Incendie quartier Villeneuve de Grenoble dans un local occupé par des personnes sans-papiers

sep article



 

FIL INFO – Un incendie a ravagé un immeuble rue des Trembles dans le quartier Villeneuve de Grenoble samedi 1er août. Par chance, le sinistre n’a fait aucun blessé, alors que le bâtiment était occupé depuis plusieurs mois par une soixantaine de personnes migrantes et sans-papiers.

 

 

Un impor­tant incen­die s’est déclaré samedi 1er août au coeur du quar­tier de la Villeneuve à Grenoble. C’est aux alen­tours de midi que le feu s’est déclen­ché rue des Trembles, dans un immeuble occupé depuis plu­sieurs mois par une soixan­taine de per­sonnes migrantes et sans-papiers. Le bâti­ment, un local com­mer­cial désaf­fecté d’une super­fi­cie de 400 mètres car­rés, a été entiè­re­ment détruit par les flammes. Par chance, aucune vic­time n’est à déplo­rer.

 

L'incendie s'est déclaré dans un local commercial désaffecté rue des Trembles à Grenoble © Alexis Lachize

L’incendie s’est déclaré dans un local com­mer­cial désaf­fecté rue des Trembles à Grenoble © Alexis Lachize – tous droits réser­vés

 

La cause du sinistre est encore incon­nue, indique la Ville de Grenoble. Avant de pré­ci­ser que « des exper­tises sur le bâti seront menées dans les pro­chains jours ». Les per­sonnes qui occu­paient le bâti­ment sont pour leur part héber­gées « à court terme » au gym­nase de la Houille-Blanche, où un « point sur [leur] situa­tion (…) sera opéré en début de semaine pro­chaine en lien avec les asso­cia­tions et acteurs sociaux impli­qués ainsi qu’avec les ser­vices de l’État ».

 

 

Des échauffourées avec les forces de l’ordre

 

Propriétaire des locaux tou­chés par l’in­cen­die, la Ville ajoute qu’une pro­cé­dure d’ex­pul­sion des occu­pants était enga­gée devant le Tribunal admi­nis­tra­tif de Grenoble. La muni­ci­pa­lité entend en effet céder le bâti­ment à l’Association pour adultes et jeunes han­di­ca­pés de l’Isère, pour la créa­tion d’un Centre de ser­vices. En 2017 déjà, le syn­di­cat Solidaires Isère, alors situé à côté, était invité à démé­na­ger pour les mêmes rai­sons.

 

Devant le bâtiment évacué durant l'incendie © Alexis Lachize

Devant le bâti­ment éva­cué durant l’in­cen­die © Alexis Lachize – tous droits réser­vés

 

L’association Droit au loge­ment 38 signale dans un com­mu­ni­qué « de nom­breuses pertes maté­rielles pour les habi­tants qui vivaient là vaille que vaille ». Des échauf­fou­rées ont par ailleurs éclaté vers 16 heures entre les forces de l’ordre et des occu­pants, qui ten­taient de  récu­pé­rer des effets per­son­nels dans un immeuble voi­sin. La police natio­nale déclare avoir fait usage « de deux gre­nades lacry­mo­gène pour les faire recu­ler ».

 

Pour le DAL 38, « les pou­voirs publics (…) sont res­pon­sables de cette situa­tion ». « Pourquoi un relo­ge­ment n’a pas été mis en place aupa­ra­vant alors qu’il était su que le lieu n’é­tait pas fait pour abri­ter autant de per­sonnes ? », inter­roge le col­lec­tif. « Cette situa­tion est d’au­tant plus frap­pante qu’à moins de cent mètres de là, des cen­taines de loge­ments sociaux sont vides », ajoutent les mili­tants.

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
6395 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. sep article
    • Est-ce que vous sous enten­dez que les migrants ont mis le feu eux-mêmes pour brû­ler leurs papiers ? Dommage que vous n’ayez pas copié la phrase de Wilipedia qui suit celle que vous avez don­née :

      « Le terme har­raga, peut dési­gner tout autant celui qui « grille » un Visa en séjour­nant au-delà des délais auto­ri­sés, que celui qui passe par la mer sans papiers1. Cependant, le terme har­raga est plus géné­ra­le­ment appli­qué aux seconds, puisque les pre­miers sont com­mu­né­ment appe­lés « sans papiers » ou « clan­des­tins ». Ils sont géné­ra­le­ment entrés léga­le­ment en Europe, et sont res­tés après l’expiration de leurs visas tou­ris­tiques »

      Vous vous appe­lez « intox » ?

      sep article
  2. A ma connais­sance, parmi les 40 sans papiers, il y avait plu­sieurs deman­deurs d’a­sile. Comme d’ha­bi­tude, la pré­fec­ture et l’o­fii refusent de loger les « iso­lés » (céli­ba­taires) alors qu’ils en ont l’o­bli­ga­tion par la loi.
    Le DAL a rai­son, il y a des loge­ments vides. Mais qui va payer les fluides, eau, élec­tri­cité etc ?
    Ce qui est inad­mis­sible, c’est l’in­ter­dic­tion par les forces de l’ordre (????) faite aux migrants d’al­ler récu­pé­rer leurs affaires. Souvent ce sont des sacs conte­nant des « papiers », comme des pas­se­ports, actes de nais­sance etc dont ils ont un besoin cru­cial. J’espère que cette inter­dic­tion a été levée sans res­tric­tion.

    sep article
    • des sans papiers avec des pas­se­ports …

      sep article
      • « sans papiers » veut dire qu’ils n’ont pas de titre de séjour. Ils n’ont pas les « bons » papiers, mais ils ont les leurs, par­fois un pas­se­port, par­fois un acte de nais­sance ou autres.

        sep article
  3. Merci le maire Monsieur Éric Piolle Qui a fait un appel d’air à au niveau de la fron­tière ita­lienne en disant à tout le monde venez à Grenoble vous serez accueillis en prince voilà le résul­tat on les accueille dans des locaux inadap­tés et ça fait plus d’un an que ça dure

    sep article
  4. Evidement !… Les pou­voirs publics ! .…Quel pays !!! Ce n’est pas moi.… ce sont les autres !!! Depuis 25 ans nos élus tournent le dos aux res­pon­sa­bi­li­tés ! La lâcheté fait dire que les gens sont adultes, qu’il faut être clé­ment !!! Tu parles !!! En France sans péna­li­tés son­nantes et tré­bu­chantes, sans coups de pieds au c… rien ne fonc­tionne ! C’est un constat ! C’est mal­heu­reux.

    sep article