Le respect, mot-clé du Rassemblement des citoyens

sep article

FOCUS – Le Rassemblement des citoyens présentait ses candidats aux élections départementales de mars 2015, ce mardi 10 février, au Stade des Alpes. 28 cantons de l’Isère sont pourvus et le mouvement en soutient un 29e. Des candidats de tous horizons, représentatifs de la population et un mot d’ordre pour la campagne : le respect. 

 

 

 

Une partie des candidats présentés par le Rassemblement des citoyens aux élections départementales

Une partie des candidats présentés par le Rassemblement des citoyens aux élections départementales – © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Ce rassemblement n’est pas une énième alliance, mais vraiment une dynamique citoyenne ! Nous voulons que ses membres se sentent légitimes pour porter leurs projets. C’est une nouvelle démarche, les ateliers citoyens seront le socle de notre rassemblement » affirme haut et fort Pierre Gouvernel, coordinateur de Nouvelle Donne à Grenoble.

 

Le ton est donné, pour EELV la campagne est lancée. Le Rassemblement citoyen alignera donc bien 28 binômes en Isère et apportera son soutien à deux candidats du mouvement Élan citoyen dans le canton de Charvieu. Là aussi, comme le FN, carton plein.

 

 

 

Un appel citoyen

 

 

Né en octobre 2014, le label Rassemblement des citoyens est le résultat de la rencontre d’un groupe de personnes provenant de différents horizons et de la recherche d’une alternative constructive forte contre le Front national. Parmi ses soutiens des organisations politiques, notamment : Europe Ecolo­gie Les Verts, Parti de Gauche, Nou­velle Donne, Forum Social des Quartiers Pop­u­laires, Eybens Démoc­ra­tie, Echi­rolles c’est vous ! et Le Réseau Citoyen Greno­ble.

 

 

Composé de militants politiques et associatifs, mais aussi de personnes en leur nom propre, le rassemblement nourrit l’ambition, selon Pierre Gouvernel, « de construire un projet cohérent pour l’Isère tout en-impliquant le citoyen dans la politique ».

 

SériePrésentationCandidatsRassemblementCitoyens-5Un petit groupe qui s’est ensuite étoffé et a travaillé à la rédaction de l’appel citoyen pour une Isère solidaire et écologique. L’objectif de cet appel ? Inviter tous ceux qui s’y reconnaissent à se réunir, afin de lancer un nouveau processus citoyen pour co-construire le projet départemental isérois. Y compris les associations.

 

« En tant qu’association, nous avons pu trouver une place dans cette dynamique qui consiste à rassembler différentes composantes dans une volonté de mettre en avant des valeurs de solidarité, d’écologie à partir des problématiques spécifiques des quartiers populaires » confirme Nadia Kirat, militante du Forum social des quartier populaires et candidate pour le canton Grenoble 1. Et de souligner : « c’est quelque chose d’assez inédit parce que ça renvoie directement à la notion de la représentation en politique ».

 

 

 

Stopper la “dérive autocratique” au Conseil général

 

 

 

Alain Dontaine présentant l'affiche du Rassemblement citoyen

Alain Dontaine présentant l’affiche du Rassemblement citoyen – © Joël Kermabon – Place Gre’net

Olivier Bertrand, conseiller général et candidat sur le canton de Grenoble 3 (Est), revient sur les élections de 2001 où les écologistes avaient contribué à la victoire de la gauche.

 

L’écologiste dresse un bilan sévère. « Le constat que nous avons fait progressivement, c’est celui d’une dérive du projet que nous avions porté vers un projet qui n’était plus le nôtre ! Dérive autocratique d’un président tout puissant qui a fait le choix d’une politique menée du quatrième étage du Conseil général, sans tenir compte des attentes de la population » fustige l’élu.

 

Et le conseiller général de compiler les alertes. Notamment la rocade nord, « un projet conçu sans concertation », la réforme de l’action sociale qui a chamboulé les personnels du Conseil général, « aujourd’hui en grande souffrance », l’action culturelle et les grands projets autoroutiers de l’A480 et de l’A51.

 

Pour l’élu la chose est entendue : les socialistes du département ont failli, sont disqualifiés et, dès lors, il n’y a plus guère de choix qu’entre deux alternatives. La première incarnée par le Rassemblement citoyen avec, pour objectif, un projet solidaire et écologique. La seconde, celle d’une droite dure. Nul besoin d’être grand clerc pour deviner où va sa préférence…

 

 

 

Le respect au cœur de la campagne

 

 

 

Alain Dontaine présentant l'affiche du Rassemblement citoyen

Alain Dontaine présentant l’affiche du Rassemblement citoyen – © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le Rassemblement citoyen veut le faire savoir : la notion de respect est centrale dans sa campagne. L’occasion pour Alain Dontaine, candidat du canton de Grenoble 4 (centre), de présenter une toute première affiche électorale.

 

Celle-ci, outre les fameux points de couleurs utilisés lors des municipales, comporte le fameux mot-clé, en gras et en évidence. « Pour le comprendre, il faut partir de ce que les gens vivent au quotidien : la souffrance et l’humiliation. Notamment la souffrance au travail, dans la pauvreté qui progresse et l’humiliation de ceux qui ne trouvent pas d’emploi, de tous ces précaires, de tous ces jeunes, des personnes âgées. »

 

Et de marteler : « c’est ce sentiment de mépris par ceux d’en-haut que nous voulons combattre. Nous sommes vraiment pour changer les réalités politiques et sociales dans notre société. Sans respect, il n’y a pas de confiance, pas de lien social, pas de solidarité ».

 

Pour autant, la campagne se veut aussi pédagogique. « Il n’y a pas que la profession de foi, souligne Olivier Bertrand. Expliquer aux Isérois en quoi consiste le travail d’un conseiller départemental et quelles sont les compétences du Conseil départemental est de toute première importance. » Place au travail de terrain désormais.

 

 

Joël Kermabon

 

NB : l’article a été complété ce vendredi 13 février, suite au commentaire d’Alan Confesson.

 

 

 Des mouvances différentes mais représentatives

 

Tous les cantons – à l’exception d’un cas particulier concernant le canton de Charvieu – seront donc pourvus. Pour ce faire, les candidats du Rassemblement des citoyens proviennent de différents courants. 13 sont notamment issus de la mouvance citoyenne, dont 2 du Front de Gauche, 16 de la mouvance EELV, 7 du Parti de gauche, 5 de Nouvelle donne et une du Forum social des quartiers populaires. Une diversité qui se retrouve également dans les âges – de 19 ans pour le plus jeune à 63 ans pour le plus âgé –, et dans la provenance territoriale : urbains, péri-urbains et ruraux.

 

 

 

commentez lire les commentaires
4632 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Tiens Olivier Bertrand l’homme qui est contre par principe. Contre tout ce qui ne vient pas de lui, contre donc beaucoup de choses, et donc ouvert à ses idées uniquement, il prône pourtant le « Rassemblement », tout ça est bien orchestré par une communication soignée. Au moins les élus du FDG sont plus cohérents que ces élus EELV qui s’associent presque toujours aux vainqueurs d’élections pour espérer quelques mandats rémunérateurs sans solidarité dans la durée avec ceux qui leur ont permis d’accèder aux élections.

    Depuis un an, il s’est illustré:
    – contre le financement des pôles de compétitivité, voir les délib de l’ancien CM début 2014,
    – contre le développement des projets A480 ou du rondeau, pour le rondeau il s’en mord les doigts maintenant, (il est à la commission des transports du conseil général, et oui c’est incroyable !) voir le DL au moment du congrés des Maires de l’Isère,
    – contre le projet de Roybon, là on le comprend ce sont ces idées même si évidemment il est élu majoritaire du conseil général, pourquoi ne pas alors démissionner ? (il est à la commission du tourisme au conseil général de l’Isère, et oui là encore il est sensé appartenir à la majorité, c’est beau !)
    – contre le Président du Conseil Général surtout en cette veille d’élection ce n’était bien sur pas le cas pour acceder naturellement à une subvention d’élu dans cette assemblée départementale au précédentes élections,
    – contre le cumul, c’est un engagement de l’élu de grenoble cette fois, mais bon il est au conseil Municipal, se représente aux élections départementales, il touche au passage les subventions d’autres mandats dont celles des Eaux de Grenoble,…

    Le rassemblement citoyen associe la dimension écologiste dans son appellation même, en oubliant les forces de gauche comme le FDG, bref, un héliotrope pourtant très un monochrome EELV et seulement EELV comme aux départementales, un homme de l’ombre comme on dit mais qui est un pro de la politique personnelle.

    Autant dire que le rassemblement citoyen doit ressembler à ceux qui pensent comme lui, lui qui se dit ouverte.
    Cette fois il n’aura pas ma voix.

    sep article
  2. Ce rassemblement n’a pas été lancé « à l’initiative » d’EELV. Ce serait bien réducteur ! N’oublions pas que le PG et Nouvelle donne, que vous ne mentionnez pas, sont partie prenante de cette dynamique.

    sep article
  3. Il doit y avoir une confusion dans vos liens, celui concernant le mouvement Élan Citoyen pointe vers le blog de la liste « Pour un élan citoyen en pays de Bièvre » qui a présenté une liste à l’élection municipale du Grand Lemps en mars 2014.
    Le 1er candidat de cette liste est maintenant candidat suppléant de Daniel VITTE pour l’élection départementale, ce qui laisse penser que l’on peut classer ce mouvement comme « divers droite », et surtout sans action sur le canton de Charvieu-Chavagnieux.

    sep article
    • JK

      12/02/2015
      11:58

      Merci de nous avoir signalée cette erreur. Le lien a été supprimé.

      sep article