Craintes chez Caterpillar

Craintes chez Caterpillar

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin


SOCIAL – L’annonce inat­ten­due, en mars 2013, d’un plan de départs volon­taires de 200 postes a ravivé les craintes des sala­riés du site Caterpillar de Grenoble-Echirolles, encore mar­qués par la sup­pres­sion de 600 postes en 2009. Présenté par la direc­tion comme une mesure néces­saire de com­pé­ti­ti­vité, ce plan pour­rait être évité aux yeux des syn­di­cats qui y voient les consé­quences d’une mau­vaise gestion.

« Les sala­riés n’en sont pas remis. L’annonce d’un plan de départs volon­taires a réac­tivé chez eux le sou­ve­nir des 600 postes sup­pri­més en 2009 » explique Pierre Piccarreta, repré­sen­tant CGT du per­son­nel de l’u­sine Caterpillar de Grenoble. Dans la ligne de mire : 200 sala­riés, prin­ci­pa­le­ment des tech­ni­ciens et employés admi­nis­tra­tifs, appe­lés « les indi­rects ». « Ce plan de départ répond à un pro­blème struc­tu­rel », jus­ti­fie Roger Poinard, res­pon­sable des rela­tions sociales de Caterpillar France. « Nous avons lancé un plan de moder­ni­sa­tion de l’ou­til indus­triel de plus de 50 mil­lions de dol­lars sur l’an­née 2011. Il a fait gagner notre outil indus­triel en effi­cience, qua­lité, sécu­rité, mais n’a pas per­mis de réduire suf­fi­sam­ment à lui seul nos coûts de pro­duc­tion qui res­tent trop éle­vés par rap­ports aux stan­dards du mar­ché. Pour nous, ce plan est donc impé­ra­tif pour amé­lio­rer dura­ble­ment notre compétitivité. »
Face à cette situa­tion, la direc­tion pro­pose une solu­tion en deux volets jugés com­plé­men­taires. « Le pre­mier volet, qui repré­sente envi­ron 90 % des éco­no­mies à réa­li­ser, consiste à opti­mi­ser nos pro­cé­dés de pro­duc­tion, la concep­tion de nos machines, l’ap­pro­vi­sion­ne­ment des pièces et les flux logis­tiques. Le deuxième volet qui repré­sente les 10 % res­tants porte sur le redi­men­sion­ne­ment des fonc­tions sup­ports. » A savoir, près de 200 postes clai­re­ment iden­ti­fiés chez Caterpillar France pour des départs volontaires.
Le trau­ma­tisme de 2009
Si l’am­biance est lourde chez le géant des engins de tra­vaux publics, c’est que 2009 a laissé des traces. Comme un trau­ma­tisme. Cette année-là, le géant amé­ri­cain avait été frappé de plein fouet par la crise et confronté à une bru­tale chute de ses com­mandes. D’où l’an­nonce de 600 sup­pres­sions d’emplois en début d’an­née. Face au refus de négo­cier de la direc­tion, le conflit s’é­tait durci, avec des mani­fes­ta­tions régu­lières dans Grenoble, des feux de pneus devant l’u­sine et même une course pour­suite dans les bureaux sui­vie d’une occu­pa­tion des lieux. La crise avait atteint son point d’orgue avec la séques­tra­tion fin mars de cinq cadres par les salariés.
« Il n’y a aucune simi­li­tude avec la situa­tion de 2009 », assure de son côté Roger Poinard. « A l’é­poque, on avait dû faire face à un pro­blème conjonc­tu­rel, à savoir, la chute de près de 80 % des volumes de pro­duc­tion et il y avait eu des départs contraints. Là, nous devons faire face à un pro­blème struc­tu­rel de com­pé­ti­ti­vité et allons tout faire pour y répondre sans départs contraints. On se laisse jus­qu’à fin 2014. Nous sommes confiants car nous met­tons en place un maxi­mum de mesures inci­ta­tives pour encou­ra­ger la mobilité ».
Des argu­ments qui ne suf­fisent pas à ras­su­rer les repré­sen­tants syn­di­caux. « S’ils ne réus­sissent pas à ce que 200 per­sonnes partent, quel est le plan B ? » s’in­quiète Pierre Piccarreta, avant d’a­jou­ter : « nous crai­gnons qu’en 2014 l’en­tre­prise fasse un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) mais avec des départs contraints ».
Une restruc­tu­ra­tion « évitable » ?
Ces 200 départs sont cen­sés aug­men­ter la pro­duc­ti­vité du site, selon le rap­port du cabi­net Booz man­daté par Caterpillar. Ils repré­sen­te­raient, selon les syn­di­cats, 1,4 % des 17 % de gains de com­pé­ti­ti­vité visés par la direc­tion du groupe. Des chiffres confi­den­tiels qui ne nous ont pas été confir­més par Caterpillar France. Cette restruc­tu­ra­tion serait en tout cas « évi­table » selon Alain Dejoux, délé­gué syn­di­cal CFDT : « La direc­tion pour­rait réduire les indi­rects sur trois ou quatre ans sans faire ce plan, juste avec les départs à la retraite et les départs natu­rels ». Ce que réfute Roger Poinard. « En terme de com­pé­ti­ti­vité, si l’on a des coûts de pro­duc­tion trop éle­vés par rap­port à nos concur­rents, on se doit de les réduire dans les meilleurs délais. D’autant que ce pro­blème n’est pas nou­veau. Cela avait été annoncé en comité d’en­tre­prise (CE) fin 2012. » Quant au reste des éco­no­mies envi­sa­gées, Pierre Piccarreta y voit de pos­sibles délo­ca­li­sa­tions. « Certaines pièces de moteur pour­raient être construites ailleurs ».
Impossible en tout cas de savoir d’où vient la déci­sion. Relève-t-elle de la stra­té­gie groupe ou de Caterpillar France ? « C’est une déci­sion de mar­ché qui s’im­pose d’elle-même », répond Roger Poinard. « On a le sen­ti­ment que ça vient de la direc­tion du groupe » affirme tou­te­fois Alain Dejoux, qui en veut pour preuve la sup­pres­sion, dans le même temps, de 1400 emplois en Belgique et la fer­me­ture pré­vue de l’u­sine de Toronto, au Canada. « Nous crai­gnons que le siège veuille fer­mer le site de Grenoble », pour­suit Pierre Piccarreta. « Quand on ferme une entre­prise, on agit de cette façon en rédui­sant les effec­tifs. Comme ça, s’il y a une fer­me­ture de site, ça passe mieux. Nous avons quand même perdu un tiers des effec­tifs en quatre ans ! »
Derrière ce plan de départs volon­taires, c’est donc bien la ques­tion de l’a­ve­nir de Caterpillar à Grenoble qui est sou­le­vée par le syn­di­ca­liste. Un ques­tion­ne­ment ren­forcé par le manque res­senti d’in­ves­tis­se­ments sur le site gre­no­blois par rap­port à celui d’Échirolles, dont deux lignes de mon­tages ont été tota­le­ment moder­ni­sées. Alors, faut-il voir der­rière ces départs volon­taires le pré­sage d’une fer­me­ture ? « C’est l’in­verse ! » affirme Roger Poinard. « C’est jus­te­ment en tra­vaillant sur la com­pé­ti­ti­vité du site qu’on va pou­voir pré­pa­rer l’a­ve­nir et pré­ser­ver les emplois. »
Départs à la retraite et mobilité
Pour par­ve­nir à ces 200 départs, le plan pré­senté par la direc­tion com­porte trois mesures : départs à la retraite anti­ci­pés, mobi­lité interne et mobi­lité externe. Si le prin­cipe des mesures de départs à la retraite est plu­tôt bien perçu des sala­riés, les condi­tions actuel­le­ment pro­po­sées, à savoir 60 % du revenu net sur 36 mois avec une prime inci­ta­tive, posent pro­blème. « Les pre­mières réac­tions ne sont pas favo­rables, les sommes pro­po­sées n’é­tant pas assez attrac­tives » juge Pierre Piccarreta. « Cela dit, ça peut encore évo­luer avec les négo­cia­tions en cours. »
La CGT, bien qu’en accord avec les mesures d’âge, sou­haite d’a­bord véri­fier que celles-ci ne dés­équi­librent pas l’en­tre­prise. D’où une demande de contre-exper­tise au cabi­net Secafi, spé­cia­lisé dans le conseil aux comi­tés d’en­tre­prise. « Ils pour­raient très bien gar­der le per­son­nel, mais l’en­tre­prise est prête à payer pour dégrais­ser. Pour ceux qui ont déjà tous leurs droits à une retraite com­plète, il va y avoir des départs. Pour les sala­riés en pré-retraite, c’est plus com­pli­qué. Le plan de por­tage court jus­qu’en 2017. C’est donc qu’il y a une pré­vi­sion d’ac­ti­vité mau­vaise jusque là ; sinon, ils auraient attendu les départs « natu­rels »… Ou alors ils ont d’autres idées der­rière la tête » souffle Alain Dejoux, inquiet.
Une deuxième solu­tion pro­po­sée consiste à ouvrir à davan­tage de sala­riés ce plan de départ volon­taire, au départ conçu pour les seuls « indi­rects ». De quoi don­ner la pos­si­bi­lité aux employés tra­vaillant sur la chaîne de mon­tage d’en pro­fi­ter, si leur poste est repris par un « indi­rect ». « C’est une rétro­gra­da­tion pour les postes indi­rects, le plus sou­vent réser­vés aux plus anciens, à des postes directs, sur la chaîne de mon­tage » dénonce Pierre Piccarreta qui y voit une mesure « mau­vaise pour l’es­time de soi ». « On demande donc une com­pen­sa­tion, ainsi que la pos­si­bi­lité de gar­der son salaire intact et une cer­taine sécu­rité de l’emploi ».
Dernière solu­tion : la mobi­lité externe, qui consiste pour le sala­rié à trou­ver un CDI ailleurs, à se recon­ver­tir sur la base d’un pro­jet pré­cis ou à créer son entre­prise. « Ceux qui choi­si­raient cette option tou­che­raient une indem­nité égale à 8 mois de salaire, plus une indem­nité de licen­cie­ment, mais trou­ver un CDI aujourd’­hui, ce n’est pas facile » rap­pelle le délé­gué CFDT. Avant d’a­jou­ter : « L’ambiance est morose. Autour, ça va mal, il n’y a pas de tra­vail… » Dans le cadre de l’ac­cord de méthode signé par la CGT, FO et la CFTC le 18 avril der­nier, un avis du CE devrait être rendu aux alen­tours du 25 juin. Date à laquelle la période de mobi­lité pourra s’ouvrir.
Mauvaise ges­tion ?
Pour l’heure, le plan de la direc­tion ne fait pas l’u­na­ni­mité auprès des syn­di­cats qui y voient le résul­tat d’une mau­vaise ges­tion. « Depuis sep­tembre 2012, on est au chô­mage par­tiel et tour­nant, alors qu’on avait énor­mé­ment pro­duit la pre­mière par­tie de l’an­née avec des heures sup­plé­men­taires et des CDD embau­chés… » témoigne Alain Dejoux. « D’un point de vue opé­ra­tion­nel, 2012 a été une année très réus­sie avec des ventes records mal­gré un contexte éco­no­mique dif­fi­cile », a d’ailleurs com­menté en début d’an­née Doug Oberhelman, le pdg de Caterpillar Inc. Une année record même, un chiffre d’af­faires de 65,875 mil­liards de dol­lars en hausse de près de 10 % par rap­port à 2011.
Et les pers­pec­tives pour l’an­née 2013 donnent un niveau de pro­duc­tion à peu près équi­valent à celui de 2012. « C’est comme en 2008 » rap­pelle Alain Dejoux. L’entreprise avait alors annoncé des résul­tats records… et un Plan de Sauvegarde de l’Emploi à la fin de l’an­née. Une incom­pré­hen­sion ren­for­cée par le fait que même après 2009, l’en­tre­prise a conti­nué à recru­ter dans le sec­teur indi­rect, celui dans lequel elle essaye aujourd’­hui de « dégrais­ser » explique Pierre Piccarreta.
Les syn­di­cats s’in­ter­rogent par ailleurs sur les véri­tables rai­sons de ce plan. D’aucuns y voient un moyen de pres­sion pour rené­go­cier une annua­li­sa­tion du temps de tra­vail, que Caterpillar France n’a pu mettre en œuvre en 2009. Autre rai­son évo­quée : la pré­pa­ra­tion de la rené­go­cia­tion du contrat de façon­nage signé tous les trois ans entre Caterpillar France et Caterpillar Suisse, éma­na­tion directe de Caterpillar Inc en Europe. Une rené­go­cia­tion qui pour­rait don­ner lieu à quelques ajus­te­ments ou pres­sions de la direc­tion inter­na­tio­nale du groupe.
Muriel Beaudoing et Lucas Piessat
Pour décou­vrir la frise inter­ac­tive des temps forts de Caterpillar, cli­quez ici
CAT EN BREF 
Le groupe Caterpillar Inc :
Création en 1925
Siège social : Peoria, dans l’Illinois aux Etats-Unis
Effectifs : 125 341 sala­riés dans le monde
65,875 mil­liards de dol­lars de chiffre d’affaires en 2012, en crois­sance de près de 10% par rap­port à 2011
La filiale Caterpillar France :
Implantation à Grenoble, en Isère, en 1961
Effectifs : près de 2 000 per­sonnes, dans ses usines de Grenoble et d’Echirolles
Deuxième unité de pro­duc­tion de machines du groupe en Europe : trac­teurs et char­geuses sur chaînes, pelles hydrau­liques sur pneus, trains de rou­le­ment et composants.
Caterpillar France exporte plus de 93 % de ses pro­duits dans le monde entier.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

MB

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

L'équipe de data science Project avec Camille Gaillard-Minier et Samy Sisaid (c) Elias Muhlstein
La start-up gre­no­bloise Data Science Experts, lau­réate du concours i‑Nov, compte deve­nir un acteur majeur de la data

EN BREF - Samy Sisaid, sous-préfet à la relance et à la résilience de l'Isère, et Camille Gaillard-Minier, députée de la seconde circonscription, ont visité, Lire plus

Le Département vante les contrats aidés auprès des entreprises pour favoriser l'insertion des allocataires RSA
Le Département vante les contrats aidés auprès des entre­prises pour favo­ri­ser l’in­ser­tion des allo­ca­taires RSA

FLASH INFO – "Les contrats aidés, une vraie solution qui marche". Tel est le message que le Département de l'Isère veut porter auprès des entreprises Lire plus

Le World Trade Center de Grenoble accueille le salon GreenFrance autour du tourisme outdoor les 16 et 17 mai
Le World Trade Center de Grenoble accueille le salon GreenFrance autour du tou­risme out­door les 16 et 17 mai

FLASH INFO – Grenoble accueille la cinquième édition de GreenFrance, "la rencontre professionnelle du tourisme outdoor et bien-être en Auvergne-Rhône-Alpes", les lundi 16 et mardi Lire plus

Guilhem Martin, enseignant-chercheur UGA à SIMAP (CNRS/UGA), présente les recherches sur la fabrication additive conduites avec Constellium C-TEC dans le cadre du laboratoire commun 3ALP. (c) CNRS
Le CNRS, l’UGA et Constellium lancent 3Alp, un labo­ra­toire com­mun sur l’a­lu­mi­nium de demain

FOCUS - Le groupe Constellium, l'un des leaders mondiaux de la production d'aluminium, le CNRS et l’Université Grenoble Alpes ont lancé, le vendredi 6 mai Lire plus

Le magasin C&A du centre-ville de Grenoble fait peau neuve, suivant les orientations stratégiques du groupe
Le maga­sin C&A du centre-ville de Grenoble fait peau neuve, sui­vant les orien­ta­tions stra­té­giques du groupe

FLASH INFO – Un nouveau visage pour le magasin C&A de Grenoble? C'est ce qu'annonce la chaîne de magasins de vêtements présente à ce jour Lire plus

L'emploi des cadres rattrape ses niveaux pré-Covid
Emploi des cadres en Auvergne-Rhône-Alpes : la dyna­mique posi­tive s’est pour­suivi en 2021

FIL INFO - La division régionale de l'association pour l'emploi des cadres (Apec) a présenté, en ce début du mois de mai, les résultats de Lire plus

Flash Info

|

18/05

18h58

|

|

18/05

17h47

|

|

18/05

8h02

|

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 31 : « Le bur­kini tou­jours à la une de l’ac­tua­lité à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin