Le projet de zoo de montagne au Revard, en Savoie, inquiète les associations environnementales

sep article



 

FOCUS – Dans la forêt du Revard, près d’Aix-les-Bains en Savoie, 40 hectares pourraient devenir un zoo de montagne… à 1 500 m d’altitude. Selon son promoteur, le projet permettrait de préserver des espèces menacées comme la panthère des neiges. Mais France nature environnement Savoie y voit une mise en danger de la biodiversité locale.

 

 

Un zoo de 40 hectares pourrait voir le jour sur le plateau du Revard. © Florian Pépellin/Wikimedia Commons

Un zoo de 40 hec­tares pour­rait voir le jour sur le pla­teau du Revard. © Florian Pépellin – Wikimedia Commons

 

« Le mas­sif des Bauges pré­sente déjà un attrait natu­rel. Il n’y a pas besoin de rajou­ter un zoo dans le Revard », affirme Rémy Collas, secré­taire de France nature envi­ron­ne­ment (FNE) Savoie. Situé en plein parc natu­rel régio­nal, ce pro­jet bou­le­ver­se­rait en effet la bio­di­ver­sité locale selon les asso­cia­tions envi­ron­ne­men­tales.

 

 

Un danger pour la biodiversité locale ?

 

Le parc ani­ma­lier pren­drait place sur le pla­teau du Revard, non loin d’Aix-les-Bains, à près de 1 500 mètres d’altitude, dans le parc natu­rel régio­nal du mas­sif des Bauges… qui abrite déjà des espèces fra­giles. « Il y a notam­ment la géli­notte, une poule sau­vage de la forêt assez colo­rée qui est dans une situa­tion dif­fi­cile. Or, elle est pro­té­gée dans cette zone du parc où on ne la chasse pas », rap­pelle Rémy Collas.

 

Le massif des Bauges est connu pour sa population de chamois. @ rottonara/Pixabay

Le mas­sif des Bauges est notam­ment connu pour sa popu­la­tion de cha­mois. @ rot­to­nara – Pixabay

 

Le mas­sif des Bauges est aussi très connu pour sa popu­la­tion de cha­mois, sur laquelle des études sont sou­vent menées. « Ce ter­ri­toire est en lui-même très riche. C’est un peu anti­no­mique de par­ler de pro­tec­tion de la faune, vu la bio­di­ver­sité déjà pré­sente, et ce serait dom­mage de condam­ner une zone fores­tière natu­relle », dénonce-t-il. « Alors oui, c’est plus facile d’al­ler au zoo que d’ob­ser­ver ces ani­maux à l’af­fût, mais c’est pos­sible. »

 

 

Une vingtaine d’espèces de montagne menacées

 

Le parc pourrait accueillir l'emblématique panthère des neiges. © cedlambert/Pixabay

Le parc pour­rait accueillir l’emblématique pan­thère des neiges. © ced­lam­bert – Pixabay

De son côté, le pro­mo­teur du zoo Rémy Gaillot, déjà créa­teur du parc ani­ma­lier d’Auvergne, défend au contraire un pro­jet de conser­va­tion. La réserve zoo­lo­gique accueille­rait ainsi une ving­taine d’espèces d’animaux de mon­tagne mena­cés, comme la célèbre mais dis­crète pan­thère des neiges. Ce serait éga­le­ment, selon lui, l’occasion de mener des actions de péda­go­gie.

 

« Ça c’est une couche de ver­nis sur le pro­jet », affirme pour sa part Rémy Collas de FNE Savoie, qui y voit sur­tout un inté­rêt éco­no­mique pour le pro­mo­teur. Ce der­nier fait par ailleurs valoir la créa­tion d’une tren­taine d’emplois sur le site, pour un inves­tis­se­ment de 5 mil­lions d’euros sur cinq ans.

 

 

Le plus haut zoo d’Europe

 

S’il voyait le jour, le zoo du Revard devien­drait le plus haut zoo d’Europe. Loin devant la réserve suisse des Marécottes et ses 1 100 mètres d’altitude. De quoi atti­rer les tou­ristes : de 60 à 100 000 par an, espère le pro­mo­teur. Mais encore faut-il y pou­voir accé­der…

 

Daniel Appell, accompagnateur en montagne et membre des Amis de la Terre Savoie. © Daniel Appell

Daniel Appell, accom­pa­gna­teur en mon­tagne et membre des Amis de la Terre Savoie. © Daniel Appell

« Les ques­tions des trans­ports, de la ges­tion des flux de voi­tures et des par­kings sont res­tées en sus­pens », sou­lignent Les Amis de la Terre dans un com­mu­ni­qué.

 

« Le dos­sier est vide, affirme Daniel Appell, accom­pa­gna­teur en mon­tagne et membre de l’as­so­cia­tion. Nous n’a­vons aucune infor­ma­tion depuis que le pro­jet a été lancé, il y a plus d’un an », déplore-t-il.

 

 

Les oppo­sants au pro­jet se sont donc regrou­pés en col­lec­tif : Les Bauges en liberté. Ce der­nier a envoyé, lundi 11 mai, une lettre au pré­sident du Parc natu­rel des Bauges pour « faire la lumière sur ce dos­sier et évi­ter que le pro­jet soit mené en cati­mini », pré­cise Daniel Collas.

 

 

Les acteurs publics frileux

 

Mais le Parc des Bauges n’a pas plus de nou­velles. « Nous n’a­vons pas eu de contact, ni d’élé­ments nou­veaux de la part du por­teur de pro­jet depuis plu­sieurs semaines », a indi­qué Jean-Luc Desbois, le direc­teur du parc. Raison pour laquelle les acteurs publics res­tent, eux aussi, très pru­dents.

 

Le parc naturel régional du Massif des Bauges a émis un avis réservé, dans l'attente des études environnementales. © Marc Mongenet/Wikimedia Commons

Le parc natu­rel régio­nal du Massif des Bauges a émis un avis réservé, dans l’at­tente des études envi­ron­ne­men­tales. © Marc Mongenet – Wikimedia Commons

Le mas­sif des Bauges a émis une posi­tion réser­vée sur le pro­jet, dans l’attente de ces études. Quant au maire de la com­mune de Montcel, où s’implanterait le zoo, il a pro­mis qu’il lais­se­rait les habi­tants déci­der par le biais d’un réfé­ren­dum.

 

Un pro­jet simi­laire avait d’ailleurs déjà failli voir le jour sur ce ter­ri­toire en 2007, avant d’être aban­donné face à la contes­ta­tion des habi­tants et des asso­cia­tions envi­ron­ne­men­tales.

 

Une péti­tion contre ce pro­jet de parc zoo­lo­gique a éga­le­ment été mise en ligne.

 

Anissa Duport-Levanti

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
7557 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.