Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Le camp Valmy menacé d’expulsion : décision dans une semaine

sep article

FOCUS – Le tribunal administratif examinait, ce jeudi 20 avril, la procédure d’expulsion du camp Valmy intentée par la Ville de Grenoble. Une centaine de migrants, venus pour la plupart d’Albanie, de Macédoine et de Serbie, occupent depuis deux mois le parc Valmy, derrière le Stade des Alpes, où ils ont installé un campement de fortune, avec le soutien de l’Assemblée des locataires, mal logé-e-s et sans logement. Le juge des référés rendra sa décision d’ici une semaine.

 

 

 

La convocation a pris tout le monde de court. Quelques jours plus tôt en effet, Eric Piolle, répondant en conseil municipal à une question orale de Guy Tuscher, élu du groupe Ensemble à gauche, s’était engagé à scolariser la trentaine d’enfants vivant sur le camp Valmy ainsi qu’à y installer des toilettes sèches. Certains y voyaient « un signe positif ou au moins une lueur d’espoir ».

 

La douche n’en a été que plus froide vendredi dernier, lorsque ces derniers ont appris que la Ville de Grenoble les assignait devant le tribunal administratif, ce jeudi 20 avril, pour une expulsion en référé. Une procédure d’urgence, donc.

 

L'annonce par la ville de la prochaine scolarisation des enfants du camp avait pourtant donné de l'espoir aux migrants. © Manuel Pavard, Place Gre'net

L’annonce par la Ville de la prochaine scolarisation des enfants du camp avait donné de l’espoir aux migrants. © Manuel Pavard, Place Gre’net

 

[…]

 

La suite de contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
2198 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. On a compris. Comme d’hab’ la mairie néo-mélenchoniste amie des jogueurs manoeuvre, joue la montre et botte en touche 🙁

    sep article
  2. Quelques commentaires (le contraire vous aurait certainement étonnés) 😉
    – à ma connaissance, des toilettes sèches ont été installées. Y en a-t-il assez ? Et même le ramassage des ordures a été organisé.
    – les enfants sont toujours scolarisés avec, ce me semble, cantine gratuite à midi, et le seront jusqu’à la fin de l’année scolaire, dixit un élu. Donc pas d’expulsion avant juin/juillet
    – « Les acteurs publics, qui sont en situation de décision, refusent de faire le nécessaire… »
    dit Me Costa et il a raison : les demandeurs d’asile doivent être logés par l’Etat, le conseil départemental doit s’occuper aussi des familles avec enfants. Aucun des deux ne remplit ses obligations. Est-ce que la préf et le conseil départemental vont se bouger à moins que la marine ne devienne présidente … :-((
    – la réquisition des bâtiments vides ? ce serait génial si c’était gratuit. Qui paierait les fluides (eau, électricité notamment) ?
    Si chacun faisait son boulot, si les 48 autres communes de la Métro s’y mettaient aussi, il n’y aurait pas de camp.

    sep article
  3. Il fait quoi Claude Couttaz, l’avocat spécialiste du droit des étrangers qui siège dans la majorité d’Eric Piolle?

    sep article