Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Nuit debout Grenoble se mobilise ce 1er mai pour “combattre le fascisme et le capitalisme”

sep article

REPORTAGE – Les “nuitsdeboutistes” grenoblois seront dans la rue ce lundi 1er mai, “pour combattre le fascisme et le capitalisme ». Le mouvement Nuit debout qui tenait son assemblée générale jeudi soir place Saint-Bruno, n’appelle donc pas les électeurs à voter pour Emmanuel Macron le 7 mai prochain, en vue de faire barrage à l’extrême-droite et à sa candidate Marine Le Pen.

 

 

 

Place Saint Bruno, Nuit Debout Grenoble, le 27 avril 2017 après le 1er tour de la présidentielle. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Place Saint-Bruno, Nuit debout Grenoble, le 27 avril 2017 après le 1er tour de la présidentielle. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

« Je suis choqué qu’on ne soit pas tous dans la rue comme en 2002 ! », s’émeut un jeune homme qui se lève sur les marches de la fontaine faisant office d’amphithéâtre, ce jeudi 27 avril au soir, lors de l’assemblée générale hebdomadaire de Nuit debout Grenoble, place Saint-Bruno. Au lendemain du 21 avril 2002, les manifestations spontanées éclataient en effet un peu partout en France pour rejeter le Front national. L’annonce de la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour des élections présidentielles était reçue comme un choc, un séisme… On appelait illico au barrage du FN, en exhortant à voter Jacques Chirac.

 

Quinze ans plus tard, le même scénario se reproduit avec Marine Le Pen, mais la réaction des politiques, comme celle des citoyens n’est plus du tout la même. Et ce soir-là, le jeune homme est bien le seul à s’en étonner, ou pas loin. Il n’y aura d’ailleurs pas d’autres prises de paroles pour abonder dans son sens ou appeler à une manifestation d’ampleur contre le Front national…

 

 

 

Le contexte a beaucoup changé depuis 2002

 

 

Non, à l’évidence, il semble admis par les participants de Nuit debout et bien d’autres que la vie politique et le contexte ont beaucoup changé. « Quinze ans ont passé, tous les partis ont repris les thèmes du FN. C’est pour cela que les gens ne sont pas dans la rue… », tentait d’amorcer comme explication, une jeune fille venue au rendez-vous de Nuit debout, signifiant par là que les idées du FN se sont quelque peu normalisées.

 

Né dans la foulée des premières manifestations contre la loi El Khomri, Nuit debout adopte par conséquent la même posture que Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise que de nombreux nuitsdeboutistes ont soutenu par ailleurs. Et tous deux de fustiger le candidat du néolibéralisme, qui souhaite amplifier la loi Travail.

 

 

Place Saint Bruno, Nuit Debout Grenoble, le 27 avril 2017 après le 1er tour de la présidentielle. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Place Saint Bruno, Nuit Debout Grenoble, le 27 avril 2017 après le 1er tour de la présidentielle. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Pour cet autre fidèle de Nuit debout, ce n’est pas que les idées du FN ne soient “plus aussi abjectes” qu’elles ne l’étaient, mais qu’aujourd’hui, étant donné les difficultés économiques entre autres, les gens en ont plus qu’assez d’un non-choix : « Ils sont dégoûtés, parce qu’entre le néolibéralisme et l’extrême droite, ils n’ont pas un choix normal. S’il n’y a pas beaucoup de mobilisation dans la rue contre le FN, c’est parce qu’en face, il y a un candidat néolibéral également dangereux. »

 

Face à cette alternative sans issue positive, le mouvement Nuit debout défilera « pour combattre le fascisme et le capitalisme », ce lundi 1er mai, en tête de cortège. Le rendez-vous est donné à 14 heures à la gare. « Venez avec vos pancartes ! », glissera Romain en fin de réunion aux participants qui auront été plus prompts à parler politique qu’organisation…

 

 

 

S’abstenir ou voter Macron, des militants hésitent encore…

 

 

Pas d’appel donc à faire barrage au Front national, le 7 mai prochain, par les nuitsdeboutistes. Mais pas de consigne de vote non plus… Chacun votera en son âme et conscience.

 

Place Saint Bruno, Nuit Debout Grenoble, le 27 avril 2017 après le 1er tour de la présidentielle. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Place Saint-Bruno, Nuit debout Grenoble, le 27 avril 2017 après le 1er tour de la présidentielle. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Ne pas voter du tout, comme au premier tour, sera également l’option prise par un certain nombre d’entre eux. Cédric ne s’en cache pas, il fait partie de ceux qui s’abstiendront : « Entre l’esclavagisme financier et le racisme, je n’arrive pas à donner une légitimité à ce pouvoir. »

 

Un autre renchérit : « Macron va augmenter les conflits sociaux. Faites ce que vous voulez mais je ne peux pas choisir entre le racisme et l’ultralibéralisme. » Voter Macron pour cette jeune femme, qui hésite encore, c’est « peut-être réalimenter le FN pour cinq ans ». Une crainte que semblent partager quelques participants sur les marches ou debout autour du bassin, qui secouent les mains en l’air, signifiant leur approbation…

 

Place Saint Bruno, Nuit Debout Grenoble, le 27 avril 2017 après le 1er tour de la présidentielle. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Place Saint-Bruno, Nuit debout Grenoble, le 27 avril 2017 après le 1er tour de la présidentielle. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Cet autre militant est partagé également : « J’hésite à voter Macron, mais je sais que si le FN passe, ce n’est pas moi qui me ferait tabasser avec ma peau blanche. » S’il y a bien quelques votes pour Macron dans l’assemblée, ils sont purement pragmatiques : « Je voterai Macron parce qu’avec Le pen, on va se prendre l’armée en pleine gueule. »

 

D’autres s’abstiendront le 7 mai en espérant que ce soit tout de même Macron qui passe. Marc votera blanc, tout en étant rasséréné de savoir que, d’après ses calculs, « Macron devrait passer ». En est-il sûr ? A les entendre, un homme, lui, ne l’est pas, et tente cette ultime mise en garde : « Je suis un citoyen normal, se présente-t-il. Le FN est un parti extrémiste, fasciste, anti-Islam, anti-juif… On ne peut pas accepter un parti comme cela, je veux que vous vous mobilisiez contre le FN ! »

 

 

 

Pour Nuit debout, les médias traditionnels sont à la solde de Macron  

 

 

Assis en demi-cercle sur l’amphithéâtre, place Saint-Bruno, la petite cinquantaine de participants venus ce jeudi 27 avril s’étiole peu à peu. Il faut dire qu’il fait un froid glacial. Écourtée de fait, la majeure partie de la soirée aura été consacrée à tirer le bilan du 1er tour de la présidentielle, mais aussi à copieusement fustiger les médias de masse « manipulateurs », qui ont soutenu le candidat Macron, et « influencé l’opinion ».

 

Place Saint Bruno, Nuit Debout Grenoble, le 27 avril 2017 après le 1er tour de la présidentielle. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Place Saint-Bruno, Nuit debout Grenoble, le 27 avril 2017 après le 1er tour de la présidentielle. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Néanmoins, pour quelques-uns des participants de la soirée, la bouteille reste tout de même à moitié pleine : « Après réflexion, le bilan n’est pas si négatif. On a rebattu les cartes, avec un candidat de gauche radical qui fait 20 % », considère l’un d’entre eux. Avant d’achever son propos par cette interrogation, qui restera en suspens : « A présent qu’est-ce que cela permet comme dynamique ? » Nuit debout Grenoble devra s’atteler à y répondre dans les semaines à venir…

 

 

Séverine Cattiaux 

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
6925 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Mais quelle visibilité donnez vous à ces gens ?

    Le bateau n à pas été repeint ou entretenu par les capitaines successifs alors c est préférable de le laisser couler plutôt que de naviguer dans un rafiot imparfait. Mais bon sang, on va tous se retrouver dans l eau !!
    Il ne faut pas tout mélanger, les deux candidats ne sont pas sur le meme plan

    Ok macron et libéral et tutti quanti, ok ca va me faire mal au fondement quand il va toucher la durée l’égal du temps de travail, du chômage mais vu ce qu il y a en face c est un moindre mal

    Et concernant ces personnes qui veulent faire barrage mais ne pas participer à empêcher le FN de passer sont des guignolos
    Que font ils ?
    Ok belle énergie, ok nouveau process, ok renouvellement mais à part avoir salopé le devant de la MC2 quelle richesse ont il créé qui puisse payer des logements aux migrants? Du personnel de soin dans un hôpital ? Le salaire des pompiers qui nous aident le moment venue

    Une societe a besoin de tous pour contribuer à hauteur de ses moyens au bon fonctionnent des services publics (ok pas de débat ici sur la fiscalité),
    Zut que les rêveurs passent à l act pour éviter le pire – et on peut le faire sans violence, démocratique, que les’ pragmatiques votent et que les apôtres du pire continue de faire pour la situation, de tendre les relations et d exciter les passions… mais attention au boomerang

    sep article
  2. Je ne comprends pas cette position. Il y a deux questions suite à ce choix de ne pas voter Macron:

    – ceux qui ne veulent pas faire barrage à Mme Le-Pen comptent donc sur les autres, ceux qui se déplacent en votant Macron ?
    – Ou souhaitent-ils que Mme Le Pen gagne l’élection in-fine ?

    Dans le premier cas, c’est un peu trop facile de se dédouaner derrière d’autres qui ne votent pas Macron mais votent pour la démocratie, la République…le vote blanc serait donc une solution parce d’autres iront aller voter Macron même s’ils ne défendent pas nécessairement le candidat ? Compter sur les autres dans un dispositif démocratique est pour moi un refus de sa responsabilité citoyenne.

    Dans le second cas, c’est honteux, mais je ne crois que des “Nuits Debouts” puissent soutenir les idées nationalistes de Mme Le-Pen dans l’isoloir, ça me semble impensable.

    Communiste, puis insoumise, je voterai Macron parce que je combats Mme Le-Pen, et parce qu’il faut savoir donner des valeurs de gauche claires dans le scrutin qui sera analysé post-élections.

    sep article
  3. Soyons pragmatiques.
    Si la marine passe, que va-t-elle faire ? Nous sommes toujours en état d’urgence et comme de très nombreux policiers et gendarmes votent pour elle, les réactions aux manifestations risquent d’être encore plus violentes (et peut être meurtrières) que pour la loi du travail.
    Il faut donc empêcher la marine de passer. Il faut donc voter CONTRE elle en déposant un bulletin Macron dans l’urne.
    https://www.change.org/p/emmanuel-macron-pas-de-ch%C3%A8que-en-blanc-pour-macron?utm_source=action_alert_sign&utm_medium=email&utm_campaign=740534&alert_id=BwaKSPhAuD_%2BjXkGUtptb7Z4N4H8PNY4j5VYUtVgrLHDgU%2F2z2RT2f4aQL3uO7%2FhE9mKwDXy6Vd
    L’avenir se jouera aux législatives. C’est là qu’il faudra aller sur le terrain et faire élire des députés de gauche, de vraie gauche.

    sep article
    • Bonsoir Caro, je souscris à votre analyse. Certains ne comprennent pas ce qui se passe aujourd’hui en Pologne, et ce qui pourrait se passer si la marine venait à percer.

      sep article