Grenoble dévoile les cinq lauréats de son Prix de l’habitat durable

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

La Ville de Grenoble a remis ses Prix de l’habitat durable, dans le cadre de la Biennale de Grenoble, ce jeudi 9 mars 2017. À l’occasion de la cinquième édition de ce Prix de l’habitat durable, cinq projets ont été récompensés par le jury parmi les quinze présentés durant la soirée organisée au Musée de Grenoble.

 

 

« Le jury, réuni le 6 mars 2017, a été par­ti­cu­liè­re­ment sen­sible à l’intérêt socié­tal des pro­jets pré­sen­tés, à la vie qu’ils créent, aux échanges qu’ils per­mettent », fait savoir la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise.

 

 

Un jury composé d’acteurs politiques et professionnels

 

 

Le jury, ainsi que le pré­cise le règle­ment du Prix, était consti­tué de repré­sen­tants de la Ville, de la Métro, de l’Ademe (Agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie), de la DGHUC (Direction géné­rale de l’ur­ba­nisme de l’ha­bi­tat et de la construc­tion), de la Cerema (Centre d’é­tudes et d’ex­per­tise sur les risques, l’en­vi­ron­ne­ment, la mobi­lité et l’a­mé­na­ge­ment) et du CSTB (Centre scien­ti­fique et tech­nique du bâti­ment).

 

Y figurent encore un repré­sen­tant de la FBTP (Fédération du Bâtiment et des Travaux Publics), de l’u­nion régio­nale des CAUE (Conseils archi­tec­ture urba­nisme envi­ron­ne­ment) Auvergne – Rhône-Alpes, ainsi que « du monde pro­fes­sion­nel de l’ingénierie de la construc­tion », « du monde pro­fes­sion­nel de l’ar­chi­tec­ture » et « du monde pro­fes­sion­nel de l’ur­ba­nisme. »

 

 

Dans les catégories Grand collectif et Habitat intermédiaire

 

 

Les cinq lau­réats sont : dans la caté­go­rie Grand col­lec­tif, la rési­dence Le Soleil d’Actis, située dans le sec­teur de la Presqu’île de Grenoble, conçue par Roda Architectes. « Ce pro­jet est primé pour son ori­gi­na­lité archi­tec­tu­rale ainsi que pour sa qua­lité envi­ron­ne­men­tale, notam­ment en termes de qua­lité acous­tique des loge­ments, mais aussi la pré­oc­cu­pa­tion de l’énergie grise et l’analyse du cycle de vie des maté­riaux. »

 

Au Clair du quartier en chantier, Quartier des Eaux Claires de Grenoble. DR

Au Clair du quar­tier en chan­tier, quar­tier des Eaux Claires de Grenoble. DR

 

Dans la caté­go­rie Habitat inter­mé­diaire, le prix revient Au clair du quar­tier, situé dans le quar­tier des Eaux-Claires de Grenoble, par l’ar­chi­tecte Florian Golay. « Cette opé­ra­tion porte l’enjeu d’une bonne inser­tion urbaine d’un petit col­lec­tif dans un tissu urbain exis­tant, fait de mai­sons indi­vi­duelles et de petits immeubles. Le jury salue la grande pré­oc­cu­pa­tion envi­ron­ne­men­tale de ce pro­jet, à tra­vers les maté­riaux uti­li­sés (bois local), la per­for­mance éner­gé­tique, l’utilisation du bois pour le chauf­fage, la limi­ta­tion de l’utilisation de l’eau… »

 

 

Dans les catégories Habitat individuel et Équipement public

 

 

Dans la caté­go­rie Habitat indi­vi­duel, est pri­mée l’o­pé­ra­tion Habiter une grange, à Saint-Martin-d’Uriage, signée de l’ar­chi­tecte Joëlle Personnaz. « Cette opé­ra­tion a été rete­nue car elle réuti­lise une vieille grange exis­tante et pro­pose un pro­jet res­pec­tueux du site. (…) “Habiter une grange” est une belle opé­ra­tion archi­tec­tu­rale, bien maî­tri­sée sur le plan per­for­mance éner­gé­tique, intel­li­gence des maté­riaux, détails tech­niques. (…) Enfin, cette grange contri­bue à faire “pay­sage”, à l’heure de l’uniformisation gran­dis­sante des ter­roirs au nom d’une agri­cul­ture pro­duc­ti­viste. »

 

Chantier de l'Hôtel de ville de Saint-Quentin-Fallavier. DR

Chantier de l’Hôtel de ville de Saint-Quentin-Fallavier. DR

Enfin, dans la caté­go­rie Équipement public, deux prix sont don­nés ex-æquo. Le pre­mier à l’o­pé­ra­tion groupe sco­laire Alice à Prévessin-Moëns (Ain), née du cabi­net gre­no­blois CR&ON. « Cette école est un beau pro­jet archi­tec­tu­ral en bois. La lumière natu­relle est recher­chée pour tous les espaces. (…) Le pro­jet, par­fai­te­ment inté­gré dans son site, est de très bonne qua­lité envi­ron­ne­men­tale et éner­gé­tique. Le plan de com­po­si­tion per­met un par­cours per­ti­nent entre la mater­nelle et le pri­maire. »

 

Le second revient à l’Hôtel de ville de Saint-Quentin-Fallavier (agence Archipel). « Outre sa qua­lité archi­tec­tu­rale et sa bonne per­for­mance éner­gé­tique (bâti­ment pas­sif), le pro­jet s’intègre par­fai­te­ment sur son site : il tire par­fai­te­ment parti de la pente et per­met à la lumière natu­relle de bai­gner un maxi­mum les espaces inté­rieurs. »

 

« Enfin, le pro­jet a été retenu car il est signi­fi­ca­ti­ve­ment en bois, tout en étant pas osten­ta­toire : le bois n’est pas tou­jours obligé d’être visible en façade mais a tout son inté­rêt en struc­ture », conclut le jury.

 

 

FM

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
4487 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Bravo, vous avez réussi à faire un article sur un prix qui récom­pense des bâti­ments sans jamais citer les archi­tectes ! Improbable.

    sep article
    • FM

      21/03/2017
      17:15

      Improbable, un choix rédac­tion­nel voué à évi­ter de sur­char­ger une brève ? Tout se dis­cute. Mais afin de rendre à César les lau­riers qui lui appar­tiennent, nous avons modi­fié l’ar­ticle de manière à faire figu­rer en bonne place les noms des maîtres d’œuvre.

      sep article
  2. Ping : PRIMÉS ! | Au Clair du Quartier