Pique-nique sauvage de Nuit debout Grenoble dans Carrefour Grand’Place

sep article



REPORTAGE – Opération “coup de poing” au Carrefour Grand’Place d’Échirolles, ce samedi 23 avril. Les activistes de Nuit debout Grenoble ont partagé un pique-nique aux frais de la grande surface en plein milieu du magasin. Une action – digne d’une scène de film – contre la grande distribution, symbole, pour les manifestants, d’un système capitaliste néfaste à la société.

 

 

 

« Arrêtez de me prendre en photo, je ne suis pas une star ! », pro­teste le direc­teur de Carrefour Grand’Place Échirolles, en tour­nant la tête… Et de cher­cher en vain à faire ces­ser le cha­hut qui règne dans son grand maga­sin, depuis dix bonnes minutes. C’est sans comp­ter sur la déter­mi­na­tion du mou­ve­ment Nuit debout Grenoble, orga­ni­sa­teur de la petite fête sur­prise. Les acti­vistes, qui tiennent leurs quar­tiers à la MC2 depuis le 9 avril der­nier, ont savam­ment tout orches­tré.

 

NuitDeboutGrenobleCarrefour23AvrilCreditSeverineCattiaux

Distribution de tracts par Nuit debout Grenoble à Carrefour Grand’Place Échirolles, samedi 23 avril 2016. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Samedi 23 avril 2016, Carrefour Grand’Place d’Échirolles, à 18 heures tapantes, une qua­ran­taine de mani­fes­tants de Nuit debout Grenoble se sont retrou­vés en un cla­que­ment de doigts au rayon fruits et légumes.

 

En quelques minutes, deux tables de salon de jar­din étaient dres­sées. Les mani­fes­tants de Nuit debout ont déchargé leur cad­die sur les tables et dis­posé une pano­plie de pro­duits de marques connues : yaourts, chips, bois­sons, sand­wichs, boîtes de gâteaux, etc. Des articles – fabri­qués par « Nestlé et Monsanto », pré­cise un mani­fes­tant – pré­le­vés dans les dif­fé­rents rayons de l’hypermarché.

 

Le pique-nique sau­vage peut démar­rer. Les mani­fes­tants invitent les clients à venir le par­ta­ger. Et tentent de les ras­su­rer : « Nous sommes dans notre bon droit ! La loi auto­rise le consom­ma­teur à goû­ter avant d’acheter ! » Quelque peu éton­nés, les clients de Carrefour qui viennent d’as­sis­ter à ce grand débal­lage décident, pour les uns, de pour­suivre leurs courses, pour les autres, de prendre une petite col­la­tion.

 

 

Reportage Joël Kermabon

 

 

 

Dénoncer la suprématie des multinationales

 

 

Outre le prin­cipe de se nour­rir au nez et à la barbe de Carrefour en toute léga­lité, la visée de l’action de Nuit debout Grenoble est poli­tique et hau­te­ment sym­bo­lique.

 

 Pique-nique sauvage organisé par Nuit Debout-Grenoble à Carrefour Grand'Place Echirolles, samedi 23 avril 2016 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Pique-nique sau­vage orga­nisé par Nuit debout Grenoble au Carrefour Grand’Place d’Échirolles, samedi 23 avril 2016. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Il s’agit pour les mani­fes­tants de dénon­cer la supré­ma­tie des mul­ti­na­tio­nales, en par­ti­cu­lier de la grande dis­tri­bu­tion qui « prend en otages les consom­ma­teurs et engraisse les action­naires au détri­ment des sala­riés et des petits pro­duc­teurs », arguent les mani­fes­tants de Nuit debout Grenoble.

 

« Carrefour a détruit le petit com­merce du quar­tier de La Villeneuve, com­mente l’une des par­ti­ci­pantes de Nuit debout Grenoble. Notre inter­ven­tion, aujourd’­hui, dans ce grand maga­sin est aussi une façon de nous rap­pro­cher de la popu­la­tion des quar­tiers, qui n’a pas le choix, sinon de venir faire ses courses ici. »

 

 

 

« On nous carotte, carottons-les ! »

 

 

Le direc­teur de l’hy­per­mar­ché et ses col­la­bo­ra­teurs ont rapi­de­ment rejoint le stand de dégus­ta­tion impro­visé. Les vigiles, qui les ont pré­cé­dés de peu, se contentent de cer­ner l’at­trou­pe­ment, sans hos­ti­lité. L’opération s’o­père sans vio­lence et sans heurts, du début à la fin. Les acti­vistes se sont bien pré­pa­rés.

 

NuitDeboutCarrefourAvecDirecteurCreditSeverineCattiaux

Négociation de Nuit debout Grenoble avec le direc­teur de Carrefour Grand’Place Échirolles, samedi 23 avril 2016. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

David déclare au direc­teur du maga­sin : « Nous maî­tri­sons notre action et il n’y aura pas de vols. » Une pré­nom­mée Camille (dif­fé­rente de celle de notre vidéo) confir­mera un peu plus tard, une fois sor­tie de Carrefour, que le groupe s’est dûment pré­paré en amont de l’événement : « Nous nous sommes donné des consignes, nous savions com­ment nous com­por­ter. Par exemple, si un client mon­tait le ton, on ne ren­ché­ris­sait pas. »

Du reste, côté clients, qua­si­ment aucune pro­tes­ta­tion. Il y en a bien un ou deux qui hous­pillent les par­ti­ci­pants : « C’est du vol […] C’est déplo­rable ! Heureusement que mes enfants ne sont pas aussi mal éle­vés… » Mais, glo­ba­le­ment, l’o­pé­ra­tion se passe dans la bonne humeur.

 

Un client de Carrefour semble dévo­rer tout ce qui se pré­sente. « Ce mon­sieur m’a dit qu’il était affamé », confie Françoise, la soixan­taine, mili­tante à Nuit debout qui fait à pré­sent par­tie du noyau dur du mou­ve­ment. Pendant que clients et mani­fes­tants picorent dans les paquets de bis­cuits en tout genre, les acti­vistes dis­tri­buent leurs tracts et scandent, à deux ou trois reprises, le slo­gan : « On nous carotte, carot­tons-les ! », en bran­dis­sant… des carottes, for­cé­ment.

 

 

 

Dialogue de sourds, mais dialogue quand même…

 

 

Légèrement en retrait du ban­quet offert par Carrefour à ses dépens, le direc­teur de l’hy­per­mar­ché entre­prend d’ob­te­nir des expli­ca­tions de la part des mani­fes­tants de Nuit debout sur les rai­sons de leur pré­sence. Débute alors un dia­logue de sourds, qui reste néan­moins cor­dial. « Ce n’est pas vous que nous visons per­son­nel­le­ment, assurent les acti­vistes, mais un sys­tème qui broie les petits pro­duc­teurs, qui prend en otage les consom­ma­teurs, qui engraisse les action­naires, et qui dénigre ses sala­riés. »

 

Ce à quoi répond le direc­teur : « Alors, vous vous êtes trom­pés d’enseigne ! Nous tra­vaillons avec de l’humain, ici. Les cais­sières sont cor­rec­te­ment payées. Je vous mets au défi de trou­ver un petit pro­duc­teur qui ne soit pas content de tra­vailler avec nous. » Dont acte.

 

NuitDeboutCarrefourCreditSeverineCattiaux

© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Un peu plus loin, une autre mani­fes­tante  tente de nouer le dia­logue avec l’une des mana­gers, qui observe le pique-nique d’un œil inquiet… « Savez-vous que Carrefour est le groupe le plus néfaste pour les éco­sys­tèmes, de par sa manière de fonc­tion­ner, selon un rap­port récent du WWF qui vient de sor­tir ? », lui demande Camille, sans agres­si­vité.

 

La mana­ger ne réagit pas, et sou­tient qu’elle a choisi de tra­vailler chez Carrefour parce que « c’est l’enseigne la plus humaine ».

 

Un mot qui revient déci­dé­ment beau­coup dans la bouche des employés de Carrefour, en cette fin de jour­née. « Humaine, ce n’est pas exac­te­ment ce qu’elle est… LVMH, Bernard Arnault, qui sont, en autres, action­naires de Carrefour, ont un pro­fond mépris pour les gens », réplique d’une voix douce mais déter­mi­née la mili­tante.

 

Un employé de Carrefour, visi­ble­ment agacé par les expli­ca­tions des mani­fes­tants, rap­pelle au pas­sage : « Nous sommes le deuxième employeur de France. » – « Oui, mais de quels types d’emplois parle-t-on et com­bien ont été détruits par ailleurs ? », dégaine-t-on dans l’autre camp. Dialogue de sourds donc, mais dia­logue quand même…

 

 

 

Bouquet final : une intervention au micro

 

 

Les mani­fes­tants ont prévu une demi-heure d’action au total. Il ne fau­drait pas abu­ser des bonnes choses. D’autant que les vic­tuailles com­mencent à se tarir. Avant de par­tir, ils tiennent impé­ra­ti­ve­ment à inter­ve­nir au micro. Bon gré mal gré, le direc­teur et le per­son­nel de Carrefour se plient aux desi­de­rata des mani­fes­tants. « Mais je ne veux pas que vous vous en pre­niez à l’enseigne au micro. » Ce sera sa seule condi­tion.

 

NuitDeboutGrenobleDirecteurCarrefourCreditSeverineCattiaux

Négociation de Nuit debout Grenoble avec le direc­teur de Carrefour Grand’Place Échirolles, samedi 23 avril 2016. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

De mémoire de clients d’hy­per­mar­ché, ce qui va suivre est raris­sime dans l’his­toire de la grande dis­tri­bu­tion. Plusieurs cen­taines de clients de Carrefour en auront été témoins.

 

Durant une minute envi­ron, la voix de Rosalie, mili­tante à Nuit debout Grenoble, résonne dans ce temple de la grande consom­ma­tion. Pour dire quoi ? Qu”« il faut lut­ter contre la loi Travail (alias loi El Khomri) et la pré­ca­rité géné­ra­li­sée qu’elle entraîne et qu’elle accroît » et pour appe­ler à la grève géné­rale du 28 avril pro­chain. Rosalie com­mente un peu plus tard, tout sou­rire : « Je n’ai pas pu lire le texte que nous avions prévu, alors j’ai impro­visé ! »

 

 

 

« C’est une opération réussie »

 

 

A la fin de son inter­ven­tion au micro, les applau­dis­se­ments fusent. La vic­toire est com­plète. Il reste à lever le camp. Les mani­fes­tants net­toient les tables emprun­tées à Carrefour et prennent en file indienne le che­min de la sor­tie de l’hy­per­mar­ché.

 

NuitDeboutGrenobleCarrefourCreditSeverineCattiaux

Les mani­fes­tants à la fin de l’ac­tion. © Séverine Cattiaux

Ils passent, en levant les bras, les por­tiques anti-vol de l’hy­per­mar­ché. Un vigile du maga­sin filme la joyeuse troupe qui nargue, avant de par­tir, avec un « Merci Carrefour ! On revien­dra ! » l’en­semble du per­son­nel de Carrefour et les forces de l’ordre arri­vées en ren­fort.

 

Dans la rue, sur le che­min qui rejoint la MC2, un mili­tant fait le point : « C’est une opé­ra­tion réus­sie. On a fait du bruit, on a tracté, on a échangé avec les gens, et on a dif­fusé notre mes­sage au micro. »

 

 

En bonus, Françoise a même glissé quelques tracts dans les livres que vend Carrefour, au rayon librai­rie… « Ils feront office de marque-page », s’a­muse-t-elle.

 

 

Séverine Cattiaux et Joël Kermabon

 

 

 

commentez lire les commentaires
57439 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Aucun souci à se faire pour la Grande Enseigne : il y a des comptes pré­vus pour cela, en pertes et pro­fits, qui se réper­cutent sur le prix de vente des pro­duits, par­fois même par anti­ci­pa­tion … et donc ce sont bien les per­sonnes les plus fra­giles éco­no­mi­que­ment, soit disant défen­dues par ces acti­vistes désoeu­vrés, qui paie­ront en grosse par­tie la fac­ture. Mais ça pour s’en rendre compte, faut réflé­chir …

    sep article
  2. Ping : #NUITDEBOUTCALAIS #56MARS | Billets d'Humeur et Chroniques

  3. Pas de quoi être fier…Citer un article qui date de 1804 pour dire qu’ils ont le droit de « goû­ter » c’est com­plè­te­ment débile.
    C’est l’anarchie…on peut ne pas être d’ac­cord avec une loi mais il y a d’autres moyens de mani­fes­ter.
    Belle image pour les enfants qui étaient autour…

    sep article
  4. Bravo pour cette action. Je vais pro­po­ser que nous fas­sions la même chose chez nous.

    sep article
  5. Mais ils vont avoir mal au ventre à man­ger autant de salo­pe­ries ! 😉

    sep article
  6. « Carrefour a détruit le petit com­merce du quar­tier de La Villeneuve » : FAUX !
    Ce qui détruit la Villeneuve et ses petits com­merces c’est la délin­quance et les tra­fics.
    Mais c’est plus facile d’être « debout » à taper dans les rayons d’un super­mar­ché : les paquets de chips ne rendent pas les coups.

    sep article
  7. Ping : Bravo les copains !! -> http://www.placegrenet.fr/2016/04/24/pique-nique-sauvage-de-nuit-debout-grenoble-carrefour-grandplace/88261 … - Nuitdebout Rodez