Caroline Guiela Nguyen, metteure en scène de la cie Les Hommes approximatifs. © Jean-Louis Fernandez

Caroline Guiela Nguyen : “En groupe, le théâtre est plus fort !”

Caroline Guiela Nguyen : “En groupe, le théâtre est plus fort !”

ENTRETIEN – Caroline Guiela Nguyen fait par­tie de cette nou­velle géné­ra­tion de met­teurs en scène adou­bée par la cri­tique comme par le public. Sa der­nière pièce, Le Chagrin, est pro­gram­mée à la MC2 du 1er au 5 décembre. On y observe le manège, déli­cieu­se­ment régres­sif, d’un frère et d’une sœur confron­tés à l’absence du père.

Caroline Guiela Nguyen, metteure en scène de la cie Les Hommes approximatifs. © Jean-Louis Fernandez

Caroline Guiela Nguyen, met­teure en scène de la Cie Les Hommes approxi­ma­tifs. © Jean-Louis Fernandez

On prête à cette der­nière décen­nie théâ­trale un par­fum de renou­veau. L’esprit de col­lec­tif, déjà à l’œuvre dans les années 1970, se réin­vite sur les planches.

Un retour à la créa­tion col­lé­giale qu’incarne, notam­ment, la com­pa­gnie Les Hommes approxi­ma­tifs, basée à Valence.

Terminée l’hégémonie de l’auteur et du met­teur en scène ?
Chez la plu­part des col­lec­tifs et com­pa­gnies refu­sant la créa­tion hié­rar­chi­sée, les médias – nous com­pris – retiennent sur­tout la figure du met­teur en scène… À tort ?

Caroline Guiela Nguyen, jeune met­teure en scène, explique la manière de créer de sa compagnie.

Pourquoi ce tra­vail collectif ?

En groupe, on est plus fort. Sans l’affirmer de façon poli­tique au début, j’ai sim­ple­ment constaté que c’était réel. Nos spec­tacles sont plus forts que quand j’étais toute seule dans mon coin à rêver sans les membres de la compagnie.

Malgré tout, je reste à l’initiative des pro­jets. Ne pas hié­rar­chi­ser les choses ne veut pas dire que tout le monde fait tout. Moi, je mets vrai­ment en scène et l’éclairagiste réa­lise la créa­tion lumière… On avance tous ensemble dans la créa­tion avec nos outils propres.

Autre notion impor­tante qui va sou­vent de pair avec le tra­vail en col­lec­tif : l’écriture au pla­teau. Pour Le Chagrin, n’y avait-il aucun texte préexistant ?

C’est la pre­mière fois qu’on ne part d’aucune matière tex­tuelle. Sur Elle brûle (pré­cé­dent spec­tacle de la com­pa­gnie, ndlr), on était parti de L’ Adversaire d’Emmanuel Carrère et de Madame Bovary de Flaubert. Pour Le Chagrin, on est parti davan­tage de la notion de cha­grin et d’une situa­tion : un frère et une sœur qui se retrouvent après la mort de leur père. Ensuite, les comé­diens cherchent, impro­visent. Je filme. On dis­cute. Il y a tout un tra­vail de mon­tage, proche du cinéma, jus­qu’à ce qu’on arrive à l’histoire.

La scénographie du "Chagrin" évoque des autels du souvenir à la croisée de l'art brut et des temples mexicains. © Jean-Louis Fernandez

La scé­no­gra­phie du « Chagrin » évoque des autels du sou­ve­nir, à la croi­sée de l’art brut et des temples mexi­cains. © Jean-Louis Fernandez

Têtes de pou­pées agglo­mé­rées, jouets dégueu­lant du four, bric-à-brac impen­sable bai­gnant dans une lumière bleu­tée… La scé­no­gra­phie du Chagrin est si mar­quante que cri­tiques et spec­ta­teurs en parlent presque davan­tage que du récit ou du jeu. Comment le décor s’est-il inventé avec Alice Duchange, la scénographe ?

Je tra­vaille avec la scé­no­graphe non pas pour qu’elle réponde à une demande de ma part mais pour qu’on invente ensemble un ima­gi­naire com­mun. Alice m’a parlé d’art brut, moi de temples au Mexique… La scé­no­gra­phie est très impor­tante pour nous car elle est là dès le pre­mier jour des répé­ti­tions. Les acteurs vont impro­vi­ser dans ce cadre.

Ce décor, d’abord ima­giné pour la petite scène de La Fabrique de Valence, réclame de la proxi­mité pour en per­ce­voir les détails. Est-ce que la salle René Rizzardo de la MC2, plus vaste, per­met­tra cela ?

Vincent (Dan Artus) et sa tante (Violette Garo-Brunel) dans "Le Chagrin". © Jean-Louis Fernandez

Vincent (Dan Artus) et sa tante (Violette Garo-Brunel) dans « Le Chagrin ». © Jean-Louis Fernandez

Il y a eu des inquié­tudes mais c’est fini parce qu’on l’a jouée de nom­breuses fois dans des salles plus grandes que la salle René Rizzardo de la MC2. Ce n’est pas exac­te­ment le même rap­port, c’est cer­tain. Mais le spec­tacle n’est pas déna­turé par la salle.

Au moment de la créa­tion, ça avait été très impor­tant pour nous cette inti­mité et puis on est vite parti sur des pla­teaux plus grands. Et en fait, le spec­tacle s’est agrandi à la hau­teur des plateaux…

À Valence, la pièce du décor a des dimen­sions réa­listes. Elle pour­rait s’apparenter à une chambre, un salon… Dans les autres salles, la scéno s’est élar­gie de deux mètres donc on n’est plus du tout dans des pro­por­tions réa­listes. Du coup, les spec­ta­teurs ne peuvent plus avoir cette inter­pré­ta­tion réa­liste de l’espace. Ils ne sont plus dans une pièce… mais dans une fabrique à cha­grin. C’est plus abs­trait. Et fina­le­ment on avait pensé l’espace comme ça.

Il est ques­tion de deuil dans la pièce mais le rire affleure très sou­vent via le carac­tère par­fois absurde du texte et des situa­tions. Comment le public reçoit ces varia­tions de registre ?

Face au chagrin, le langage de la fratrie fait défaut. Retour au ludique. © Jean-Louis Fernandez

Face au cha­grin, le lan­gage de la fra­trie fait défaut. Retour au ludique. © Jean-Louis Fernandez

Ça dépend. Le spec­tacle est construit sur un ter­rain sis­mique dans le sens où, comme il est bâti sur des impro­vi­sa­tions, il varie d’une repré­sen­ta­tion à l’autre. Certaines sont plus mélan­co­liques, d’autres plus lumi­neuses. Dans d’autres encore, le jeu de l’enfance va davan­tage per­cer, ou au contraire la mort va être plus pré­sente. Ces varia­tions-là, j’aime beau­coup qu’elles conti­nuent à exis­ter, que chaque soir, fina­le­ment, les acteurs entrent dans une nou­velle his­toire à déplier.

Ça dépend du public aussi, le spec­tacle est très poreux. Les gens ne rient pas à la même chose.

Propos recueillis par Adèle Duminy

INFOS PRATIQUES

MC2 : Grenoble

4 rue Paul Claudel

« Le Chagrin », de la cie Les Hommes approximatifs

Mardi 1er et ven­dredi 4 décembre, à 20 h 30

Mercredi 2, jeudi 3 et samedi 5 décembre, à 19 h 30

De 6 à 25 euros

AD

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les Vélos de Doisneau s'exposent au Couvent Sainte-Cécile de Grenoble jusqu'au 21 janvier 2023
Les Vélos de Doisneau s’ex­posent au Couvent Sainte-Cécile de Grenoble jus­qu’au 21 jan­vier 2023

FOCUS - Après Allons voir la mer en 2018, Robert Doisneau est de retour au Couvent Sainte-Cécile à Grenoble avec l'exposition Les Vélos de Doisneau, Lire plus

La Vence Scène fait partie des quatre salles de l'agglomération grenobloise qui accueillent l'édition 2022 du Festival du Cinéma Nature et Environnement. DR.
Le Festival du cinéma nature et envi­ron­ne­ment s’ouvre à Grenoble avec le docu­men­taire « I am Greta »

EN BREF - Le Festival du cinéma nature et environnement démarre vendredi 25 novembre 2022 au Club, à Grenoble, avec le documentaire I am Greta. Lire plus

Des distributeurs d'histoires courtes déployés dans les abris bus et tramway de l'agglomération grenobloise
Des dis­tri­bu­teurs d’his­toires courtes déployés dans les abris bus et tram­way de l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise

EN BREF - JCDecaux, le Smmag et la société Short édition s'unissent pour proposer des distributeurs d'histoires courtes au niveau des abris de bus et Lire plus

Seconde édi­tion de la Bolly Night, orga­ni­sée par Bollyciné Grenoble, samedi 26 novembre à la Crique Sud

ÉVÉNEMENT - Après une première édition en 2021, l'association Bollyciné Grenoble organise une nouvelle "Bolly Night" le samedi 26 novembre 2022 à 20 heures au Lire plus

Le Magasin vient de rouvrir et, dans son espace principal (La Rue), a installé une oeuvre vidéo du duo Hannah Quinlan - Rosie Hastings. © Martin de Kerimel - Place Gre'net
Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

FOCUS - Après des années de fermeture et de turbulences internes, le Magasin – Centre national d'art contemporain de Grenoble vient de rouvrir ses portes Lire plus

Le Tympan dans l'Oeil 2022 s'ouvre sur un ciné-concert du guitariste de Sonic Youth, Lee Ranaldo. Ambiance rock garantie au Ciel, la salle grenobloise ! © Daniele Antonopoulos - Lucas Faria
Le Tympan dans l’œil : douze ciné-concerts à décou­vrir à Grenoble et dans l’agglomération

EN BREF - C'est reparti : le festival Le Tympan dans l’œil est de retour pour une douzième édition, du 19 novembre au 3 décembre Lire plus

Flash Info

|

26/11

9h37

|

|

25/11

19h40

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

|

22/11

10h23

|

|

21/11

11h31

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Environnement| Le Smmag, la Métropole et le Grésivaudan annoncent la mise en place de primes (cumu­lables) pour l’a­chat d’un vélo neuf ou d’occasion

Agenda

Je partage !