Eric Piolle de la liste Grenoble une ville pour tous Laurent Thoviste PS à Fontaine et Geneviève Picard Centre à Saint-ismier signant la charte Anticor Isère contre la corruption des élus

Trois candidats ont signé la charte Anticor

Trois candidats ont signé la charte Anticor

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le mardi 21 janvier au soir, dans la salle du café de la Table ronde, trois personnalités politiques locales ont signé la charte de l’association Anticor, dont Eric Piolle tête de liste de « Grenoble, une ville pour tous », seul parmi les candidats aux municipales de Grenoble.

 
 
Eric Piolle de la liste Grenoble une ville pour tous Laurent Thoviste PS à Fontaine et Geneviève Picard Centre à Saint-ismier signant la charte Anticor Isère contre la corruption des élus

Eric Piolle, Laurent Thoviste et Geneviève Picard signant la charte Anticor. © Jean-Baptiste Auduc – pla​ce​gre​net​.fr

C’est une réunion inti­miste qui s’est tenue ce mardi 21 jan­vier à l’oc­ca­sion de la signa­ture de la charte d’Anticor. Seuls étaient pré­sents Eric Piolle de la liste « Grenoble, une ville pour tous », Laurent Thoviste, can­di­dat PS à Fontaine, et Geneviève Picard, repré­sen­tante du Centre à Saint-Ismier.
 
Une dizaine de per­sonnes s’é­taient par ailleurs dépla­cées pour échan­ger autour de la charte de l’as­so­cia­tion. Cette der­nière se défi­nit elle-même comme « un groupe de pres­sion mili­tant et une force de pro­po­si­tions qui a pour objec­tif de rendre les citoyens plus vigi­lants et les hommes poli­tiques plus rigou­reux dans la ges­tion des affaires publiques ».
 
Affiche signataire 2014 AnticorPendant une heure, Thierry Labelle, res­pon­sable local d’Anticor Isère, et Eric Battier, membre du bureau natio­nal d’Anticor, ont fait un tra­vail péda­go­gique. Sous la lumière tami­sée, les deux hommes ont dévoilé leur charte aux can­di­dats et à la presse. « Nous avons invité tous les par­tis, mais pas les can­di­dats un par un, a déclaré Thierry Labelle. Certes, nous espé­rons d’autres signa­tures, mais je ne vais pas cher­cher les can­di­dats par la main ».
 
Lors des der­nières élec­tions, « l’idée était de faire du quan­ti­ta­tif et de faire signer le maxi­mum de gens ». Désormais, il s’a­git de faire du qua­li­ta­tif. L’association anti-cor­rup­tion étu­die lon­gue­ment les demandes et dis­cute avec les can­di­dats. C’est pour­quoi la charte qui existe depuis novembre 2013 n’est rati­fiée qu’aujourd’hui.
 
 
Neuf enga­ge­ments
 
 
Thierry Labelle présentant la charte Anticor à Grenoble Isère contre la corruption des élus

Thierry Labelle pré­sen­tant la charte Anticor. © Jean-Baptiste Auduc – pla​ce​gre​net​.fr

La charte Anticor com­porte neuf enga­ge­ments. L’article 1 traite du « non-cumul des man­dats et fonc­tions ». S’il est élu, le can­di­dat s’engage à ne pas cumu­ler plus d’un man­dat élec­to­ral et une fonc­tion exé­cu­tive. L’article 3, inti­tulé « trans­pa­rence », sti­pule que le can­di­dat devra mettre en ligne sa décla­ra­tion d’intérêt.
Enfin, l’article 7 parle du « trai­te­ment des atteintes à la pro­bité ». Une expres­sion qui fait réfé­rence à la col­lu­sion entre deux per­sonnes : l’une pos­sède des pré­ro­ga­tives dans le cadre de ses fonc­tions, l’autre sou­haite l’exploiter. Ainsi, chaque can­di­dat signa­taire s’engage-t-il à sus­pendre les élus mis en exa­men pour un tel motif.
 
Les membres de l’association le disent eux-même. Anticor est très sou­vent sol­li­cité au niveau natio­nal, mais ce nom ne parle pas aux citoyens, si ce n’est lors d’élections ou de pro­cès sym­bo­liques. Il s’a­git d’ailleurs là d’une pre­mière pré­sen­ta­tion pour Anticor Isère, créée en 2012. Les antennes locales sont en effet très récentes, alors que la struc­ture natio­nale date de 2002.
 
Lors de sa créa­tion, celle-ci a été por­tée presque exclu­si­ve­ment par des élus, en réac­tion à la pré­sence au second tour de l’élection pré­si­den­tielle de Jean-Marie Le Pen. Ainsi, Thierry Labelle résume-t-il la mis­sion d’Anticor : « rendre ses lettres de noblesse à la poli­tique, dans une idée de ‘‘plus jamais ça’’ ». « On a encore beau­coup de tra­vail » déplore-t-il dans un sourire.
 
 
Anticor, “anti-extrêmes”
 
 
Eric Piolle de la liste Grenoble une ville pour tous signant la charte Anticor Isère contre la corruption des élus

Eric Piolle signant la charte Anticor.       © Jean-Baptiste Auduc – pla​ce​gre​net​.fr

Dans cette logique, tous les par­tis ont été invi­tés à cette réunion, sauf un : le Front natio­nal. Anticor ne désire pas faire signer “les extrêmes”, de gauche ou de droite. Mais si Mireille d’Ornano, can­di­date FN à Grenoble, se pré­sente à Anticor, sa demande sera étu­diée comme les autres. Anticor s’est en effet assou­pli depuis sa créa­tion. « Si le can­di­dat porte une liste, le parti ne compte pas et sa demande sera étu­diée, pré­cise le res­pon­sable 38. Mais si le can­di­dat n’est qu’un prête-nom pour le parti, ce sera un non intran­si­geant ».
 
En fin de réunion, la ques­tion de Thierry Labelle est simple : « Voulez-vous encore signer ? ». « Toujours ! » s’exclame Eric Piolle, avec une pointe d’impatience. Celui-ci a par ailleurs annoncé qu’il allait rendre publique sa décla­ra­tion de patri­moine dans les 48 heures*.
 
Jean-Baptiste Auduc
 
 
* Cliquez ici pour décou­vrir la décla­ra­tion de patri­moine d’Eric Piolle qu’il a ren­due publique, ce jeudi 23 jan­vier au soir.
 
 
 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

JBA

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

COUV Eric Piolle joue les influenceurs de mode culinaire sur Internet à l'approche du second tour DR
Candidat aux municipales, Éric Piolle s’improvise influenceur culinaire promoteur de tacos végétariens

  FIL INFO – Arrivé en tête au premier tour avec 46,67 % des voix, Éric Piolle, maire EELV sortant de Grenoble et candidat à Lire plus

La « droite constructive » annonce son soutien à la candidature d'Émilie Chalas
Second tour des municipales : faute de réunions publiques, Émilie Chalas repart en campagne… en tricycle

  EN BREF - L'interdiction des réunions publiques ne facilite pas la tâche des candidats restant en lice pour le deuxième tour des municipales à Lire plus

Pour l'heure, aucun budget d'action anti-pollution n'a été établi par la liste de Christophe Ferrari "Une ville qui avance". © Anissa Duport-Levanti
Le Pont-de-Claix : deux listes face à Christophe Ferrari… sans la droite

  EN BREF – Au Pont-de-Claix, deux listes font face au maire sortant Christophe Ferrari, également président de la Métropole grenobloise. Celle de la communiste Lire plus

Pierre Verri, maire de Gières, est le candidat PS dans cette deuxième circonscription. Il tente de succéder au député socialiste sortant Michel Issindou. © DR
Pierre Verri réélu maire de Gières de justesse

  FIL INFO – Seules deux listes étaient candidates aux municipales à Gières, cette année. Il n’y aura donc pas de deuxième tour. Et c'est Lire plus

Flash Info

|

16/06

15h50

|

|

16/06

15h20

|

|

16/06

11h47

|

|

15/06

22h48

|

|

15/06

17h34

|

|

15/06

16h20

|

|

15/06

15h00

|

|

15/06

12h15

|

|

14/06

16h51

|

|

14/06

16h12

|

Les plus lus

Économie| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

A écouter| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin