Les cinq corps ont été retrouvés dans un appartement de cet immeuble, situé au 5 allée des Frênes, dans le quartier de la Villeneuve. © Google Street View (capture d'écran)

Grenoble : une mère et ses quatre enfants retrou­vés morts dans un appar­te­ment à La Villeneuve

Grenoble : une mère et ses quatre enfants retrou­vés morts dans un appar­te­ment à La Villeneuve

EN BREF – Les corps sans vie et en décom­po­si­tion d’une femme de 39 ans et de ses quatre enfants (trois gar­çons et une fille) âgés de 3, 8, 10 et 12 ans ont été retrou­vés ce ven­dredi 11 mars 2022 au soir, dans un appar­te­ment du quar­tier de la Villeneuve, à Grenoble. Les autop­sies réa­li­sées ce lundi 14 mars n’ont pas per­mis de déter­mi­ner les causes des décès, qui remon­te­raient à au moins deux semaines. Les enquê­teurs pri­vi­lé­gient donc tou­jours à ce stade la thèse d’un qua­druple infan­ti­cide suivi d’un sui­cide de la mère.

[Article mis à jour le 15/03/2022]

Ce sont les pom­piers, aler­tés par des voi­sins inquiets, qui ont fait la macabre décou­verte ce ven­dredi 11 mars 2022 au soir. Une mère de 39 ans et ses quatre enfants, âgés de 3, 8, 10 et 12 ans, ont été retrou­vés morts dans un appar­te­ment du quar­tier de la Villeneuve, à Grenoble, a annoncé le pro­cu­reur de la République adjoint Boris Duffau.

Les cinq corps ont été retrouvés dans un appartement de cet immeuble, situé au 5 allée des Frênes, dans le quartier de la Villeneuve. © Google Street View (capture d'écran

Les cinq corps ont été retrou­vés dans un appar­te­ment de cet immeuble, situé au 5 allée des Frênes, dans le quar­tier de la Villeneuve. © Google Street View (cap­ture d’écran)

Peu après 22 heures, les pom­piers sont entrés dans cet appar­te­ment « insa­lubre » situé allée des Frênes, et ont décou­vert cinq corps en décom­po­si­tion – ce qui expli­que­rait l’o­deur pes­ti­len­tielle consta­tée par les voi­sins jusque dans les par­ties com­munes de l’immeuble.

La piste d’un qua­druple infan­ti­cide, suivi du sui­cide de la mère, privilégiée

Les cinq cadavres ont tous été retrou­vés dans la même pièce du loge­ment. « Les quatre enfants (trois gar­çons et une fille) étaient tous allon­gés sur le mate­las d’une mez­za­nine, tan­dis que le corps de la mère était situé sous celle-ci », pré­cise le pro­cu­reur adjoint.

L’enquête a été confiée par le par­quet de Grenoble à la Sûreté dépar­te­men­tale. Compte tenu de l’é­tat des corps, dif­fi­cile d’é­ta­blir avec pré­ci­sion les cir­cons­tances du drame. L’hypothèse pri­vi­lé­giée à ce stade par le par­quet est donc « celle du meurtre des enfants suivi du sui­cide de la mère, sans que l’on en connaisse encore le motif », indique Boris Duffau. Lequel sou­ligne néan­moins qu’au­cune piste ne peut être exclue par les enquêteurs.

Les autop­sies n’ont pas révélé les causes des décès, qui remon­te­raient à au moins deux semaines

Les autop­sies réa­li­sées ce lundi 14 mars n’ont d’ailleurs pas per­mis de déter­mi­ner les causes de la mort, révèle le pro­cu­reur adjoint ce mardi 15 mars. « Il n’a pas été constaté d’élément trau­ma­tique sur les corps, aucune frac­ture et aucune plaie », détaille ce der­nier, ajou­tant que « les décès remon­te­raient à au moins deux semaines ».

Une mère et ses quatre enfants retrouvés morts chez eux à Grenoble. Véhicules de police devant le commissariat de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

L’enquête a été confiée par le par­quet aux poli­ciers de la Sûreté dépar­te­men­tale. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Des exper­tises com­plé­men­taires, notam­ment toxi­co­lo­giques, doivent éga­le­ment avoir lieu. Ces ana­lyses – dont on ne connaî­tra vrai­sem­bla­ble­ment pas les résul­tats avant plu­sieurs jours, voire plu­sieurs semaines – pour­raient en tout cas confir­mer l’ab­sorp­tion de médi­ca­ments par les enfants. Une thèse vers laquelle s’o­rien­te­raient les pre­miers élé­ments de l’enquête.

La mère vivait seule avec ses enfants, le père étant incar­céré depuis avril 2021

D’après les pre­miers témoi­gnages des voi­sins, la mère avait été vue pour la der­nière fois durant la pre­mière semaine des vacances de février. Elle vivait seule avec ses enfants, sco­la­ri­sés dans cet appar­te­ment, depuis un peu moins d’un an.

Le père, âgé de 37 ans, purge en effet actuel­le­ment une peine de pri­son, depuis avril 2021. « Il n’a béné­fi­cié d’aucune per­mis­sion de sor­tir depuis son incar­cé­ra­tion et n’a reçu aucune visite au par­loir », informe le par­quet. « Étant donné la gra­vité des faits, l’ad­mi­nis­tra­tion péni­ten­tiaire a mis en place un pro­to­cole spé­ci­fique d’accompagnement des­tiné à pré­ve­nir tout acte sui­ci­daire de l’intéressé. »

La famille a été sui­vie par un juge des enfants et la mère souf­frait de troubles psychiatriques

La famille avait fait par ailleurs l’ob­jet d’un suivi par un juge des enfants, dans le cadre d’une pro­cé­dure d’as­sis­tance édu­ca­tive. « Aucun évè­ne­ment n’a été porté à la connais­sance du par­quet ou du juge des enfants entre la clô­ture de la mesure en 2020 et la date du signa­le­ment pour absen­téisme sco­laire des enfants par les ser­vices de l’Éducation natio­nale en 2022″, explique le pro­cu­reur adjoint. Pour ce signa­le­ment, ajoute-t-il, « le par­quet avait mis­sionné l’aide sociale à l’enfance selon le pro­ces­sus clas­sique ».

Selon Le Dauphiné Libéré, la mère souf­frait en outre de troubles psy­chia­triques. « Elle avait même été inter­née au Centre hos­pi­ta­lier Alpes Isère (Chai) de Saint-Égrève, voilà quelques années », indique le quo­ti­dien régional.

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le président de la Fédération de secourisme de l'Isère en garde à vue suite à des accusations de viols
Mort du petit Mehdi à Moirans : l’Enfant Bleu pointe les “dys­fonc­tion­ne­ments” des ser­vices sociaux

  FLASH INFO — De "graves dysfonctionnements des services sociaux et professionnels de santé". Tel est le constat porté par l'association L'Enfant bleu, dans le Lire plus

Cour d'assises du palais de justice de Grenoble. ©Manon Heckmann - Placegrenet.fr
Deux hommes jugés cette semaine pour le meurtre par balles d’un jeune de 19 ans à Echirolles en 2017

FIL INFO - Deux hommes comparaissent depuis ce lundi 20 septembre 2021 devant la cour d'assises de l'Isère pour le meurtre de Mohamed Mehdi, 19 Lire plus

Vol de chèques-vacances au COS de Grenoble: les agents ne seront pas lésés, assure Pierre Mériaux
Un jeune homme de 24 ans retrouvé mort dans une rési­dence étu­diante à Echirolles, la piste cri­mi­nelle privilégiée

FLASH INFO - Le corps sans vie d'un jeune homme de 24 ans, de nationalité kenyane, a été découvert dans un logement d'une résidence étudiante Lire plus

Contrôle policier nocturne. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Règlement de comptes à Grenoble : un corps cal­ciné décou­vert dans une voi­ture cri­blée de balles et incen­diée quar­tier Teisseire

FLASH INFO - Ce jeudi 15 juillet 2021, vers 4 h 20, les policiers de la sureté départementale ont découvert dans le quartier Teisseire de Lire plus

Nouvelle soirée émaillée de tirs de mortier d'artifice à Grenoble. Un fourgon de police a été pris pour cible.
Une enquête ouverte pour meurtre après la décou­verte d’un corps sans vie ven­dredi 5 avril à Grenoble

FIL INFO - Une enquête a été ouverte pour meurtre après la découverte du corps sans vie d'un jeune Isérois de 19 ans vendredi 5 Lire plus

Nouveau coup dur pour le trafic de stupéfiants à Grenoble Extérieur du palais de justice de Grenoble. ©Manon Heckmann - Placegrenet.fr
Grenoble : l’au­teur pré­sumé de la ten­ta­tive de meurtre sur la ter­rasse du bar Le Bilboquet a été incarcéré

FLASH INFO - La police a arrêté le 27 septembre 2021 un homme âgé de 51 ans suspecté d'avoir porté des coups de couteau sur Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !