La Compagnie des Apatrides en résidence à l’école primaire des Genêts à Grenoble

sep article

 

FLASH INFO – La Compagnie de théâtre Les Apatrides, basée à Saint-Martin‑d’Hères, a installé jusqu’au 2 avril 2021 son décor et ses comédiens à l’école primaire des Genêts, à la Villeneuve. Elle prépare son nouveau spectacle, Eau d’ici Eau de là, et partage son temps entre interventions dans les classes et répétitions devant les élèves.

 

 

La Compagne des Apatrides est en résidence pour trois semaines à l'école des Genêts à la Villeneuve. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

La Compagne des Apatrides, en rési­dence à l’é­cole des Genêts à la Villeneuve. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

« L’idée, c’est de s’enrichir du regard des élèves pour conti­nuer de créer notre spec­tacle », explique Anne-Claire Brelle, direc­trice artis­tique et met­teuse en scène de la Compagnie des Apatrides. Pendant trois semaines, jus­qu’au 2 avril, elle est en rési­dence à l’école pri­maire des Genêts. Pour créer, répé­ter et sur­tout par­ta­ger avec les élèves le pro­ces­sus de créa­tion d’un spec­tacle théâ­tral.

 

Créée en 2011, la com­pa­gnie réa­lise des spec­tacles à des­ti­na­tion du jeune public et sou­haite ainsi rendre le théâtre acces­sible au plus grand nombre.

 

 

La compagnie des Apatrides intègre les élèves à son processus de création

 

Pour sa nou­velle créa­tion, Eau d’ici Eau de là, construite en trois contes théâ­traux et musi­caux sur le thème de l’eau et du voyage, elle entend « se nour­rir de l’avis des enfants ». Ce sont eux, par exemple, qui ont choisi les pré­noms des per­son­nages. La com­pa­gnie pré­sente aux élèves son spec­tacle en pré­pa­ra­tion, puis échange avec eux.

 

« On est en train de fabri­quer un spec­tacle, mais il n’est pas encore fini. On a besoin de savoir ce que vous com­pre­nez ou non », explique Anne-Claire Brelle aux enfants. Ils regardent la pièce de théâtre, puis expliquent ce qu’ils ont com­pris ou non, ce qu’ils ont aimé, res­senti… « Ça m’a fait peur », dit l’un d’entre eux. « C’était génial ! », dit une autre, les yeux rieurs.

 

La Compagne des Apatrides est en résidence pour trois semaines à l'école des Genêts à la Villeneuve. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

La Compagne des Apatrides en rési­dence à l’é­cole des Genêts à la Villeneuve. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

La Compagnie inter­vient, par ailleurs, auprès de cinq classes de l’école qui ont assisté à sa repré­sen­ta­tion à l’Espace 600, en février. « Avec cha­cune des classes, on invente un conte, une his­toire avec les thé­ma­tiques de notre pièce : le voyage et l’eau ». Puis la met­teuse en scène écrit le spec­tacle et le monte.

 

« On veut faire avec eux ce que l’on fait avec les pro­fes­sion­nels, mais avec leurs his­toires » explique-t-elle. Ces his­toires, écrites par les « grands » et qui devien­dront des pièces, seront mon­trées aux autres classes. Et les plus jeunes élèves de l’é­cole les illus­tre­ront avec des des­sins pour en faire un album.

 

Anne Claire Brelle se réjouit de ces trois semaines en rési­dence. « On entre dans leur quo­ti­dien, on s’intègre au rythme. On tisse un vrai lien avec les élèves qui nous font confiance et qui sont à l’aise avec nous. Et ils sont force de pro­po­si­tion, d’une ima­gi­na­tion sans limite !  »

 

sarah krakovitch

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
1090 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.