La dernière montée avant le sommet du parcours sur La Grande Odyssée 2023.

Course de chiens de traî­neau : la Grande Odyssée VVF rem­por­tée à Villard-de-Lans par Rémy Coste et Aurélie Delattre

Course de chiens de traî­neau : la Grande Odyssée VVF rem­por­tée à Villard-de-Lans par Rémy Coste et Aurélie Delattre

EN BREF – La 19e édi­tion de La Grande Odyssée VVF s’est ache­vée ce 19 jan­vier, à l’issue de l’ultime étape qui se dérou­lait pour la pre­mière fois à Villard-de-Lans. Le musher fran­çais Rémy Coste l’a empor­tée pour la sep­tième fois consé­cu­tive avec un atte­lage de dix chiens, tan­dis que sa com­pagne Aurélie Delattre s’est impo­sée dans l’autre caté­go­rie. En treize jours, les mushers ont sillonné pas moins de 250 km et fait 9000 mm de dénivelé.

« On est très contents avec Aurélie [Delattre] de la per­for­mance du team », se féli­cite Rémy Coste, vain­queur de La Grande Odyssée VVF 2023. La course de chiens de traî­neau qui s’est cette année dérou­lée de Mègève à Villard-de-Lans en pas­sant par la Maurienne, a réuni 65 mushers inter­na­tio­naux et leurs 600 chiens-ath­lètes, qui se sont affron­tés au cours de 11 étapes.

Rémy Coste, gagnant de la 19e édition en catégorie "open" à la Grande Odyssée 2023.

Rémy Coste, gagnant de la 19e édi­tion en caté­go­rie « open » 2023. © Agathe Bréchemier, Place Gre’net.

Rémy Coste a concouru avec dix chiens, dans la caté­go­rie “open”. À savoir avec une meute pou­vant aller jus­qu’à douze chiens per­met­tant d’en avoir six à dix à chaque départ. Sa com­pagne Aurélie Delattre, « ren­con­trée sur la Grande Odyssée il y a quelques années », l’emporte quant à elle avec un atte­lage de six chiens dans la caté­go­rie “Limited”, auto­ri­sant une meute de neuf chiens pour cinq à six au départ. Tenante du titre, elle a ainsi réitéré l’exploit face à sa pre­mière concur­rente Elsa Borgey.

La première et la troisième de la course "limited" posent après le podium.

A gauche Aurélie Delattre, sur la droite Elsa Borgey, res­pec­ti­ve­ment 1re et 3e de la caté­go­rie « Limited », jan­vier 2023. © Agathe Bréchemier, Place Gre’net.

« On fait tout ensemble, confie Aurélie Delattre. On gère comme si on était un grand atte­lage, mais on est deux », dit-elle. En effet, le couple de mushers expa­trié en Laponie, pos­sède cin­quante chiens, « en comp­tant les jeunes ».

Enfin, Julien Chapelain rem­porte, pour sa part, le der­nier « tro­phée », au terme de trois étapes du 17 au 19 jan­vier. Dix mushers sup­plé­men­taires viennent ainsi se gref­fer à la course durant chaque tro­phée et courent sur les mêmes pistes pen­dant deux à trois jours.

Une édi­tion particulière

Le faible ennei­ge­ment a contraint les orga­ni­sa­teurs à réduire la lon­gueur de cer­taines étapes. D’où les 150 kilo­mètres et 3000 mètres de déni­velé posi­tif en moins cette année. Toutefois, pour le vain­queur Rémy Coste, « ce n’est pas for­cé­ment une dif­fi­culté sup­plé­men­taire d’avoir des étapes chan­gées au der­nier moment ». Aurélie Delattre y a même vu un avan­tage : « Les chiens sont en moyenne beau­coup moins fati­gués, en les ayant entraî­nés sur des dis­tances plus longues. »

Généralement, les deux mushers « pré­fèrent avoir des étapes de 45 – 50 kilo­mètres », en vue des cham­pion­nats du monde. Mais ces der­niers qui devaient avoir lieu à Praz de Lys – Sommand, en Haute-Savoie, du 24 au 28 jan­vier 2023, sont pour le moment annu­lés en rai­son du manque de neige.

« J’aime c’est être sur mon traî­neau, en com­mu­nion avec mes chiens »

Qu’est-ce qui pousse les mushers à affron­ter ainsi les élé­ments ? « Ce que j’aime c’est être sur mon traî­neau, en com­mu­nion avec mes chiens », témoigne Rémy Coste. Le bien-être des ani­maux est ainsi au centre de l’attention des cou­reurs, tout au long de l’évènement.

Une équipe de vété­ri­naires, à pied d’œuvre vingt-quatre heures sur vingt-quatre, suit les chiens avant et après chaque étape, mais aussi lors du bivouac en alti­tude. Sans comp­ter les « hand­lers » qui s’occupent des chiens quo­ti­dien­ne­ment, les nour­rissent et les câlinent, notam­ment à l’arrivée.

La "handler" câline les chiens à l'arrivée de l'étape de Villard-de-Lans.

La « hand­ler » et les chiens par­tagent leur joie à l’ar­ri­vée de la Grande Odyssée 2023. © Agathe Bréchemier – Place Gre’net.

Envie de par­ta­ger une pro­chaine course dans une ambiance nor­dique ? Rendez-vous pour la Grande Odyssée 2024, sans ses deux grands cham­pions qui seront, pré­voit Rémy Coste, « de l’autre côté de l’Atlantique pour défier les Américains sur leur sol en Alaska ».

Agathe Bréchemier

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Grande Odyssée : la mythique course de chiens de traî­neau tra­verse les mas­sifs alpins du 7 au 19 jan­vier 2023

ÉVÈNEMENT - La 19e édition de La Grande Odyssée VVF s'ouvre ce samedi 7 janvier 2023 à Megève. Plus de 65 mushers internationaux et leurs Lire plus

Flash Info

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Agenda

Je partage !