Chauffage au bois : la Métro lance la chasse aux particules fines

sep article



Grenoble-Alpes Métropole lance sa campagne d’information « De quel bois je me chauffe ? ». Un outil interactif pour sensibiliser les usagers des cheminées bois aux bons gestes à adopter pour moins polluer. 

 

 

 

De quel bois je me chauffe ? Mal utilisée, ma cheminée peut polluer ! - pollution chauffage au bois © Grenoble-Alpes Métropole

© Grenoble-Alpes Métropole

Quoi de plus agréable que de se réchauf­fer près d’un feu, après une dure jour­née de labeur ? Pourtant, cette pra­tique — quo­ti­dienne pour bon nombre de ménages de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise — n’est pas sans consé­quences. Un maté­riel inadé­quat, cou­plé à de mau­vaises pra­tiques, et c’est la pol­lu­tion assu­rée, notam­ment en matière de par­ti­cules fines.

 

Dans cette optique, Grenoble-Alpes Métropole lance une cam­pagne de sen­si­bi­li­sa­tion, via un site inter­net dédié, qui se pré­sente sous la forme d’un quizz.

 

Les uti­li­sa­teurs du chauf­fage au bois pour­ront ainsi éva­luer la qua­lité de leur maté­riel et la per­ti­nence de leurs habi­tudes au regard des bons gestes à faire. Avec un objec­tif assumé pour les déci­deurs de la Métro : réduire les émis­sions de par­ti­cules fines dans l’agglomération.

 

 

 

Un chauffage écolo ?

 

 

« Ce n’est pas le bois, ou le chauf­fage bois, qui est en cause, mais l’utilisation, la per­for­mance, l’ancienneté de l’appareil et le type de bois brûlé », sou­ligne Jérôme Dutroncy, vice-pré­sident délé­gué à l’environnement, à l’air, au cli­mat et à la bio­di­ver­sité.

 

Les che­mi­nées dites « à foyers ouverts » ou les appa­reils non per­for­mants émettent un nombre impor­tant de par­ti­cules fines dans l’atmosphère. Sans comp­ter un air inté­rieur pol­lué dont les usa­gers du chauf­fage au bois sont les pre­mières vic­times. Autres fac­teurs aggra­vants, sources de pol­lu­tion sup­plé­men­taire : l’u­ti­li­sa­tion de bois humide et un entre­tien rudi­men­taire du maté­riel de chauffe.

 

 

 

Des chiffres qui ne mentent pas

 

 

 

« La part du chauf­fage au bois dans la pol­lu­tion aux par­ti­cules est de 45 % en moyenne sur l’année et jusqu’à 75 %, cer­tains jours d’hiver, pour le bas­sin gre­no­blois. Informer le public sur son usage est donc devenu une prio­rité pour pro­té­ger la qua­lité de notre air », affirme Stéphane Labranche, ensei­gnant-cher­cheur à l’Institut d’études poli­tiques de Grenoble.

 

Etude réalisée en 2014 par le Master PROGIS de l'IEP Grenoble ©Grenoble-Alpes Métropole

Étude réa­li­sée en 2014 par le Master Progis de l’IEP Grenoble.  © Grenoble-Alpes Métropole

 

Tout au long de l’année, les seuils régle­men­taires de qua­lité de l’air concer­nant les par­ti­cules en sus­pen­sion sont régu­liè­re­ment dépas­sés sur le ter­ri­toire. Or, ces par­ti­cules ont de lourdes consé­quences pour notre méta­bo­lisme. Les par­ti­cules fines cau­se­raient chaque année 42 000 décès pré­ma­tu­rés en France, selon un rap­port publié en 2005 par le pro­gramme Air pur pour l’Europe de la Commission euro­péenne.

 

« De par leur empla­ce­ment géo­gra­phique, les habi­tants de la métro­pole sont sou­cieux de l’environnement. La pol­lu­tion est d’ailleurs une thé­ma­tique récur­rente dans notre poli­tique. Il faut main­te­nant infor­mer le public au plus près de ses habi­tudes », ren­ché­rit Christophe Ferrari, pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole.

 

En fin de ques­tion­naire, le site apporte des conseils et astuces selon le maté­riel, le com­bus­tible et l’utilisation faite. Et four­nit, pour ceux qui veulent plus loin, le numéro d’un conseiller de l’Agence locale de l’énergie et du cli­mat (Alec). Si la Métro semble être bien déci­dée à faire feu de tout bois contre les par­ti­cules fines, reste à savoir si les par­ti­cu­liers sui­vront.

 

 

Arnaud Chastagner

 

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3290 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. bel article, en effet l’u­sage d’un appa­reil com­biné par des com­bus­tibles de qua­lité abor­dable réduit l’é­mis­sion de ces par­ti­cules fines.

    sep article