Le marché Saint-Bruno, “petite Marseille grenobloise”

sep article



DIAPORAMA SONORE – Souvenez-vous, il y a quelques mois, nous lancions le sondage de notre projet « Grenoblois, où habites-tu, comment vis-tu ? » Le quartier Chorier-Berriat l’avait emporté. Pour ce premier “diapo-sonore” du quartier élu, nous sommes allés dans l’un de ses lieux mythiques, le marché Saint-Bruno, accompagnés par un guide hors pair, Alain Guézou, maire de la commune libre Chorier-Berriat. Une visite qui met de bonne humeur !

 

 

 

 

 

 

« Surtout pas de marché bien rangé ! »

 

 

Il y aurait encore beau­coup à dire sur le mar­ché Saint-Bruno. Ses com­mer­çants, ses habi­tués… Mais aussi sur son ave­nir et, plus lar­ge­ment, sur celui de la place. Alain Guézou, en sa qua­lité de maire de la com­mune libre Chorier-Berriat, pré­vient : « Nous sommes vigi­lants sur les pro­jets que la Ville a sur ce mar­ché. Surtout pas de mar­ché bien rangé ! Pas d’al­lées bien propres, comme la muni­ci­pa­lité pré­cé­dente a pu en avoir l’in­ten­tion ».

 

Le maire le recon­naît tou­te­fois, étant suf­fi­sam­ment assidu pour s’en rendre compte : le mar­ché perd en vita­lité. « Oui, les com­mer­çants ont un peu de mal à vivre, concède-t-il. C’est vrai, la qua­lité du mar­ché baisse. Mais ça va remon­ter ! Parce que le mar­ché Saint-Bruno, c’est comme une vague et les gens sont la marée. »

 

Et le plus bre­ton des maires de Grenoble (vous aviez remar­qué le béret ?) de conclure : « Ce sont les gens qui font le mar­ché Saint-Bruno. Il faut qu’ils viennent sur le mar­ché, qu’ils disent qu’il leur est impor­tant. »

 

Message trans­mis.

 

 

Séverine Cattiaux et Christian Rausch

 

 

 

ALAIN GUEZOU, LE BATTANT BRETON

 

 

Alain Guézou, maire de la commune libre Chorier Berriat, sur le marché Saint-Bruno à Grenoble. © Christian Rausch

Alain Guézou, maire de la com­mune libre Chorier Berriat. © Christian Rausch

A 57 ans, Alain Guézou fait par­tie des “pré­caires” qu’il évoque dans le diapo-sonore. Rien, pour­tant, ne le pré­des­ti­nait à cela. Un Bac + 5 en poche, il a d’a­bord tra­vaillé dans un cabi­net d’expert-comptable durant 25 ans. Avant de deve­nir, suite à un coup dur fami­lial, tra­vailleur pauvre et allo­ca­taire du revenu de soli­da­rité active (RSA).

 

Pendant son temps libre, Alain Guézou fait le mar­ché Saint-Bruno, nous l’a­vons vu, mais sur­tout il se bat pour chan­ger le sys­tème RSA dont il connaît très bien les failles. A cet égard, il for­mule de nom­breuses pro­po­si­tions pour plus de jus­tice et d’é­quité sociale. Au point qu’en mai 2012, le quin­qua­gé­naire part en cam­pagne : il se pré­sente aux légis­la­tives contre Michel Destot, sous l’é­ti­quette RSA, sigle qu’il rebap­tise iro­ni­que­ment “Réussir sans ave­nir”.

 

 

Dénoncer “l’u­sine à gaz RSA”

 

 

En août 2013, Alain Guézou vise beau­coup plus haut. Le pré­sident du RSA 38 réa­lise une marche de 22 jours pour relier Grenoble-Paris à pied et ren­con­trer le pré­sident de la République. Soit 612 km, avant d’être reçu à l’Élysée par l’un des repré­sen­tants de François Hollande et par la ministre délé­guée Marie-Arlette Carlotti, en charge de la Lutte contre l’exclusion.

 

Alain Guézou leur trans­met­tra une lettre à l’in­ten­tion du pré­sident. Avec cet acte fort, il marque les esprits et fait la une des jour­naux. Son but ? Toujours le même qu’en 2012, lors de la cam­pagne des légis­la­tives : dénon­cer “l’u­sine à gaz” qu’est le RSA, les inco­hé­rences de la machine admi­nis­tra­tive. Et sur­tout, appor­ter des pro­po­si­tions pour sor­tir les pré­caires de leur situa­tion.

 

En mai 2014, il se porte can­di­dat aux élec­tions euro­péennes mais devra reti­rer sa liste, par manque d’argent. Depuis, il a trans­formé RSA 38, asso­cia­tion d’entraide aux allo­ca­taires, en RSA Coop. L’idée : créer une pépi­nière pour sou­te­nir plus effi­ca­ce­ment les pro­jets des pré­caires.

 

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
6623 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.