Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Classes surchargées : parents en colère à Bajatière

sep article

REPORTAGE – Les parents d’élèves de l’école maternelle Bajatière tirent la sonnette d’alarme. Face aux sureffectifs dans l’école maternelle, ils réclament l’ouverture d’une quatrième classe et un mi-temps supplémentaire d’agent spécialisé. Des revendications vaines pour l’heure.

 

 

 

Les parents de l’école maternelle Bajatière ont décidé de frapper un bon coup, en manifestant leur mécontentement lors de la kermesse de l’école, ce vendredi 12 juin 2015. La raison de leur colère ? La confirmation que le demi-poste d’agent territorial spécialisé des écoles maternelles (Atsem) leur est refusé pour la rentrée, alors que l’école fonctionne avec seulement 2,5 agents pour trois classes.

 

La goutte d’eau fait déborder le vase. Car les parents ne supportent plus les sureffectifs dans les classes. Pas étonnant, dès lors, que ceux présents à la fête de l’école, vendredi 12 juin dernier, se soient tous montrés solidaires de ce mouvement de protestation. “Économies mal placées = enfants sacrifiés”, pouvait-on ainsi lire sur une pancarte orange.

 

EcoleMaternelleBajatiere1CreditSéverineCattiaux

Maternelle Bajatière : environ cent cinquante parents solidaires pour l’ouverture d’une quatrième classe et pour la création d’un troisième poste d’Atsem, lors de la kermesse, le vendredi 12 juin 2015.

 

Depuis plusieurs années, la rengaine revient à la rentrée. « Plus ça va, plus on revient vers des effectifs qui sont énormes », témoigne une maman excédée. Sa fille, en maternelle, partage ses journées d’école avec 31 autres élèves.

 

Bien que celle-ci ne reste ni à la cantine, ni à la garderie du matin ou de l’après-midi, la maman la trouve particulièrement fatiguée : « Certains soirs, ma fille s’endort à 17 h 30 parce qu’elle est crevée. Pour moi, c’est un signe directement lié au sureffectif… 27 ou 28 enfants par classe, ce serait largement suffisant. Et pour l’égalité des chances, ce serait plus juste. »

 

 

 

Situation ubuesque

 

 

Maternelle Bajatière : manifestation des parents à la kermesse, le vendredi 12 juin 2015

Maternelle Bajatière : manifestation des parents à la kermesse, le vendredi 12 juin 2015

Il y a quelques semaines, les parents d’élèves apprenaient que – rebelote – la classe de petite section de la rentrée prochaine serait archi-pleine…

 

Ils entreprenaient alors des démarches pour obtenir l’ouverture d’une nouvelle classe en maternelle pour la rentrée. Une demande qui leur paraît frappée au coin du bon sens au vu de la densification du quartier ces dernières années.

De fait, dix enfants ont déjà été refusés pour la rentrée prochaine, tout comme les regroupements de fratrie, faute de places.

 

La situation devient ubuesque : certains parents, riverains de l’école Bajatière, devront emmener leur progéniture dans l’école du quartier voisin. « On est déjà suffisamment “speed” tous les jours lorsqu’on amène nos enfants. S’il faut encore qu’on fasse une distance en plus, alors qu’il y a une école juste à côté, je trouve ça inadmissible », poursuit la mère de famille.

 

 

 

Pour l’ouverture d’une quatrième classe

 

 

Les parents délégués ont pris contact avec la mairie et l’inspectrice d’académie ayant les pouvoirs d’ouvrir cette fameuse quatrième classe. Après quelques réunions, explications et une pétition, leurs démarches sont restés infructueuses. « Fabien Malbet [adjoint municipal École et Patrimoine scolaire, ndlr] et l’inspectrice se renvoient la balle !, rapporte le comité. Et l’inspectrice n’a pas voulu nous rencontrer. Elle nous évite : elle nous a même indiqué qu’elle serait absente lors de notre dernier conseil de classe. »

 

 

Mais où installer cette quatrième classe ? La solution semble toute trouvée, à en croire les parents : l’école primaire Bajatière. Située à une cinquantaine de mètres de la maternelle, celle-ci dispose en effet de locaux vides. Une solution non retenue pour l’heure… « La mairie fait mine de répondre à nos demandes, déclare le comité. Elle nous fait surtout miroiter beaucoup de choses ». Aurait-elle donc un plan B pour alléger les classes dès septembre prochain ? La question reste en suspens.

 

En attendant, nombre de parents partagent le sentiment que leur école est « oubliée, abandonnée », sous prétexte que « sa situation fait partie des “moins pires” à Grenoble ». Le ras-le-bol des sureffectifs est tel que « les gens se disent “tant pis, on va dans le privé” », remarque une déléguée des parents d’élèves.

 

 

LC et SC

 

 

Fabien Malbet, adjoint à l’École et au Patrimoine scolaire :

« Sur Bajatière, nous travaillons à un renfort d’Atsem »

 

Fabien MalbetDRA Grenoble, les tensions liées aux effectifs dans les écoles touchent l’ensemble des quartiers de la ville et remontent à plusieurs années. Devant les Grenobloises et les Grenoblois, nous avons pris l’engagement d’activer tous les leviers à la disposition de la Ville pour contribuer à résoudre cette urgence, particulièrement pénalisante pour un grand nombre d’enfants et leurs familles.

 

C’est pourquoi nous prévoyons de créer entre 40 et 50 classes d’ici l’horizon 2020.

De plus, cette année, nous proposons de créer 4 postes supplémentaires d’agents territoriaux spécialisés en école maternelle (Atsem). En effet, à Grenoble, 17 écoles maternelles accueillent plus de 28 élèves par classe et 4 sont au-dessus de 30 élèves par classe dont l’école maternelle Bajatière.

 

« Les postes d’Atsem ne sauraient pallier le manque d’enseignants »

 

Nous travaillons dans le cas de l’école maternelle Bajatière à un renfort d’Atsem. Est-ce suffisant ? Non, car les postes d’Atsem ne sauraient pallier le manque d’enseignants. En effet, l’Isère est historiquement en manque de professeurs des écoles, comparée aux autres départements malgré des dotations positives.

De plus les disparités territoriales entre les zones rurales et urbaines font directement subir aux villes comme Grenoble la conséquence de seuils d’ouvertures / fermetures en maternelle de 32 élèves par classe, inacceptables pour les élèves, les enseignants et les familles.

 

Aux côtés des parents d’élèves mobilisés, nous continuons de demander à l’Éducation nationale de doter l’agglomération Grenobloise à la hauteur des besoins. Pour sa part, compte tenu de ces urgences et malgré des contraintes budgétaires très violentes, la municipalité considère les écoles comme l’une des priorités fortes du mandat.

 

N.B. : L’article a été complété dimanche 14 juin 2015 avec les précisions de Fabien Malbet.

 

 

Carte des effectifs dans les écoles maternelles et primaires de la ville de Grenoble © placegrenet.frA lire aussi sur Place Gre’net :

 

Effectifs scolaires : une situation contrastée à Grenoble

 

Fabien Malbet : “Nous sommes pour une baisse des effectifs”

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
2664 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. c’est bizarre, mais je croyais bien que l’ouverture d’une classe ne dépendait pas de la mairie mais de l’inspection académique, c’est l’Etat qui paye le salaire de l’instit. C’est confirmé sur cette page :
    http://www.education.gouv.fr/cid72/qui-decide-ouvrir-fermer-des-classes.html
    “L’ouverture et la fermeture d’une classe, dès lors qu’elles n’entraînent pas la création ni la suppression d’une école, ne nécessitent pas de décision du conseil municipal. La décision d’ouvrir ou de fermer une classe, donc d’ajouter ou de retirer un poste d’enseignant, relève du directeur académique des services de l’éducation nationale.”
    La mairie se contente du matériel et des locaux. Pas d’instit, pas de local.
    L’Etat n’a pas à faire d’économies sur le dos des enfants !

    sep article
    • SC

      15/06/2015
      1:36

      Caro, les parents délégués ont bien compris que l’ouverture de classe supplémentaire ainsi que la création d’un poste et son financement sont du ressort de l’Éducation nationale. Aux dires des parents, cette dernière ne souhaite pas ouvrir cette 4e classe. Quant à la mairie, elle aurait bien des locaux (dans l’école primaire Bajatière) mais semble dire que la décision de l’ouverture de cette 4e classe dépend de l’Éducation nationale. D’où l’expression “se renvoyer la balle” employée par une déléguée des parents d’élèves, dans l’article. En revanche, dés la rentrée prochaine, la mairie peut décider de renforcer le nombre de postes d’Atsem dans cette école. En dépit de classes en surcharge, la mairie a jusqu’alors fait connaître au comité des parents d’élèves, son refus d’ouvrir un 3e poste d’Atsem. Question d’économies, vraisemblablement.

      sep article
      • Heureusement qu’il y a un rajout avec ce que dit Fabien Malbet pour expliquer.
        Si la mairie dit qu’elle met un 3e poste d’ATSEM, pourquoi l’inspection académique ouvrirait une 4e classe ? Elle va dire que les enfants sont suffisamment encadrés. C’est stratégique.
        Bref, vous avez écrit un reportage sur une manif et non un article de journaliste.
        Enfin, il y a maintenant des entretiens qui le complète.

        sep article