Face à la plainte de la Fraternité sacerdotale, Philippe Cardin revendique sa liberté d'expression

Meylan : face à la plainte de la Fraternité sacer­do­tale Saint-Pie X, Philippe Cardin reven­dique sa liberté d’expression

Meylan : face à la plainte de la Fraternité sacer­do­tale Saint-Pie X, Philippe Cardin reven­dique sa liberté d’expression

FOCUS - Le maire de Meylan Philippe Cardin était convoqué mardi 31 août au tribunal de Grenoble, suite à une plainte pour diffamation déposée à son encontre par la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X. En cause, des propos tenus dans un éditorial du journal municipal meylanais. Mais, pour l'élu, la plainte relève avant tout d'une stratégie "d'intimidation et de harcèlement".

"Je ne vais pas me laisser faire, mais c'est quand même une pression psychologique!" Ainsi s'exprimait le maire de Meylan mardi 31 août, au sortir de la première audience faisant suite à la plainte déposée à son encontre par la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X. L'organisation traditionaliste attaque en effet Philippe Cardin pour diffamation et lui réclame 135 000 euros de dommages et intérêts.

Philippe Cardin au sortir de l'audience © Florent Mathieu - Place Gre'net

Philippe Cardin au sortir de l'audience. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Une première audience purement technique... et particulièrement courte. L'élu meylanais est ainsi resté moins de six minutes à la barre. Et il n'a pas eu l'occasion de dire un mot, avant que ne soit décidé le renvoi de l'audience au 23 novembre 2021. La deuxième audience sera toutefois aussi technique que la première, puisqu'il faudra attendre (au moins) le premier trimestre 2022 pour que les débats de fond aient lieu.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 69 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tribune libre : "De la “culture” du tag à la “souillure” partout dans Grenoble, jusqu’à la violence"
Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

TRIBUNE LIBRE - L'Union des habitants du centre-ville (UHCV) de Grenoble remet la question des tags sur le tapis en interpellant la Ville, tant sur Lire plus

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

"Femme et racisée", Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité grenobloise après s'être vue refuser la délégation Égalité des droits?
« Femme et raci­sée », Maude Wadelec a‑t-elle quitté la majo­rité gre­no­bloise après s’être vue refu­ser la délé­ga­tion Égalité des droits ?

FOCUS - Pour quelles raisons Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité du conseil municipal pour figurer désormais parmi les élus d'opposition, en tant que non Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !