Solidarauto 38 : le garage solidaire met les gaz en 2016

sep article

EN BREF – Après avoir connu des moments difficiles, le garage solidaire SolidarAuto 38 – géré par l’association du même nom à Échirolles – relève la tête et s’inscrit même dans de nouveaux projets à l’échelle nationale.

 

 

 

SolidarAuto 38 a su négo­cier un virage dif­fi­cile. Alors que l’an­née 2015 s’é­tait ouverte sur une baisse signi­fi­ca­tive des dons de véhi­cules, qui nui­sait natu­rel­le­ment à son acti­vité, ce début d’an­née 2016 semble net­te­ment plus sou­rire à l’as­so­cia­tion. Si rien n’est évi­dem­ment gagné, l’opé­ra­tion de com­mu­ni­ca­tion appe­lant aux dons de voi­tures d’oc­ca­sion, menée à par­tir de juin 2015, a très net­te­ment porté ses fruits.

 

Atelier Solidarauto

SolidarAuto 38 emploie six tech­ni­ciens qua­li­fiés en CDI à plein temps. DR

 

Fondé en 2013 à l’i­ni­tia­tive du Secours catho­lique et sou­tenu par de nom­breux par­te­naires dont les col­lec­ti­vi­tés locales, le garage soli­daire SolidarAuto 38 d’Échirolles pro­pose aux per­sonnes les plus modestes les mêmes pres­ta­tions qu’un garage tra­di­tion­nel pour des sommes évi­dem­ment infé­rieures. Il emploie aujourd’­hui en CDI et à temps plein six tech­ni­ciens qua­li­fiés pour s’oc­cu­per des véhi­cules, les autres tâches – notam­ment l’ac­cueil et la com­mu­ni­ca­tion – étant effec­tuées par des béné­voles.

 

 

 

Réduire la « fracture mobilité »

 

 

« L’idée d’un garage soli­daire est venue d’une réflexion menée sur les pro­blèmes liés à la mobi­lité pour les per­sonnes en dif­fi­culté. Des pro­blèmes qui appa­rais­saient notam­ment dans les bud­gets des micro­cré­dits sociaux [cré­dits accor­dés aux per­sonnes exclues du sys­tème ban­caire clas­sique, du fait de reve­nus trop faibles, ndlr] », explique Guy Labrunie, pré­sident de l’as­so­cia­tion SolidarAuto 38.

 

« Les sta­tis­tiques montrent que 70 % du bud­get du micro­cré­dit social va vers la voi­ture, notam­ment vers son achat. D’où l’i­dée de réduire le pro­blème en met­tant en place des solu­tions de mobi­lité à des coûts moindres. » Réduire, en somme, ce que le Secours catho­lique nomme la « frac­ture mobi­lité », dans un rap­port sta­tis­tique de 2014 pré­sen­tant des don­nées et un état des lieux par­ti­cu­liè­re­ment criants.

 

Ainsi, sur pré­sen­ta­tion d’une attes­ta­tion de quo­tient fami­lial ou par l’in­ter­mé­diaire d’un tra­vailleur social, les per­sonnes aux reve­nus les plus faibles peuvent faire révi­ser ou répa­rer leur véhi­cule. Voire en ache­ter un d’oc­ca­sion, garanti trois mois, carte grise et plaques offertes.

 

 

 

Un réseau national SolidarAuto

 

 

Mais 2016 s’ouvre éga­le­ment sur un nou­veau pro­jet : la mise en place d’un réseau natio­nal de garages soli­daires, sur le modèle des deux SolidarAuto déjà exis­tants. Car si nous insis­tons sur le “38” du Solidarauto d’Échirolles, c’est qu’il existe éga­le­ment un Solidarauto 49 situé à Angers, dans le Maine-et-Loire. Et ce n’est évi­dem­ment pas une coïn­ci­dence.

 

Logo Solidarauto 49

SolidarAuto existe aussi dans le Maine-et-Loire.

« Dans les deux cas, ce sont des garages qui se sont faits sous l’é­gide du Secours catho­lique, qui a déposé la marque SolidarAuto, pré­cise Guy Labrunie. Et comme nous avons envie que ce modèle éco­no­mique se déve­loppe en France, nous lui avons pro­posé ce pro­jet. »

 

L’idée sera donc de per­mettre la nais­sance de garages soli­daires SolidarAuto sur l’en­semble du ter­ri­toire natio­nal, cha­cun por­tant en exten­sion le numéro de son dépar­te­ment. Mais pour­quoi un réseau natio­nal ?

 

 

« D’une part, appar­te­nir à un réseau, cela apporte une image de marque. Pour cela, il fau­dra évi­dem­ment res­pec­ter les mêmes valeurs, en sous­cri­vant notam­ment à une charte. D’autre part, un réseau per­met de déve­lop­per des rela­tions beau­coup plus struc­tu­rées avec des four­nis­seurs, ainsi que des par­te­na­riats, et pour­quoi pas des mécé­nats, au niveau natio­nal ! », déve­loppe avec enthou­siasme le pré­sident de SolidarAuto 38.

 

Avant de pré­ci­ser qu’à l’heure actuelle une dou­zaine de pro­jets est déjà sus­cep­tible de voir le jour grâce à la créa­tion de ce réseau natio­nal SolidarAuto, dont un par­ti­cu­liè­re­ment avancé à Rouen. Bientôt un SolidarAuto 76 en acti­vité ? L’année 2016 nous le dira.

 

 

Florent Mathieu

 

 

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
3832 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.