Adieu “Isère Magazine”, bonjour “Isère Mag” !

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – Le journal du Conseil départemental de l’Isère vient de connaître une cure de jouvence. Relooké, rafraîchi de fond en comble, son nom aussi Isère Mag fait plus jeune. Jean-Pierre Barbier, président (LR) a voulu tourner définitivement la page de l’ancienne parution Isère magazine, où l’un de ses prédécesseurs, André Vallini (PS) avait fait le choix d’être particulièrement visible…

 

 

 

NouveauMagazineCreditSeverineCattiaux

C’est au tra­vers  de ce nou­veau sup­port que le conseil dépar­te­men­tal et sa majo­rité de droite entendent désor­mais com­mu­ni­quer sur leur poli­tique, auprès des 1,22 mil­lion d’Isérois. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

A la « Une » du tout pre­mier numéro d’Isère mag, une jolie wor­king-girl en cos­tume, che­veux au vent, sou­le­vant un hal­tère… Le ton est donné ! Le nou­veau maga­zine du Conseil dépar­te­men­tal, dirigé désor­mais par une majo­rité Les Républicains (LR), veut mar­quer sa dif­fé­rence…

 

Style plus pun­chy, maquette plus aérée et moderne, for­mat plus petit, articles moins longs, pagi­na­tion revue (56 pages contre 48 pages aupa­ra­vant), titres inci­sifs, pho­tos plus nom­breuses…

 

« Et le reloo­kage per­met de sub­stan­tielles éco­no­mies : 25.000 euros de moins pour chaque numéro. C’est notre constante : faire mieux avec moins », se féli­cite Jean-Pierre Barbier, pré­sident LR du Conseil dépar­te­men­tal. Et d’a­jou­ter, d’un air amusé : « On fera le pro­chain numéro moins rose ! ».

 

Changement de pério­di­cité éga­le­ment pour le nou­veau venu… L’ancien Isère maga­zine était men­suel. Isère mag sera bimes­triel (tous les deux mois). Des hors-séries thé­ma­tiques paraî­tront éga­le­ment.

 

Nul doute que les Isérois vont être sur­pris ! Un temps de prise en main sera néan­moins néces­saire pour les 583.000 foyers qui rece­vront, très pro­chai­ne­ment, ce tout pre­mier numéro d’Isère Mag flam­bant neuf.

 

 

 

« C’est le côté audacieux qui nous a plu »

 

 

Une lec­trice assi­due d’Isère Magazine lâche : « Je dois recon­naître que j’aimais beau­coup l’ancienne for­mule… » Inversement, d’autres s’en étaient las­sés et depuis fort long­temps.

 

VeroniqueGranger2CreditSeverineCattiaux

Véronique Granger, rédac­trice en chef d’Isère Magazine et désor­mais d’Isère Mag, pré­sente la nou­velle for­mule au Club de la Presse de Grenoble. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Il faut se rendre à l’évidence, « Isère Magazine avait vieilli, il n’avait pas bougé depuis quinze ans. Cela deve­nait urgent de le revoir… sachant que, dans la presse, les for­mules changent tous les trente mois envi­ron », rap­pelle Manuel Poncet, res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion, dont l’une des mis­sions était pré­ci­sé­ment de dépous­sié­rer le jour­nal.

 

Pour opé­rer ce virage, une consul­ta­tion dite « simple » a été lan­cée. Une quin­zaine de réponses sont arri­vées de toute la France. Trois offres « de grande qua­lité » en sont res­sor­ties. Et c’est fina­le­ment un Grenoblois, Matthieu Burgio, de la société Matt design, qui a rem­porté le pro­jet.

 

 

ManuelPoncetEtRichardMarchandCreditSeverineCattiaux

Manuel Poncet, direc­teur de la rédac­tion, et Richard Marchand, direc­teur de la publi­ca­tion d’Isère Mag. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« Ce qu’il pro­po­sait était mieux ! Et deux fois moins cher : 7.000 euros contre plu­tôt 15.000 pour les autres pro­po­si­tions », com­mente le res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion.

 

L’équipe rédac­tion­nelle com­po­sée de cinq jour­na­listes et de deux pigistes a bien entendu par­ti­cipé à l’ac­tua­li­sa­tion des rubriques, for­mats, etc. et au choix de la nou­velle maquette. Véronique Granger, rédac­trice en chef d’Isère Magazine et désor­mais d’Isère Mag est ravie : « C’est le côté auda­cieux de cette maquette qui nous a plu. »

 

 

 

« On va insuffler davantage de positif »

 

 

Quant au contenu, il a lui aussi pro­fon­dé­ment été revi­sité, avec un souci de lisi­bi­lité affirmé. Le som­maire, quelque peu flot­tant dans l’an­cienne for­mule, fait désor­mais appa­raître trois blocs dis­tincts : “l’Isère avance”, “Les échap­pées belles” et “Ensemble”.

 

PremiersLecteursIsereMagCreditSeverineCattiaux

Les membres du Club de la presse découvrent le nou­veau maga­zine. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Autre exemple : tan­dis que l’ancienne rubrique « 30 jours en Isère » pré­sen­tait pèle mêle l’ac­tua­lité, dans le nou­veau maga­zine, une orga­ni­sa­tion chro­no­lo­gique a été pré­fé­rée : « Ça s’est passé, ça se passe, ça va se pas­ser. »

 

Enfin, et sur­tout… s’a­gis­sant du fond, l’accent sera porté… sur l’économie dans les ter­ri­toires. « La volonté est d’être plus proche de l’économie. La soli­da­rité et les asso­cia­tions étaient sur-repré­sen­tées. Il y en aura tou­jours, mais il fal­lait retrou­ver un juste équi­libre », explique Manuel Poncet.

 

Rebondissant sur une remarque concer­nant la pré­sence « forte » dans le maga­zine d’un ancien pré­sident (André Vallini, pour ne pas le nom­mer), le direc­teur de la rédac­tion met les points sur les i : « Le pré­sident Barbier n’a pas de vel­léité à être sur toutes les pages ! On n’est pas là pour faire de la pro­pa­gande. Quand on en fait trop, on est contre-pro­duc­tif… »

 

Véronique Granger donne, à son tour, quelques indi­ca­tions sur la teneur des conte­nus : « On va insuf­fler davan­tage de posi­tif, par­ler encore plus des inno­va­tions… Depuis quelques années, beau­coup de thèmes, pré­sen­tés dans le maga­zine, étaient assez déses­pé­rants, por­tant sur les coupes bud­gé­taires… »

 

Valoriser tous les ter­ri­toires de l’Isère de manière équi­table res­tera tou­te­fois l’une des grandes ambi­tions d’Isère mag, au moins aussi impor­tante que celle de « rendre compte de ce qui est fait des deniers publics : c’est le rôle d’un jour­nal de ser­vice public ! », estime Manuel Poncet.

 

 

Séverine Cattiaux

 

 

 

Révolution numérique en préparation… avec iseremag.fr

 

RichardJuillet2RedacteurEnChefIsereMag.frCreditSeverineCattiaux

Richard Juillet, rédac­teur en chef d’iseremag.fr et jour­na­liste à Isère Mag. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Si la nou­velle ver­sion du site isere.fr sera dévoi­lée en juin 2016, un nou­veau site inter­net Iseremag.fr est d’ores et déjà en ligne depuis lundi 22 février. Son rôle ? Entre chaque paru­tion du maga­zine, dont le contenu sera éga­le­ment sur le net, le site sera actif – contrai­re­ment à sa ver­sion pré­cé­dente… « Nous en étions encore à Jurassik park ! », lance Richard Juillet,  jour­na­liste d’Isère Mag et désor­mais rédac­teur en chef d’iseremag.fr.

 

A savoir aussi que les articles, vidéos, dia­pos-pho­tos, etc. du futur site seront sys­té­ma­ti­que­ment relayés sur le fil Tweeter. Les tweets (autre­ment dit des textes très courts en 140 signes conte­nant des liens vers le net) seront gérés par Laurence Chalubert, can­ton­née jusqu’ici aux pages Culture du jour­nal, qui devient aussi com­mu­nity mana­ger.

 

Construit avec le logi­ciel open source Drupal, le nou­veau site ne sera pas très oné­reux, pré­cise le rédac­teur en chef.

 

 

 

commentez lire les commentaires
6991 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. BONJOUR,
    Habitant SEYSSINET Rue Georges Maeder, je suis très déçue de ne pas avoir eu votre
    1er numéro qui n’a pas été dis­tri­bué sur la rési­dence le VAUBAN
    Il sem­ble­rait que la dis­tri­bu­tion soit très fan­tai­siste, une fois je te vois, une fois non…
    Pourriez-vous SVP faire reme­dier à cela et me faire par­ve­nir le 1er numéro d’Isère mag.
    Cordialement

    sep article
  2. Merci pour cet article ! 🙂
    J’ai été éton­née, et je trouve dom­mage que les asso­cia­tions n’aient plus de place (pas une seule n’est men­tion­née dans cette 1ere édi­tion il me semble).

    J’aimais bien l’an­cienne édi­tion, colo­rée et gaie, celle là ne donne pas envie d’être lue : on dirait un maga­zine tech­nique ou d’é­co­no­mie.

    sep article
  3. Vouloir mettre en avant les actions éco­no­miques du dépar­te­ment, c’est assez bizarre au moment où cette col­lec­ti­vité doit ces­ser son action dans ce domaine, à la suite de la refonte des com­pé­tences des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales !

    sep article
  4. « On va insuf­fler davan­tage de posi­tif » …
    Etre plus prêt de l’é­co­no­mie, ça veut dire expli­quer les éco­no­mies faites sur le sec­teur social ? plus ou qua­si­ment plus d’é­du­ca­teurs de rue, vidage des hôtels où étaient accueillies des familles étran­gères, plus d’argent pour ces mêmes familles et tant pis si elles ont de très jeunes enfants. Où en est le RSA ?
    Le ser­vice Aide sociale à l’en­fance quasi inexis­tant, plus aucune sub­ven­tion pour les asso­cia­tions « déviantes » etc etc etc
    C’est vrai, le conseil dépar­te­men­tal pourra par­ler d’é­co­no­mies et du prix de ce nou­veau jour­nal et du nou­veau site.
    Chacun a ses prio­ri­tés … « insuf­fler du posi­tif », en mas­quant la pau­pé­ri­sa­tion accrue d’une par­tie de la popu­la­tion.

    sep article