Le respect, mot-clé du Rassemblement des citoyens

sep article



FOCUS – Le Rassemblement des citoyens présentait ses candidats aux élections départementales de mars 2015, ce mardi 10 février, au Stade des Alpes. 28 cantons de l’Isère sont pourvus et le mouvement en soutient un 29e. Des candidats de tous horizons, représentatifs de la population et un mot d’ordre pour la campagne : le respect. 

 

 

 

Une partie des candidats présentés par le Rassemblement des citoyens aux élections départementales

Une par­tie des can­di­dats pré­sen­tés par le Rassemblement des citoyens aux élec­tions dépar­te­men­tales – © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Ce ras­sem­ble­ment n’est pas une énième alliance, mais vrai­ment une dyna­mique citoyenne ! Nous vou­lons que ses membres se sentent légi­times pour por­ter leurs pro­jets. C’est une nou­velle démarche, les ate­liers citoyens seront le socle de notre ras­sem­ble­ment » affirme haut et fort Pierre Gouvernel, coor­di­na­teur de Nouvelle Donne à Grenoble.

 

Le ton est donné, pour EELV la cam­pagne est lan­cée. Le Rassemblement citoyen ali­gnera donc bien 28 binômes en Isère et appor­tera son sou­tien à deux can­di­dats du mou­ve­ment Élan citoyen dans le can­ton de Charvieu. Là aussi, comme le FN, car­ton plein.

 

 

 

Un appel citoyen

 

 

Né en octobre 2014, le label Rassemblement des citoyens est le résul­tat de la ren­contre d’un groupe de per­sonnes pro­ve­nant de dif­fé­rents hori­zons et de la recherche d’une alter­na­tive construc­tive forte contre le Front natio­nal. Parmi ses sou­tiens des orga­ni­sa­tions poli­tiques, notam­ment : Europe Ecolo­gie Les Verts, Parti de Gauche, Nou­velle Donne, Forum Social des Quartiers Pop­u­laires, Eybens Démoc­ra­tie, Echi­rolles c’est vous ! et Le Réseau Citoyen Greno­ble.

 

 

Composé de mili­tants poli­tiques et asso­cia­tifs, mais aussi de per­sonnes en leur nom propre, le ras­sem­ble­ment nour­rit l’am­bi­tion, selon Pierre Gouvernel, « de construire un pro­jet cohé­rent pour l’Isère tout en-impli­quant le citoyen dans la poli­tique ».

 

SériePrésentationCandidatsRassemblementCitoyens-5Un petit groupe qui s’est ensuite étoffé et a tra­vaillé à la rédac­tion de l’appel citoyen pour une Isère soli­daire et éco­lo­gique. L’objectif de cet appel ? Inviter tous ceux qui s’y recon­naissent à se réunir, afin de lan­cer un nou­veau pro­ces­sus citoyen pour co-construire le pro­jet dépar­te­men­tal isé­rois. Y com­pris les asso­cia­tions.

 

« En tant qu’as­so­cia­tion, nous avons pu trou­ver une place dans cette dyna­mique qui consiste à ras­sem­bler dif­fé­rentes com­po­santes dans une volonté de mettre en avant des valeurs de soli­da­rité, d’é­co­lo­gie à par­tir des pro­blé­ma­tiques spé­ci­fiques des quar­tiers popu­laires » confirme Nadia Kirat, mili­tante du Forum social des quar­tier popu­laires et can­di­date pour le can­ton Grenoble 1. Et de sou­li­gner : « c’est quelque chose d’as­sez inédit parce que ça ren­voie direc­te­ment à la notion de la repré­sen­ta­tion en poli­tique ».

 

 

 

Stopper la “dérive autocratique” au Conseil général

 

 

 

Alain Dontaine présentant l'affiche du Rassemblement citoyen

Alain Dontaine pré­sen­tant l’af­fiche du Rassemblement citoyen – © Joël Kermabon – Place Gre’net

Olivier Bertrand, conseiller géné­ral et can­di­dat sur le can­ton de Grenoble 3 (Est), revient sur les élec­tions de 2001 où les éco­lo­gistes avaient contri­bué à la vic­toire de la gauche.

 

L’écologiste dresse un bilan sévère. « Le constat que nous avons fait pro­gres­si­ve­ment, c’est celui d’une dérive du pro­jet que nous avions porté vers un pro­jet qui n’é­tait plus le nôtre ! Dérive auto­cra­tique d’un pré­sident tout puis­sant qui a fait le choix d’une poli­tique menée du qua­trième étage du Conseil géné­ral, sans tenir compte des attentes de la popu­la­tion » fus­tige l’élu.

 

Et le conseiller géné­ral de com­pi­ler les alertes. Notamment la rocade nord, « un pro­jet conçu sans concer­ta­tion », la réforme de l’ac­tion sociale qui a cham­boulé les per­son­nels du Conseil géné­ral, « aujourd’­hui en grande souf­france », l’ac­tion cultu­relle et les grands pro­jets auto­rou­tiers de l’A480 et de l’A51.

 

Pour l’élu la chose est enten­due : les socia­listes du dépar­te­ment ont failli, sont dis­qua­li­fiés et, dès lors, il n’y a plus guère de choix qu’entre deux alter­na­tives. La pre­mière incar­née par le Rassemblement citoyen avec, pour objec­tif, un pro­jet soli­daire et éco­lo­gique. La seconde, celle d’une droite dure. Nul besoin d’être grand clerc pour devi­ner où va sa pré­fé­rence…

 

 

 

Le respect au cœur de la campagne

 

 

 

Alain Dontaine présentant l'affiche du Rassemblement citoyen

Alain Dontaine pré­sen­tant l’af­fiche du Rassemblement citoyen – © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le Rassemblement citoyen veut le faire savoir : la notion de res­pect est cen­trale dans sa cam­pagne. L’occasion pour Alain Dontaine, can­di­dat du can­ton de Grenoble 4 (centre), de pré­sen­ter une toute pre­mière affiche élec­to­rale.

 

Celle-ci, outre les fameux points de cou­leurs uti­li­sés lors des muni­ci­pales, com­porte le fameux mot-clé, en gras et en évi­dence. « Pour le com­prendre, il faut par­tir de ce que les gens vivent au quo­ti­dien : la souf­france et l’hu­mi­lia­tion. Notamment la souf­france au tra­vail, dans la pau­vreté qui pro­gresse et l’hu­mi­lia­tion de ceux qui ne trouvent pas d’emploi, de tous ces pré­caires, de tous ces jeunes, des per­sonnes âgées. »

 

Et de mar­te­ler : « c’est ce sen­ti­ment de mépris par ceux d’en-haut que nous vou­lons com­battre. Nous sommes vrai­ment pour chan­ger les réa­li­tés poli­tiques et sociales dans notre société. Sans res­pect, il n’y a pas de confiance, pas de lien social, pas de soli­da­rité ».

 

Pour autant, la cam­pagne se veut aussi péda­go­gique. « Il n’y a pas que la pro­fes­sion de foi, sou­ligne Olivier Bertrand. Expliquer aux Isérois en quoi consiste le tra­vail d’un conseiller dépar­te­men­tal et quelles sont les com­pé­tences du Conseil dépar­te­men­tal est de toute pre­mière impor­tance. » Place au tra­vail de ter­rain désor­mais.

 

 

Joël Kermabon

 

NB : l’ar­ticle a été com­plété ce ven­dredi 13 février, suite au com­men­taire d’Alan Confesson.

 

 

 Des mouvances différentes mais représentatives

 

Tous les can­tons – à l’ex­cep­tion d’un cas par­ti­cu­lier concer­nant le can­ton de Charvieu – seront donc pour­vus. Pour ce faire, les can­di­dats du Rassemblement des citoyens pro­viennent de dif­fé­rents cou­rants. 13 sont notam­ment issus de la mou­vance citoyenne, dont 2 du Front de Gauche, 16 de la mou­vance EELV, 7 du Parti de gauche, 5 de Nouvelle donne et une du Forum social des quar­tiers popu­laires. Une diver­sité qui se retrouve éga­le­ment dans les âges – de 19 ans pour le plus jeune à 63 ans pour le plus âgé –, et dans la pro­ve­nance ter­ri­to­riale : urbains, péri-urbains et ruraux.

 

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5949 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Tiens Olivier Bertrand l’homme qui est contre par prin­cipe. Contre tout ce qui ne vient pas de lui, contre donc beau­coup de choses, et donc ouvert à ses idées uni­que­ment, il prône pour­tant le « Rassemblement », tout ça est bien orches­tré par une com­mu­ni­ca­tion soi­gnée. Au moins les élus du FDG sont plus cohé­rents que ces élus EELV qui s’as­so­cient presque tou­jours aux vain­queurs d’é­lec­tions pour espé­rer quelques man­dats rému­né­ra­teurs sans soli­da­rité dans la durée avec ceux qui leur ont per­mis d’ac­cè­der aux élec­tions.

    Depuis un an, il s’est illus­tré :
    – contre le finan­ce­ment des pôles de com­pé­ti­ti­vité, voir les délib de l’an­cien CM début 2014,
    – contre le déve­lop­pe­ment des pro­jets A480 ou du ron­deau, pour le ron­deau il s’en mord les doigts main­te­nant, (il est à la com­mis­sion des trans­ports du conseil géné­ral, et oui c’est incroyable !) voir le DL au moment du congrés des Maires de l’Isère,
    – contre le pro­jet de Roybon, là on le com­prend ce sont ces idées même si évi­dem­ment il est élu majo­ri­taire du conseil géné­ral, pour­quoi ne pas alors démis­sion­ner ? (il est à la com­mis­sion du tou­risme au conseil géné­ral de l’Isère, et oui là encore il est sensé appar­te­nir à la majo­rité, c’est beau !)
    – contre le Président du Conseil Général sur­tout en cette veille d’é­lec­tion ce n’é­tait bien sur pas le cas pour acce­der natu­rel­le­ment à une sub­ven­tion d’élu dans cette assem­blée dépar­te­men­tale au pré­cé­dentes élec­tions,
    – contre le cumul, c’est un enga­ge­ment de l’élu de gre­noble cette fois, mais bon il est au conseil Municipal, se repré­sente aux élec­tions dépar­te­men­tales, il touche au pas­sage les sub­ven­tions d’autres man­dats dont celles des Eaux de Grenoble,…

    Le ras­sem­ble­ment citoyen asso­cie la dimen­sion éco­lo­giste dans son appel­la­tion même, en oubliant les forces de gauche comme le FDG, bref, un hélio­trope pour­tant très un mono­chrome EELV et seule­ment EELV comme aux dépar­te­men­tales, un homme de l’ombre comme on dit mais qui est un pro de la poli­tique per­son­nelle.

    Autant dire que le ras­sem­ble­ment citoyen doit res­sem­bler à ceux qui pensent comme lui, lui qui se dit ouverte.
    Cette fois il n’aura pas ma voix.

    sep article
  2. Ce ras­sem­ble­ment n’a pas été lancé « à l’i­ni­tia­tive » d’EELV. Ce serait bien réduc­teur ! N’oublions pas que le PG et Nouvelle donne, que vous ne men­tion­nez pas, sont par­tie pre­nante de cette dyna­mique.

    sep article
  3. Il doit y avoir une confu­sion dans vos liens, celui concer­nant le mou­ve­ment Élan Citoyen pointe vers le blog de la liste « Pour un élan citoyen en pays de Bièvre » qui a pré­senté une liste à l’é­lec­tion muni­ci­pale du Grand Lemps en mars 2014.
    Le 1er can­di­dat de cette liste est main­te­nant can­di­dat sup­pléant de Daniel VITTE pour l’é­lec­tion dépar­te­men­tale, ce qui laisse pen­ser que l’on peut clas­ser ce mou­ve­ment comme « divers droite », et sur­tout sans action sur le can­ton de Charvieu-Chavagnieux.

    sep article
    • JK

      12/02/2015
      11:58

      Merci de nous avoir signa­lée cette erreur. Le lien a été sup­primé.

      sep article