Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Votation citoyenne à Grenoble : un match perdu d’avance ?

sep article

FOCUS – Après le débat contradictoire télévisé, organisé par la Ville, sur le sujet de la première votation citoyenne, les pétitionnaires du Cluq tapent du poing sur la table. Pour eux, pas de doute, les dés sont pipés. De fait, les 20 000 voix majoritaires nécessaires pour remporter la votation, ne pourraient pas être atteintes…

 

 

 

unegillesnamurbrunodelescurecluqcreditseverinecattiaux

Lors du débat contradictoire télévisé (à retrouver sur TéléGrenoble), organisé mardi 4 octobre 2016, dans les salons de l’hôtel de Ville de Grenoble. A gauche, Gilles Namur, président du Cluq. A droite, Bruno de Lescure, membre du bureau du Cluq.

Le Comité de liaison des unions de quartier (Cluq) porteur de la seule pétition qui sera soumise à la votation citoyenne du 10 au 15 octobre n’est pas content du tout… Pas content du débat dans lequel il a débattu face à trois adjoints de la Ville de Grenoble, diffusé en différé sur TéléGrenoble ? Non, tel n’est pas le propos…

Il s’agit plutôt de dénoncer ce qui se trame dans les coulisses du dispositif de la votation citoyenne.

 

En résumé : la Ville ne joue pas le jeu, affirme le Cluq. C’est-à-dire ? Elle n’aurait pas mis en œuvre les moyens suffisants pour que la votation puisse se tenir dans de bonnes conditions. Et donc… il serait matériellement très difficile d’atteindre 20 000 voix majoritaires [score obtenu par la majorité actuelle aux élections municipales, ndlr]. Et donc… toute cette débauche d’énergie à convaincre, à faire signer des pétitions, etc. serait peine perdue. Qu’en est-il vraiment ?

 

[…]

 

Envie de lire la suite ?

Connectez vous…

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

Cliquez sur le bouton Abonnez-vous et remplissez le formulaire d’adhésion.

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
3831 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Ping : Politique de stationnement | Comité de Liaison des Unions de Quartier de GRENOBLE (CLUQ)

  2. Ce qui est triste c’est qu’une idée pas mauvaise / bonne (demander aux habitants) se trouve muselée.
    Avez vous vus les horaires pour voter? Purée, et ceux qui bossent la journée et ont les enfants? Si nous avions pu voter depuis notre espace personnel sur le site web il y aurait eu le seuil de 20 000. Mais là c’est juste ridicule. Vous ne trouverez jamais 20 000 personnes qui auraient le temps.
    Pis aussi si tout le monde payait le stationnement à Grenoble ca serait juste, indépendamment du lieu d’habitation. Pour moi l’injustice c’est ce critère géographique:tu paie/tu paie pas doublé de celui des revenu.
    Si la mairie avait été honnête intellectuellement (et non électoraliste) elle aurait fait sauter la barrière de la géographie. Bref….
    Dommage ca met en lumière les pratiques.

    sep article
  3. Pour quoi l’État a t-il laissé faire cela? Pour quoi ne préfet ne réagit-il pas quand il ‘agit de faire voter dans un scrutin à “20 000 voix majoritaires” qui est parfaitement illégal? Pourquoi l’État et le Préfet laissent t-il ainsi dévoyer notre CONSITUTION et nos lois, avec les résultats calamiteux pour la concorde que l’on constate?

    sep article
    • Si la votation citoyenne n’est pas “légale” (pas dans la loi), elle n’est pas illégale non plus.
      “Par analogie avec les référendums d’initiative populaire suisse, l’expression “votation citoyenne” a été utilisée en France pour la consultation populaire organisée par un collectif de syndicats, d’association et de partis politiques sur la privatisation de La Poste, entre le 28 septembre et le 2 octobre 2009.” nous apprend La Toupie.
      Le préfet n’a donc pas à s’en mêler, puisqu’organiser une votation citoyenne n’est pas un délit.
      Que le GAM ne soit pas d’accord avec son organisation, c’est une chose, qu’il parle de “dévoyer notre constitution” est autre chose, c’est même complètement faux et aberrant.

      sep article