont pas dépar­tis de leurs pos­tures res­pec­tives au cours de la soi­rée, peut-être ont-ils pu pour­suivre l’échange dans le tram… un billet com­posté à la main.

 

 

Joël Kermabon

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Contrepartie à l'élargissement de l'A480 dans la traversée de Grenoble, une voie réservée au covoiturage sera mise en œuvre à l'été 2020 en amont.
La voie réservée au covoiturage sur l’A48 prête pour l’été 2020 : les contreparties à l’élargissement de l’A480 en bonne voie ?

  EN BREF - La voie dédiée au covoiturage sur l'A48 au nord de l'agglomération grenobloise sera mise en place l'été prochain. C'est ce qu'a Lire plus

Des mesures pour la circulation sur le réseau TAG et l'accès aux commerces avant les fêtes
Transports publics dans l’agglomération grenobloise : la difficile équation entre contraintes économiques et mobilité des soignants

  FOCUS – La décision de réduire un peu plus l'offre de transports publics dans l'agglomération grenobloise pour cause de crise sanitaire et financière fait Lire plus

Transports en commun : le candidat Éric Piolle propose, cette fois, la gratuité… le week-end

DÉCRYPTAGE - Le collectif autour de la candidature d'Éric Piolle Grenoble en commun dévoile ses premières orientations en matière de mobilité. Avec, à la clé, Lire plus

Nouveaux itinéraires, nouveaux services... et crise sanitaire : rentrée chargée pour le Smmag
Le SMMAG, syndicat mixte des mobilités intégrant Métro, Grésivaudan et Pays voironnais, verra le jour au 1er janvier 2020

  DÉCRYPTAGE - À compter du 1er janvier 2020, le SMTC deviendra SMMAG, pour Syndicat mixte des mobilités de l'aire grenobloise. Une nouvelle entité régulatrice Lire plus

Flash Info

|

14/06

16h51

|

|

14/06

16h12

|

|

14/06

14h40

|

|

14/06

11h40

|

|

12/06

16h21

|

|

11/06

15h36

|

|

11/06

10h06

|

|

11/06

9h34

|

|

09/06

19h27

|

|

08/06

18h19

|

Les plus lus

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

À voir| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Culture| Grenoble Calling, une « histoire orale » du punk (et des punks) à Grenoble, des années 80 à nos jours

Abonnement| Régionales 2021 : la liste « Agir pour ne plus subir » souhaite faire entendre la voix des musulmans lors des élections

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin