La Métropole veut convertir les périurbains au vélo… et les Grenoblois à la trottinette ?

sep article



 

DÉCRYPTAGE – À partir de ce mois de juin, les vélos jaunes du service public Métrovélo arrivent dans la plupart les communes de la métropole grenobloise et du Grésivaudan. Un sacré décloisonnement de l’offre de location de vélos qui n’a qu’un but : mettre les périurbains en selle. Pendant ce temps, des opérateurs privés de vélos et trottinettes en libre-service et sans station veulent, eux aussi, leur part du gâteau. Et ce n’est pas l’échec d’Indigo-Weel qui semble les décourager. Des contrats sont sur le point d’être conclus avec la Métropole, qui pose toutefois ses conditions.

 

 

À partir de juin 2020, le vélo jaune du service public Métrovélo arrive dans la plupart les communes de la métropole grenobloise et du Grésivaudan. Digitalisation et territorialisation du service Métrovélo à partir de début juin 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Différentes types de sys­tèmes mobiles (contai­ners, remorques, véhi­cules amé­na­gés) s’ins­tal­le­ront pour des durées variables dans les com­munes afin de livrer les vélos aux péri­ur­bains  © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Le déve­lop­pe­ment du ser­vice Métrovélo fran­chit une nou­velle étape. Il est désor­mais pos­sible de louer un Métrovélo en ligne et de le récu­pé­rer près de chez soi, en sélec­tion­nant un lieu et une date de retrait dans les 52 com­munes cou­vertes par le dis­po­si­tif.

 

En d’autres termes, la « digi­ta­li­sa­tion » du ser­vice Métrovélo s’accompagne de la « ter­ri­to­ria­li­sa­tion » de l’offre sur une bonne par­tie de la région urbaine gre­no­bloise, incluant le Grésivaudan et, à terme, pro­ba­ble­ment d’autres inter­com­mu­na­li­tés. En avant pre­mière, les com­munes de Crolles, Mont-Saint-Martin, Sarcenas et Le Sappey ont béné­fi­cié de ce ser­vice délo­ca­lisé ce ven­dredi 29 mai.

 

« Métrovélo change de bra­quet, com­mente Yann Mongaburu, pré­sident du Syndicat mixte des mobi­li­tés de l’aire gre­no­bloise (ex-SMTC). Nous déployons le ser­vice dans la pre­mière, la deuxième et même la troi­sième cou­ronne de la région urbaine gre­no­bloise », se réjouit-il. L’enjeu ? Capter de nou­veaux usa­gers dans les ter­ri­toires péri­ur­bains et dif­fu­ser la pra­tique du vélo.

 

 

Le déconfinement pousse les périrubains à se mettre au vélo

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
3183 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. sep article
  2. Un exemple qui freine l uti­li­sa­tion du velo dans le gre­si­vau­dan :
    Pas de piste cyclable entre le Touvet et la gare de Goncelin !!

    sep article
    • Cela montre que le niveau d’offre est déter­mi­nant pour la pra­tique du vélo et démontre toute la néces­sité de ces infra­struc­tures. Plein de gens sont prêts à s’y mettre si la sécu­rité est assu­rée. Dans votre cas, les 3 ponts sont de vrais coupes-gorge.

      sep article
  3. Avant, j’utilisais de temps en temps mon vélo pour aller à Grenoble. Face à la dic­ta­ture des [modéré : pro­pos inju­rieux] pseu­dos écolo, aujourd’hui je me fais le plai­sir de me dépla­cer en ville exclu­si­ve­ment dans mon 4×4

    sep article