Nouvel incendie volontaire dans l’agglomération grenobloise : un laboratoire scientifique détruit

sep article

Grenoble Voisins Voisines : la plateforme des solidarités pour faire face ensemble au coronavirus tout en restant chez soi !

 

FIL INFO – Nouvel incendie dans l’agglomération grenobloise ce week-end. Un bâtiment abritant un laboratoire scientifique a été détruit par un incendie vraisemblablement d’origine volontaire dans la nuit du 22 au 23 février. Une nouvelle fois, Éric Vaillant, le procureur de la République de Grenoble a saisi le parquet national antiterroriste.

 

 

S3R incendie campus © Florent Mathieu - Place Gre'net

Laboratoire scientifique S3R incendié sur le campus. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Un incendie, semble-t-il d’origine volontaire, a détruit dans la nuit du 22 au 23 février un bâtiment sur le campus universitaire de Saint-Martin-d’Hères.

 

D’après les premiers éléments de l’enquête, confiée à l’antenne grenobloise de la police judiciaire et à la Sûreté départementale de l’Isère, le feu a pris entre 3 heures et 4 heures du matin.

 

Le bâtiment de deux étages, situé rue de la Piscine, abritait un laboratoire de recherche et des salles de classe. Dans ce laboratoire, associant l’Université Grenoble Alpes, le CNRS et Grenoble INP, étaient menées des recherches de pointe en mécanique des solides.

 

La piste criminelle est privilégiée, a fait savoir Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble. Et pour cause. « Une porte du bâtiment semble avoir été fracturée et plusieurs feux ont été constatés. » Pour l’heure, l’incendie n’a en revanche pas été revendiqué. 

 

 

Le parquet national antiterroriste informé

 

Le Vin des Alpes à la maison : on vous écoute, on sélectionne vos bouteilles, vous êtes livré à vélo le jour même jusqu

Comme lors de précédents incendies, le parquet national antiterroriste a été informé, sans pour l’heure qu’il ne se soit saisi d’aucun des dossiers grenoblois.

 

On compte à ce jour, depuis 2015, une vingtaine d’incendies volontaires sur l’agglomération grenobloise, certains revendiqués, d’autres non, sans que leurs auteurs aient pu être identifiés.

 

Cliquez sur les différents points de la carte interactive pour en savoir plus sur les différents sinistres survenus dans l’agglomération ces dernières années.

 

 

La Région Auvergne Rhône-Alpes, qui a condamné « cet acte criminel » a d’ores et déjà annoncé apporter son soutien au laboratoire.

 

Patricia Cerinsek

 

 

commentez lire les commentaires
5351 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Le message de « Désintox » a un côté rendre-dedans auquel je me retiens de ne pas souscrire.
    Pourquoi ?
    Parce qu’au fond, lui (elle ?) et moi n’avons pas forcément les mêmes valeurs et ne contestons pas l’actuelle majorité municipale pour les mêmes raisons.
    Carignon ? Lui (ou elle). Jamais !
    Noblecourt ou Chalas ? (Moi). Par défaut et sans illusion.
    Il n’en reste pas moins que les innombrables incendies dont notre agglomération est le théâtre a fini par « alerter » « Le Monde », pourtant peu suspect d’anti-piollisme (les quelques articles se rapportant à notre commune – dont l’entame de celui-ci, valent leur pesant d’arachides : c’est de l’info-pub-propagande : Grenoble = pistes cyclables et cantines bio – ou le contraire – bref, quelle douceur d’y vivre !!! ) :
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/02/24/a-grenoble-la-justice-desemparee-face-a-une-serie-d-incendies_6030614_3224.html
    Bref, depuis bientôt 6 ans, ça brûle partout et nos édiles regardent ailleurs !
    Greta.

    sep article
  2. Comme quoi le climat de « tranquillité » s’améliore à Grenoble, pas vrai Elisa Martin ? Heureusement que vous êtes reconduite en n°2 de Grenoble en com’.

    sep article