L'autorisation donnée aux chasseurs d'effectuer des tirs de loups lors de battues au gibier est illégale, a statué le tribunal administratif de Nice.

Un plan entre chien et loup

Un plan entre chien et loup

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
DÉCRYPTAGE - Alors que le Plan loup auto­rise l’a­bat­tage de 24 loups en France, soit le double de l’an der­nier, les éle­veurs du dépar­te­ment ne se montrent pas satis­faits. Beaucoup d’entre eux sou­haitent plus de tirs, tan­dis que les pro-loups réclament davan­tage de prévention.
 
 
©Gourdol-Max-ONCFS

©Gourdol-Max-ONCFS

C’était dans la nuit du 19 au 20 mai der­nier. Cette nuit-là, des loups ont atta­qué les bre­bis des frères Salvi à Ornon, dans l’Oisans. «  Une ving­taine de bêtes ont été man­gées, égor­gées ou ont dis­paru. Le loup voit en l’a­gneau une proie facile. C’est comme un gosse devant un pot de confi­ture…  » constate Marc Salvi, mi-fataliste.
 
 
Les rele­vés des agents de l’État ont confirmé : c’est bien le loup qui s’en est pris, il y a dix jours, au trou­peau des Salvi. Les bre­bis n’é­tant plus pro­té­gées par leur chien, un patou, le loup en a pro­fité. Depuis avril, cinq décla­ra­tions d’at­taque sont ainsi par­ve­nues sur le bureau de la direc­tion dépar­te­men­tale des ter­ri­toires de l’Isère (DDT).
 
Car le loup des­cend désor­mais dans les val­lées alpines. «  Sa pré­sence s’é­tend dans les zones val­lon­nées, les coteaux  », constate Éric Greffe-Fonteymond, pré­sident de l’as­so­cia­tion des éle­veurs ovins de l’Isère. «  Jusque-là, il atta­quait des bêtes gar­dées sur les alpages. Là, il des­cend et va tom­ber sur des parcs, avec des bêtes non gar­dées. On ne peut pas mettre un patou par parc ! »
 
 
Une popu­la­tion en aug­men­ta­tion de 20 %
 
Patou sur un alpage. ©agirinfo
Patou sur un alpage. © agirinfo
Chez les éle­veurs, la colère ne retombe pas depuis que le loup a fait son retour dans les Alpes fran­çaises, au début des années quatre-vingt-dix. Sa popu­la­tion est aujourd’­hui esti­mée à 250 indi­vi­dus. Et son ter­ri­toire s’é­tend. Cette année, la Lozère et le Vaucluse rejoignent l’Isère et le groupe des 12 com­munes (1) où le loup a été offi­ciel­le­ment observé… et chassé. L’année der­nière, jus­qu’à 11 loups pou­vaient être abat­tus sur déci­sion minis­té­rielle. Cette année, le «  nombre maxi­mum de déro­ga­tions au sta­tut de l’es­pèce pro­té­gée  », selon la ter­mi­no­lo­gie offi­cielle, a été porté à 24. Soit plus du double, alors que l’on estime la pro­gres­sion des loups en France à 20 % par an.
 
Comment jus­ti­fier cette esca­lade ? Par le nombre d’at­taques ? Pas vrai­ment. Certes, plus de 6 000 mou­tons ont été vic­times du loup en France en 2012, contre 5 000 en 2011. Mais on estime entre 100 000 et 200 000 le nombre de mou­tons tués chaque année par les chiens. Par l’i­nef­fi­ca­cité des tirs ? Sans doute car l’an­née der­nière, sur les 125 auto­ri­sa­tions de tir déli­vrées, trois seule­ment ont atteint leur cible.
 
 
Patou dans une bergerie. ©La buvette des alpages
Patou dans une ber­ge­rie. © La buvette des alpages
Faire retom­ber la pression
 
«  En terme d’ef­fi­ca­cité, on a connu mieux…  » recon­naît un fonc­tion­naire qui avoue pas­ser beau­coup de temps sur « la pape­rasse » à étu­dier les demandes d’au­to­ri­sa­tions de tir, au détri­ment de la pré­ven­tion « qui serait plus effi­cace ». Cette année, des for­ma­tions seront d’ailleurs dis­pen­sées aux éle­veurs et aux agents de l’Office natio­nal de la chasse et de la faune sau­vage (ONCFS).
 
Dans une filière ovine secouée par les crises suc­ces­sives, éco­no­miques et sani­taires, le loup est la goutte de trop. En dou­blant le nombre d’a­ni­maux pou­vant être tirés et en faci­li­tant les tirs de défense à proxi­mité des trou­peaux, comme les tirs de pré­lè­ve­ment sur un ter­ri­toire plus large, les pou­voirs publics espèrent faire retom­ber la pres­sion. Pression de pré­da­tion de l’a­ni­mal comme pres­sion des éle­veurs et des chasseurs…
 
Des mesures qui font bon­dir Pierre Athanaze, pré­sident de l’as­so­cia­tion pour la pro­tec­tion des ani­maux sau­vages (ASPAS). «  Ces 24 loups, on va les tirer un peu n’im­porte où, dénonce-t-il. Pour le gibier, on délivre des bra­ce­lets par mas­sif. Là, ce n’est pas le cas. Cela a été fait pour faire plai­sir aux chas­seurs et au monde de l’é­le­vage !  » Et celui-ci de dénon­cer l’ab­sence totale de gestion.
 
 

 

Louve abattue à Bouvante (Drôme) dans le massif du Vercors en 2004. DR

Louve abat­tue à Bouvante (Drôme) dans le mas­sif du Vercors en 2004. DR

4 loups abat­tus en Isère depuis 2004
 
En Isère, le tir de loups est auto­risé depuis 2004. Si aucun spé­ci­men n’a été abattu l’an der­nier, deux l’ont été en 2005, dans le mas­sif du Taillefer et dans la Valdaine, et deux autres en 2006 dans le mas­sif de Belledonne. De fait, le loup est insai­sis­sable. «  C’est une bête qui fait une lec­ture de son envi­ron­ne­ment et va au plus facile en man­geant ce qui est simple à cap­tu­rer et abon­dant dans l’es­pace  », explique Eric Marboutin, chef de pro­jet loup-lynx à l’ONCFS.
 
 
En 2012, en Isère, 222 bêtes ont fait l’ob­jet d’in­dem­ni­sa­tion « au titre du loup ». Bien loin des 2  161 vic­times des Alpes-Maritimes, où les bêtes passent en grande par­tie la nuit dehors. L’Isère, un dépar­te­ment rela­ti­ve­ment épar­gné, donc ? Pas pour les éle­veurs, pour qui chaque attaque fait office de caisse de réso­nance. Et pour qui chaque bête dis­pa­rue se réper­cute sur l’en­semble du chep­tel, avec son lot de stress, de désor­ga­ni­sa­tion du trou­peau, de peur dérai­son­née des chiens de bergers…
 
 
Difficile coha­bi­ta­tion
 
Aujourd’hui, une quin­zaine de loups s’est ins­tal­lée dans le dépar­te­ment. Ceux-ci sont répar­tis en trois meutes s’ap­pro­priant cha­cune un ter­ri­toire : les hauts pla­teaux du Vercors, le nord du mas­sif de Belledonne et la val­lée de l’Odolle dans le mas­sif de l’Oisans. Quelle solu­tion appor­ter à cette dif­fi­cile coha­bi­ta­tion entre l’homme et le grand pré­da­teur ? Autoriser plus de tirs ? C’est chose faite depuis cette année. Multiplier les mesures de pro­tec­tion ? Sûrement. «  On sait qu’une attaque sur un trou­peau non pro­tégé fait entre dix et quinze vic­times et autant d’a­ni­maux dis­pa­rus, pré­cise un proche du dos­sier. Quand il existe des moyens de pro­tec­tion, on des­cend à deux ou trois victimes. »
 
Pour autant, la pré­ven­tion ne suf­fira jamais à éloi­gner tota­le­ment le risque d’at­taque. «  Même avec le meilleur chien et le meilleur ber­ger du monde, le loup a une lon­gueur d’a­vance  ». Il a appris à se méfier de l’homme et sait notam­ment pro­fi­ter du brouillard pour atta­quer. «  Le loup contourne les mesures de pro­tec­tion, confirme Eric Greffe-Fonteymond, un des porte-parole des éle­veurs ovins du dépar­te­ment qui réclame plus que jamais l’au­to­ri­sa­tion de tirer.
 
En 2012, les aides à la pro­tec­tion des trou­peaux en France ont atteint 8 mil­lions d’eu­ros, finan­cés pour moi­tié par l’Europe et pour moi­tié par le contri­buable fran­çais. Dans le même temps, les indem­ni­sa­tions ont coûté 2 mil­lions d’eu­ros, pour 5  500 bêtes. Le prix à payer pour que le loup regagne, en France, une place qu’il avait quit­tée, chassé par son plus grand ennemi et seul pré­da­teur : l’homme.
 
 
Patricia Cerinsek
 

(1) Alpes de Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Drôme, Isère, Pyrénées-Orientales, Haut-Rhin, Haute-Saône, Savoie, Haute-Savoie, Var, Vosges

 

(2) Lorsque la res­pon­sa­bi­lité du loup n’est pas avé­rée, le doute pro­fite à l’éleveur.

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Vercors Music Festival
Vercors Music Festival : un format réinventé et plus intimiste pour la 7e édition, du 2 au 4 juillet 2021

FOCUS - Le Vercors Music Festival fait son retour à Autrans-Méaudre, le week-end des 2, 3 et 4 juillet 2021. Suzane, Hervé, La Rue Kétanou, Lire plus

Le parking de la Molière © Parc du Vercors
Vercors : l’espace naturel sensible de La Molière et du Sornin face au défi de la surfréquentation touristique

  FOCUS - À la suite d'une vague de visiteurs sans précédent en 2020 sur les plateaux de La Molière et du Sornin, le Parc Lire plus

Motos sur une route du Vercors. DR
Le Parc naturel régional du Vercors rappelle les règles de vivre-ensemble pour la circulation des motos

  FLASH INFO – Alors que les beaux jours reviennent en même temps qu’un allègement des mesures sanitaires, le Parc naturel régional du Vercors s’attend Lire plus

Une nouvelle carte de randonnée pour parcourir le Trièves
Une nouvelle carte de randonnée pour parcourir le Trièves

  FLASH INFO - Une nouvelle carte de randonnée pour le Trièves a été éditée par le Parc naturel régional du Vercors, plus complète que Lire plus

Flash Info

|

22/06

22h54

|

|

22/06

21h39

|

|

22/06

14h36

|

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

|

21/06

10h31

|

|

19/06

18h19

|

|

18/06

17h03

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin