Le préfet de l’Isère place la quasi-totalité des cours d’eau en alerte sécheresse renforcée

sep article



 

FLASH INFO – La préfecture de l’Isère annonce placer l’ensemble des masses d’eau du département en alerte renforcée sécheresse, à l’exception des eaux superficielles du Drac et de la Romanche.

 

Après des mois de mars, d’a­vril et de mai sans pluie, et quelques orages insuf­fi­sants au mois de juin, « la situa­tion des nappes et des cours d’eau s’est effon­drée en août à cause de la cani­cule, du vent et la quasi-absence de pluies », indique la pré­fec­ture. Si les averses de la fin du mois d’août ont apporté un peu de répit, celui-ci aura été de courte durée. De plus, « une séche­resse autom­nale est à craindre ».

 

La rivière Isère est en situation de vigilance © Florent Mathieu - Place Gre'net

La rivière Isère est en situa­tion de vigi­lance © Florent Mathieu – Place Gre’net

Les mesures prises ? Toutes les eaux sou­ter­raines et super­fi­cielles sont pla­cées en alerte ren­for­cée.

 

Toutes… à l’ex­cep­tion des des eaux super­fi­cielles du Drac et de la Romanche, qui sont pour leur part pla­cée en alerte simple.

 

La rivière Isère est, quant à elle, pla­cée en seule situa­tion de vigi­lance.

 

Si l’é­tat de vigi­lance ne com­prend aucune res­tric­tion mais un simple appel « à être vigi­lant et éco­nome dans sa consom­ma­tion d’eau », la situa­tion d’a­lerte impose l’in­ter­dic­tion du lavage des voi­tures hors sta­tions pro­fes­sion­nelles, l’in­ter­dic­tion de rem­plir des pis­cines à usage privé de plus de 5 m³, ou encore l’in­ter­dic­tion d’ar­ro­ser les pelouses ou jar­dins d’a­gré­ment entre 9h et 20h. Plus des res­tric­tions spé­ci­fiques pour les com­munes, indus­triels ou agri­cul­teurs.

 

Comme son nom l’in­dique, l’a­lerte ren­for­cée impose des res­tric­tions sup­plé­men­taires. Notamment en matière de pré­lè­ve­ments d’eau auto­ri­sés pour l’a­gri­cul­ture, et des éco­no­mies d’eau sup­plé­men­taires impo­sées aux sites indus­triels. De plus, pré­cisent les ser­vices pré­fec­to­raux, « les usages non prio­ri­taires de l’eau à par­tir du réseau d’eau potable peuvent être limi­tés par arrêté muni­ci­pal ».

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
1198 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.