Les trois candidats surprises à Grenoble

sep article



FOCUS – Ce sont les Petits Poucets du scru­tin muni­ci­pal gre­no­blois. Tardivement entrés en cam­pagne, ces trois can­di­dats campent dans les der­nières places des son­dages d’intentions de vote. Leurs pro­fils divergent autant que leurs ambi­tions élec­to­rales. Place Gre’net fait les pré­sen­ta­tions.
 
 
 
 
Lahcen Benmaza, l’aventurier trans­pa­rent
 
 
© Véronique Serre

Lahcen Benmaza © Véronique Serre

 
« La pre­mière des vic­toires, c’est d’avoir pré­senté cette liste. Maintenant, c’est que du bonus », se féli­cite avec luci­dité, Lahcen Benmaza. À 27 ans, le ben­ja­min des can­di­dats n’en est pas à son coup d’essai. Déjà can­di­dat sans éti­quette aux élec­tions légis­la­tives de 2012 sur la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère, il avait recueilli 0,55% des suf­frages expri­més, soit 177 voix.
 
Engagé dans le milieu asso­cia­tif en tant qu’éducateur de foot­ball, il a pris la direc­tion d’un centre de loi­sirs à Fontaine, puis est devenu ani­ma­teur réfé­rent d’une école gre­no­bloise. Il se lance aujourd’hui dans l’entrepreneuriat de com­mu­ni­ca­tion. Après une période de réflexion et le lan­ce­ment du Mouvement citoyen et soli­daire – sa propre orga­ni­sa­tion poli­tique – il s’est fina­le­ment porté can­di­dat, en jan­vier 2014. « En indé­pen­dant », pré­cise-t-il, pour « faire évo­luer la société, hors de ce sys­tème poli­tique de bipar­tisme ».
 
Réalisation : JK Production.
 
« Je me sens hors de l’échiquier poli­tique. Le cli­vage droite-gauche me dérange énor­mé­ment. Les bonnes idées n’ont pas de cou­leur », résume-t-il désor­mais. S’il tient autant à son auto­no­mie aujourd’hui, c’est cepen­dant après une pre­mière expé­rience en tant que « spec­ta­teur » en poli­tique, à l’UMP notam­ment. Il y a appris « com­ment fonc­tion­nait un parti, la place des mili­tants et ce qu’était une car­rière poli­tique ». Déçu, il a rapi­de­ment cla­qué la porte. « Je me suis rendu compte que les par­tis pre­naient beau­coup de place, les citoyens net­te­ment moins ».
 
© Véronique Serre

Lahcen Benmaza, tête de liste Grenoble en valeur pour les muni­ci­pales Grenoble 2014. © Véronique Serre

Dans la pré-cam­pagne muni­ci­pale, il croise le che­min de Gilles Dumolard, l’ancien pré­sident de la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie de Grenoble qui, comme lui, sou­haite mon­ter une liste auto­nome.
« Gilles Dumolard avait un entou­rage néfaste. L’homme était res­pec­table et res­pec­tueux. Malgré son âge, il était le plus jeune en poli­tique ! Mais beau­coup de per­sonnes vou­laient pro­fi­ter de sa noto­riété pour leurs propres ambi­tions. Cela deve­nait opaque », com­mente l’ancien par­ti­san. L’aventure a tourné court.
 
La trans­pa­rence jus­te­ment, c’est la valeur qu’il sou­haite incar­ner dans cette cam­pagne. « La poli­tique, c’est l’affaire de tous. Les tech­ni­ciens de la poli­tique, c’est les citoyens. Aujourd’hui, les par­tis veulent com­plexi­fier les dos­siers pour empê­cher le citoyen lambda de les com­prendre », ana­lyse-t-il. Son arme ? L’open-data. « Le numé­rique est un atout, uti­li­sons-le ! Il faut rendre toutes les don­nées muni­ci­pales aux citoyens pour qu’ils puissent s’approprier leur ville ».
 
 
 
 
Catherine Brun, lut­teuse nos­tal­gique
 
 
Catherine Brun, tete de liste Lutte Ouvriere aux Municipales de Grenoble 2014 © Véronique Serre

Catherine Brun, tête de liste Lutte ouvrière aux muni­ci­pales de Grenoble 2014. © Véronique Serre

 

 
« Je suis de la géné­ra­tion d’après mai 68 qui est tou­jours res­tée révol­tée par cette société pro­fon­dé­ment injuste et inhu­maine ». La mélan­co­lie révo­lu­tion­naire revient régu­liè­re­ment dans le dis­cours de Catherine Brun. À 57 ans, cette ensei­gnante d’histoire-géographie exerce en zone d’é­du­ca­tion prio­ri­taire (Zep) depuis onze ans. 
Militante de tou­jours chez Lutte ouvrière depuis ses 17 ans, c’est avec la même opi­niâ­treté qu’elle par­ti­cipe aux dif­fé­rents scru­tins élec­to­raux pour repré­sen­ter sa for­ma­tion poli­tique. Mais ses résul­tats sont moins linéaires. Après 1,43 % des voix aux muni­ci­pales en 2008 et 0,49 % aux légis­la­tives de 2012, elle est aujourd’­hui cré­di­tée de 1 % dans les son­dages.
 
Catherine Brun, tete de liste Lutte Ouvriere aux Municipales de Grenoble 2014 © Véronique Serre

Catherine Brun, tête de liste Lutte ouvrière aux muni­ci­pales de Grenoble 2014. © Véronique Serre

« Les élec­tions font par­tie du com­bat poli­tique pour popu­la­ri­ser nos idées, même si nous pen­sons qu’elles ne chan­ge­ront pas la vie des tra­vailleurs. Elles ont tou­jours une signi­fi­ca­tion poli­tique. Il faut les uti­li­ser pour per­mettre aux tra­vailleurs de reje­ter la poli­tique gou­ver­ne­men­tale, sans avoir à cau­tion­ner la droite et l’extrême droite », jus­ti­fie la can­di­date.
 
Service public du loge­ment, inter­dic­tion des licen­cie­ments et des aides publiques aux grandes entre­prises… La can­di­date n’a aucun pro­gramme local. Et l’as­sume : « J’ai l’honnêteté de dire que les pro­blèmes fon­da­men­taux seront réso­lus par des inter­ven­tions à l’échelle du natio­nal. Comme les luttes de mai 68 ou de juin 36. Je n’ai aucun mépris pour les pro­blèmes locaux car ce sont les mêmes par­tout : la misère et le chô­mage mas­sif. Mais ce ne sont pas les muni­ci­pa­li­tés qui ont les moyens de lut­ter. »
 
Catherine Brun, tete de liste Lutte Ouvriere aux Municipales de Grenoble 2014 © Véronique Serre

Catherine Brun, tête de liste Lutte ouvrière aux muni­ci­pales de Grenoble 2014. © Véronique Serre

Derrière les élec­tions locales, les scru­tins auront aussi une signi­fi­ca­tion poli­tique natio­nale et seront en par­tie ana­ly­sés comme tels. « Il faut mon­trer une oppo­si­tion ouvrière à ce gou­ver­ne­ment qui a conduit une poli­tique plus des­truc­trice pour les milieux popu­laires que le pré­cé­dent. » En revanche, c’est à l’échelle locale que s’amorce cette « oppo­si­tion ouvrière », selon Catherine Brun. « J’étais la semaine der­nière avec les tra­vailleurs de Vencorex à Pont-de-Claix qui se mobi­lisent pour conser­ver leurs emplois. Puis avec les pos­tiers qui luttent contre la réor­ga­ni­sa­tion de leur tra­vail ».
 
Lorsque sont évo­quées des affi­ni­tés idéo­lo­giques avec le can­di­dat éco­lo­giste Eric Piolle – telles la lutte contre la spé­cu­la­tion immo­bi­lière, l’opposition au sub­ven­tion­ne­ment d’entreprises pri­vées ou la muni­ci­pa­li­sa­tion de ser­vices essen­tiels – la can­di­date se braque. « Les éco­lo­gistes sont au gou­ver­ne­ment. Je ne les ai pas enten­dus se déso­li­da­ri­ser des mesures anti-ouvrières prises par leur gou­ver­ne­ment, comme l’accord natio­nal inter­pro­fes­sion­nel. Je condamne ce jeu des par­tis qui se rangent fina­le­ment tou­jours der­rière les socia­listes. Ils trompent les tra­vailleurs depuis des années et les mettent à la remorque du PS qui défend la bour­geoi­sie. » Elle n’oublie pas pour autant ses prin­ci­paux adver­saires. « Droite et extrême droite res­tent des enne­mies mor­telles ».
 
 
 
 
Maurice Colliat, le pas­séiste inoxy­dable
 
 
 
Affiche de campagne de Maurice Colliat du Parti Ouvrier Indépendant © Nils Louna

Affiche de cam­pagne de Maurice Colliat du Parti ouvrier indé­pen­dant. © Nils Louna

 
L’avant-dernière semaine de cam­pagne était la pre­mière pour Maurice Colliat et son équipe du Parti ouvrier indé­pen­dant (POI). Il n’en est pas plus joi­gnable pour autant. Sept jours auront été néces­saires pour contac­ter direc­te­ment celui qui se plaint, par ailleurs, du manque de repré­sen­ta­tion de son parti dans les médias.
 
L’enseignant spé­cia­lisé de 64 ans, syn­di­qué depuis ses 20 ans, n’est guère pré­cis sur le nombre de can­di­da­tures qu’il a por­tées. « Je par­ti­cipe aux scru­tins élec­to­raux depuis une ving­taine d’années ; trois ou quatre fois aux élec­tions can­to­nales, quelques fois éga­le­ment aux élec­tions légis­la­tives ». Il n’a jamais dépassé 1% des voix avec cette for­ma­tion poli­tique qui met peu en avant la per­son­na­lité des can­di­dats. « C’est notre pro­gramme qui prime. Peu importe la per­sonne qui le porte. J’ai été dési­gné tête de liste car j’avais un peu d’expérience. »
 
Pour le pre­mier tour des muni­ci­pales de ce dimanche, le tirage au sort a posi­tionné le POI à l’extrême gauche des pan­neaux élec­to­raux. C’est géné­ra­le­ment de la même manière que ce parti est classé sur l’échiquier poli­tique, même s’il s’en défend. « Nous refu­sons d’être qua­li­fiés d’extrême gauche. Nous sommes très calmes, très patients. Nous n’organisons aucune action spec­ta­cu­laire, s’agace le can­di­dat tête de liste. Le parti a même entamé des démarches jusqu’au conseil d’État pour être qua­li­fié de divers gauche » Une demande dont il a été débouté.
 
© Nils Louna

© Nils Louna

Le pro­gramme de la liste tient sur l’affiche de cam­pagne. La pre­mière mesure – l’abrogation de la réforme des rythmes sco­laires – ne fait pour­tant pas par­tie des com­pé­tences muni­ci­pales. L’ancien ensei­gnant estime que cette mesure « a été mise en place de façon anti­ci­pée à Grenoble. Les petites com­munes n’auront pas les moyens de faire appli­quer cette réforme conve­na­ble­ment. Cela va à l’encontre de l’école répu­bli­caine. Nous ne pou­vons que nous y oppo­ser. »
 
Seconde mesure défen­due par la liste : faire sor­tir Grenoble de la Métro. « Nous prô­nons le retour aux syn­di­cats inter­com­mu­naux qui res­pec­taient la sou­ve­rai­neté com­mu­nale ». Le rétro­pé­da­lage comme méthode poli­tique au ser­vice d’une ambi­tion de taille : « Nous sou­hai­tons gagner et obte­nir une majo­rité muni­ci­pale ».
 
 
 
Victor Guilbert
 
 
MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
4860 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Dommage que ces petits quan­di­dats n’aient pas par­ti­ci­pés aux débats du 1er tour.
    C’est aussi une façon de se démar­quer des medias mains­treams que de ne pas repro­duire leurs sché­mas.

    sep article
    • Pour infor­ma­tion, ces trois can­di­dats se sont décla­rés très tar­di­ve­ment et/ou n’a­vaient pas fait connaître leur pro­gramme ou seule­ment par­tiel­le­ment. Il était donc dif­fi­cile, pour ne pas dire impos­sible, de les faire par­ti­ci­per aux débats du 1er tour orga­ni­sés bien en amont.

      Paul Turenne, jour­na­liste Place Gre’net

      sep article
  2. Je trouve labo­rieux et sain qu’un jeune moyen de com­mu­ni­ca­tion comme Place Gre’net basé pour le moment sur le béné­vo­lat de ses acteurs, donne la parole aux can­di­dats dont le score estimé est des plus modestes. Je vous remer­cie de cette éxi­gence que vous vous impo­sez et qui vous honore.

    sep article
  3. « Lahcen Benmaza, l’aventurier trans­pa­rent » Quel joli titre… mais avoir créé son parti poli­tique, il est ni de droite ni de gauche et ne fait pas de poli­tique ? Un peu schi­zo­phrène, non ? Quelle trans­pa­rence… Il fait comme les autres, le pro­gramme est très léger. Il a oublié de vous dire qu’il sou­hai­tait mettre des drones au des­sus des quar­tiers sud de Grenoble et par­ti­cu­liè­re­ment à la Villeneuve, un oubli sans doute…

    sep article