F. Malbet : “Nous sommes pour une baisse des effectifs”

sep article



ENTRETIENS – Vétusté des classes, arrivée de 300 nouveaux élèves par an, projet de co-construction avec les parents d’élèves… Dans un contexte de questionnement et d’inquiétude de ces derniers, l’adjoint à l’école et au patrimoine scolaire Fabien Malbet fait le point sur la situation des écoles grenobloises, alors que le plan école à venir sera voté au conseil municipal de septembre prochain. L’occasion d’interroger également Dominique Fis, directrice académique des services de l’Éducation nationale sur les ouvertures de classes.

 

 

 

Fabien Malbet, adjoint à l’école et au patrimoine scolaire à la ville de Grenoble. © Ville de Grenoble

Fabien Malbet, adjoint à l’école et au patri­moine sco­laire à la ville de Grenoble. © Ville de Grenoble

 

Quelles sont difficultés auxquelles doivent faire face les écoles grenobloises aujourd’hui ?

 

 

Tous les bud­gets de la mai­rie sont affec­tés par les baisses de dota­tions de l’État à hau­teur de 5 à 10 %, sauf l’éducation qui, même dans les temps dif­fi­ciles, reste une prio­rité. J’ai visité les 80 écoles de Grenoble, dans les trois mois qui ont suivi notre élec­tion afin d’exa­mi­ner la diver­sité des situa­tions. Certaines choses ne sont pas accep­tables.

 

Par exemple, à l’école Marie Reynoard, les toi­tures fuient et il faut inves­tir 150.000 euros en répa­ra­tions. Pour l’instant, ce sont des rus­tines qui ont été posées. À l’école Anthoard, on va chan­ger les chau­dières qui ont trente ans d’âge. Dans une aile de l’école Élisée Chatin, le chauf­fage est mis à fond l’hiver et il fait 15 °C…

 

J’ai ainsi donné des ins­truc­tions fortes aux ser­vices pour qu’il y ait deux lignes de cré­dit : une pour l’entretien et une pour les tra­vaux d’agrandissement. Avant, l’argent prévu pour l’entretien était mangé aux deux-tiers pour agran­dir les classes, à cause de la dyna­mique démo­gra­phique des écoles.

 

De fait, depuis cinq ans, on compte 1.500 élèves de plus dans le pri­maire à Grenoble, soit 300 élèves par an. On a ouvert 14 classes en 2013 et 11 l’an der­nier. Chaque année, il faut trou­ver dans les écoles l’espace cor­res­pon­dant à une dizaine de classes. Pour 2015 ‑2016, on risque d’en ouvrir entre 7 et 10.

 

 

 

Quelles sont les écoles prioritaires qui doivent être rénovées ou restructurées ?

 

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
4025 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bonjour,
    l’é­tat de nos écoles est connue de longues dates.L’association que j’a­ni­mais avec de vrais citoyens, « Alliance Citoyenne « , avait alerté la muni­ci­pa­lité à plu­sieurs reprises.Pour rap­pel nous avons mani­festé devant le conseil muni­ci­pale de Grenoble afin de mettre fin à cet état de fait.Cette mobi­li­sa­tion a per­mis la recons­truc­tion d’une école pri­maire sur le quar­tier de la Villeneuve, école qui pour des rai­sons d’in­sa­lu­bri­tée avait pris feu.
    Le niveau sco­laire de ces éta­blis­se­ments et le manque de mixité sco­laire sont aussi de gros pro­blèmes. J’espère que cet élu en a pris la mesure.Pour faire de la poli­tique sérieu­se­ment il faut un mini­mum d’an­ti­ci­pa­tion et une connais­sance des sujets abordés.Concernant les dota­tions d’état,leurs dimi­nu­tions sont connues depuis longtemps,elles ne peuvent vous ser­vir d’ex­cuses à chaque dif­fi­cul­tée.

    sep article