Développement durable : à qui pro­fite la Biennale des villes en transition ?

Développement durable : à qui pro­fite la Biennale des villes en transition ?

DÉCRYPTAGE - Pour organiser sa Biennale des villes en transition, Grenoble n’a pas lésiné sur les partenariats médias et financiers. Pour boucler son budget, la ville s’est même entourée de noms comme Eiffage, Area, Vicat ou Poma. Pas forcément des références en matière de développement durable. A qui a profité cette manifestation, au final ? Premier bilan à chaud.

 

 

 

L'Ancien musée de peinture de la place de Verdun, épicentre de la Biennale des villes en transition. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Ancien musée de peinture, place de Verdun, épicentre de la Biennale des villes en transition. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Clap de fin sur la Biennale des villes en transition qui s'est tenue à Grenoble. La sixième édition baisse donc le rideau sur quatre jours de rencontres, d'ateliers, de débats et tables rondes. Un programme fourni, relevé et varié, sur lequel la municipalité écologiste a largement communiqué.

 

Newsletters, réseaux sociaux, affichages sur les totems, les panneaux, les abribus, le tram… il était difficile d’y échapper. Et pour s'assurer une bonne couverture médiatique, la Ville de Grenoble n’a pas lésiné sur les moyens : elle a noué un partenariat avec, excusez du peu, quinze médias. En fait, le plus gros contingent de partenaires, devant les institutionnels (onze) et les financiers (sept).

 

 

Un événement très couvert par les médias… partenaires

 

 

Du coup, le programme de la Biennale, parfois assorti d’interviews du maire de Grenoble, s’est décliné à foison dans les médias. Dans la presse locale, logiquement, mais aussi dans Le Point, We Demain, Reporterre, Batiweb, Ecologik, Mediaterre, Terre-TV (la web télé de l'agence de communication chargée de faire la promotion de l'évènement)…

 

L'émission de France Inter "CO2 mon amour" était diffusée en direct de la Biennale. © Joël Kermabon - Place Gre'net

L'émission de France Inter "CO2 mon amour" était diffusée en direct de la Biennale. © Joël Kermabon - Place Gre'net

France Inter a même tenu un direct avec Denis Cheissoux producteur de l'émission CO2 mon amour, grâce aux moyens techniques de France Bleu Isère. Convaincus ? Peut-être. Partenaires, à coup sûr.

 

Pas une ligne par contre dans Libération, Le Monde, L’Express ou Le Nouvel Obs-Rue89… Les grands médias nationaux n’ont pas mordu. Là, aucun partenariat n'avait été noué. Seul un blog hébergé par Mediapart, signé du mouvement Solidaires Isère, lui a consacré un billet… pas forcément très élogieux.

 

Sur place, la manifestation s'est souvent bornée – et on peut le regretter – à une forme d’entre-soi, où se sont surtout retrouvés les militants coutumiers de ce type d'événements*. La véloparade de samedi, qui s'est déroulée sous un soleil radieux, a quant à elle attiré une centaine de personnes.

 

 

 

Une gestion de la Biennale bien peu transparente

 

 

Sans remettre en cause la teneur du programme et la qualité des débats, souvent salués, les dessous de cette Biennale 2017 restent, eux, encore dans l’ombre. Et la transparence, pourtant érigée comme un des piliers du programme de la nouvelle municipalité écologiste, se fait attendre.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 65 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le comité local Attac 38 donne le coup d'envoi à une nouvelle campagne appelant à taxer les plus riches
Le comité local Attac 38 lance une nou­velle cam­pagne appe­lant à taxer les plus riches

FLASH INFO - Des militants du comité local Attac 38 se sont donné rendez-vous devant l'hôtel des impôts de Grenoble, avenue Rhin-et-Danube, jeudi 23 mai Lire plus

Européennes: la liste Écologie positive et Territoires a fait escale à Grenoble, sur les terres d'Éric Piolle
Européennes : les repré­sen­tants de la liste Écologie posi­tive et ter­ri­toires, en cam­pagne à Grenoble, taclent Éric Piolle

FOCUS - Éric Lafond, porte-parole national de la liste candidate aux élections européennes 2024 Écologie positive et territoires, et son candidat isérois Bernard Zamora ont Lire plus

fusillades
Grenoble : deux nou­veaux bles­sés par balles dans les quar­tiers de l’Alma et Bajatière-Capuche

FLASH INFO - Dans la soirée du 23 mai 2024, deux nouvelles fusillades ont eu lieu à Grenoble, l’une à l’Alma, l’autre à la limite Lire plus

Des riverains de l'avenue Washington (toujours) opposés au projet d'aménagement de la Ville de Grenoble
Des rive­rains de l’a­ve­nue Washington très mobi­li­sés contre le pro­jet d’a­mé­na­ge­ment de la Ville de Grenoble

FOCUS - Les opposants au projet d'aménagement du sud de l'avenue Washington se sont donné rendez-vous devant l'hôtel de Ville de Grenoble mercredi 22 mai Lire plus

Les 48 heures de l’a­gri­cul­ture urbaine de retour à Grenoble le week-end du 25 et 26 mai 2024

ÉVÉNEMENT - Les 48 heures de l'Agriculture urbaine sont de retour sur la métropole grenobloise (comme sur l'ensemble de la France) les samedi 25 et Lire plus

Collèges morts et occupation de Jules-Vallès: la FCPE de Fontaine mobilisée contre les groupes de niveaux
Collèges morts et occu­pa­tion de Jules-Vallès à Fontaine : forte mobi­li­sa­tion contre les groupes de niveaux

FLASH INFO - Les parents d'élève de Fontaine se mobilisent (une fois encore) à l'appel de la FCPE contre la réforme des Chocs des savoirs Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !