La caravane de l'opération "Nos quartiers ont de la gueule" au marché de l'Arlequin le 18 novembre

Le collectif Pas sans nous a fait escale dans les quartiers de Grenoble et d’Échirolles

Le collectif Pas sans nous a fait escale dans les quartiers de Grenoble et d’Échirolles

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Dans le cadre de l’opération « Nos quartiers ont de la gueule », le collectif Pas sans nous est allé à la rencontre des habitants du quartier de l’Arlequin à Grenoble et de la Butte à Échirolles, ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021, afin de « faire entendre la voix des banlieues ». L’opération menée depuis le 29 octobre doit durer jusqu’au 12 mars 2022, avec 45 villes visitées en France.

« Un cam­ping-car amé­nagé, des stands à déployer, du café et de quoi noter » : c’est là toute la logis­tique du tour de France des « quar­tiers qui ont de la gueule » mené par le col­lec­tif Pas sans nous. Ces jeudi et ven­dredi, ce der­nier était aux Villeneuve de Grenoble et d’Échirolles afin de ren­con­trer les habi­tants et recueillir leurs doléances.

Mohamed Mechmache, fondateur du collectif Pas Sans Nous devant la caravane de l'opération "Nos cités ont de la gueule" le 18 novembre au marché de l'Arlequin

Mohamed Mechmache, pré­sident du col­lec­tif Pas sans nous devant la cara­vane de l’o­pé­ra­tion « Nos cités ont de la gueule » le 18 novembre au mar­ché de l’Arlequin. © Isaline Boiteux – Place Gre’net

Installée sur le mar­ché des Arlequins au milieu des étals de fruits et légumes, la cara­vane ne passe pas inaper­çue. Très vite, les pre­miers habi­tants du quar­tier arrivent pour rem­plir le ques­tion­naire, comme Elhaddi. Cet inté­ri­maire dans le bâti­ment y dénonce des loge­ments sociaux inabor­dables. Un constat par­tagé par Joëlle, admi­nis­tra­trice du café asso­cia­tif Le Barathym et son amie Hélène : « En géné­ral, les bailleurs sociaux demandent à ce que l’on jus­ti­fie d’un revenu men­suel d’au moins trois fois le mon­tant du loyer. Les gens payent le loge­ment et n’ont plus grand chose pour vivre ensuite », relatent-elles.

« Nous devons constamment nous battre pour faire valoir nos droits »

Le pas­sage de la cara­vane à Grenoble, Widad l’attendait avec impa­tience. Cette habi­tante du quar­tier des Essarts à Échirolles dont elle pré­side le Conseil citoyen est heu­reuse de voir une telle ini­tia­tive se déve­lop­per. « C’est pas tous les jours qu’on vient nous deman­der notre avis ! », sou­pire-t-elle. La veille, elle par­ti­ci­pait à une mani­fes­ta­tion devant la Société dau­phi­noise pour l’habitat (SDH), qu’elle accuse de vou­loir récu­pé­rer sur les loyers des habi­tants les tra­vaux de réno­va­tion de leurs loge­ments. « Il n’y a pas de dia­logue avec les poli­ti­ciens. Nous devons constam­ment nous battre pour faire valoir nos droits. »

Les quartiers de Grenoble et Échirolles, étapes du collectif Pas sans nous. Widad et Kadidja du Conseil Citoyen Essarts-Surieux lors du passage de la caravane de l'opération "Nos quartiers ont de la gueule" au marché de l'Arlequin le 18 novembre

Widad et Kadidja du Conseil citoyen Essarts-Surieux lors du pas­sage de la cara­vane de l’o­pé­ra­tion « Nos quar­tiers ont de la gueule » au mar­ché de l’Arlequin le 18 novembre. © Isaline Boiteux – Place Gre’net

Jean-Jacques connaît d’ailleurs bien ce com­bat. En situa­tion de han­di­cap, cet habi­tant du quar­tier des Géants et membre de l’Alliance citoyenne de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise alerte sur la non-confor­mité des bâti­ments. Et pour cause, l’ascenseur de son immeuble est sys­té­ma­ti­que­ment en panne, ren­dant impos­sible l’accès à son appar­te­ment situé au 8e étage.

Jean-Jacques, habitant du quartiers des Géants lors du passage de la caravane de l'opération "Nos quartiers ont de la gueule" au marché de l'Arlequin le 18 Novembre

Jean-Jacques, habi­tant du quar­tiers des Géants lors du pas­sage de la cara­vane de l’o­pé­ra­tion « Nos quar­tiers ont de la gueule » au mar­ché de l’Arlequin le 18 Novembre. © Isaline Boiteux – Place Gre’net

Le collectif pas sans nous veut faire entendre la voix des habitants des quartiers

Crée en 2014, le col­lec­tif Pas sans nous milite pour plus de repré­sen­ta­tion des habi­tants des quar­tiers popu­laires dans l’espace public et dans les ins­tances poli­tiques déci­sion­nelles. Mohamed Mechmache, pré­sident du col­lec­tif, dénonce les dis­cours stig­ma­ti­sants, régu­liè­re­ment tenus sur les quar­tiers popu­laires : « Quand on parle des quar­tiers, c’est tou­jours pour les cri­ti­quer. Aujourd’hui, nous sommes venus dire aux habi­tants qu’ils méritent autant que les autres. Que ce soit en matière de ser­vice public, de santé, d’écoles ou de loge­ment », revendique-t-il.

Banderoles réalisées dans le cadre de l'opération "Nos quartiers ont de la gueule" du collectif Pas Sans Nous au marché de l'Arlequin le 18 novembre.

Banderoles réa­li­sées dans le cadre de l’o­pé­ra­tion « Nos quar­tiers ont de la gueule » du col­lec­tif Pas sans nous au mar­ché de l’Arlequin le 18 novembre. © Isaline Boiteux – Place Gre’net

À quelques mois des élec­tions pré­si­den­tielles, ce Tour de France des quar­tiers est aussi l’occasion d’inciter les habi­tants à aller voter, alors que les taux d’abstention y battent des records. « Il faut qu’ils réa­lisent que leur voix compte », insiste-il.

Pour conclure ces deux jour­nées, un ras­sem­ble­ment était orga­nisé rue Félix-Poulat ven­dredi à par­tir de 15 heures pour dif­fu­ser les pro­po­si­tions, pan­neaux et ban­de­roles réa­li­sés au cours de cette 14e étape.

Interpeller les pouvoirs publics

À terme, le col­lec­tif sou­haite pro­duire un mani­feste avec les pro­po­si­tions récol­tées dans le ques­tion­naire. Il sera rendu public le 12 mars 2022, date de la der­nière étape de la cara­vane à Paris. L’occasion d’interpeller les res­pon­sables poli­tiques, à un mois du pre­mier tour de l’élection pré­si­den­tielle. Le maire de Grenoble Eric Piolle est d’ailleurs venu ren­con­trer les membres du col­lec­tif et écou­ter les doléances des habi­tants du quar­tier en fin d’après-midi.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Isaline Boiteux

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

COUV Copropriété du 150 rénovée dans le cadre du plan de sauvegarde crédit Métropole de Grenoble
Top départ pour le plan de sauvegarde des logements de l’Arlequin à Grenoble

  EN BREF — État, bailleurs sociaux et privés, Ville de Grenoble, Métropole et Département de l'Isère ont signé, le 28 janvier 2021, la convention Lire plus

COUV Copropriété du 150 rénovée dans le cadre du plan de sauvegarde crédit Métropole de Grenoble
La rénovation du parc privé de l’Arlequin démarre en 2021, à la faveur d’un plan de sauvegarde

  EN BREF - La réhabilitation de l'Arlequin, à la Villeneuve de Grenoble, va démarrer en 2021 sur sa partie mêlant parc privé et parc Lire plus

Partie centrale de la galerie de l'Arlequin, réhabilitée ou démolie après 2021 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Incendies répétés au 10 – 20 galerie de l’Arlequin : les habitants poussés à partir ?

  FOCUS - Les habitants du 10-20 galerie de l’Arlequin dénoncent le dépérissement et les dégradations de leur immeuble pour les pousser à quitter leurs Lire plus

Forum habitants au Patio, Elisa Martin, adjointe aux quartiers populaires de Grenoble, et Chloé Pantel, maire adjointe du Secteur 6, samedi 16 octobre 2021 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Forum habitants à la Villeneuve de Grenoble : Elisa Martin, adjointe aux quartiers populaires, interpellée sur le thème de la sécurité

FOCUS - Transformer les quartiers Villeneuve de Grenoble et d’Échirolles en écoquartiers populaires d'ici 2030. Tel est l’objectif du vaste programme de renouvellement urbain destiné Lire plus

Treize représentants des unions de quartier étaient présent lors de cette AG. Au centre, Guy Waltisperger, président du Comité de liaison des unions de quartier de Grenoble (Cluq). © Joël Kermabon - Place Gre'net :
Les unions de quartier grenobloises et leur comité de liaison reprennent du poil de la bête

FOCUS - Les unions de quartier de Grenoble reprennent du poil de la bête après une longue parenthèse due à la crise sanitaire. Elles tenaient Lire plus

FIL INFO Militants contre la démolition du 10 galerie de l'Arlequin devant la Salle 150 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Procès contre la démolition du 20 galerie de l’Arlequin : les requérants veulent éviter de faire capoter le projet Anru

FIL INFO - En procès contre la démolition de l'immeuble du 20 galerie de l'Arlequin, les militants du collectif contre les démolitions et de l'association Lire plus

Flash Info

|

03/12

12h21

|

|

03/12

10h25

|

|

03/12

9h49

|

|

02/12

22h42

|

|

02/12

18h18

|

|

02/12

11h21

|

|

02/12

8h30

|

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

|

30/11

19h38

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin