L’association grenobloise de promotion de l’apnée et de défense des mammifères marins Codale s’allie à Vaincre la mucoviscidose

sep article

Creative Mobilities Mou

 

EN BREF — L’association grenobloise Codale, dédiée à la pratique de l’apnée et à la défense des mammifères marins, s’engage dans un partenariat avec Vaincre la mucoviscidose. Elle portera la voix de cette dernière lors de compétitions d’apnée, à travers le parcours de compétiteur de son fondateur et président Christophe Jobazé.

 

 

« Donner son souffle pour ceux qui en manquent ». Telle est l’idée qui se cache derrière la signature d’un partenariat entre l’association grenobloise Codale et Vaincre la mucoviscidose. Après quelques mois de prises de contact, un engagement signé début août est venu entériner l’engagement entre la toute jeune association fondée en 2018 et une structure d’aide aux malades et à la recherche médicale de plus de 50 ans.

 

Virginie Douine, déléguée territoriale Vaincre la mucoviscidose, et Christophe Jobazé, président de Codale, lors de la signature de partenariat © Codale

Virginie Douine, déléguée territoriale Vaincre la mucoviscidose, et Christophe Jobazé, président de Codale, lors de la signature de partenariat. © Codale

 

À première vue, l’alliance peut sembler originale : Codale (pour Centre d’observation, de documentation, d’action et d’alerte pour l’équilibre des espèces) a été créée pour répondre à trois objectifs : promouvoir la pratique et la connaissance de l’apnée, inciter les pouvoirs publics à mettre en place des infrastructures pour permettre des activités subaquatiques aux personnes à mobilité réduite… et défendre la cause des mammifères marins en danger.

 

 

Apnée et défense des mammifères marins

 

Pourquoi mêler pratique sportive et enjeux environnementaux ? « J’ai eu l’occasion de plonger à côté des mammifères marins et leur nécessaire préservation m’a amené à intégrer ce volet au sein de Codale », explique Christophe Jobazé, fondateur et président de l’association. L’apnéiste compétiteur ajoute, fidèle à sa passion, que l’apnée est la « pratique la plus douce » pour entrer en contact privilégié « avec nos cousins mammifères marins ».

 

Parmi les mammifères marins, le dauphin est le plus célèbre... et le plus populaire. DR

Parmi les mammifères marins, le dauphin est le plus célèbre… et le plus populaire. DR

 

À ce titre, Christophe Jobazé recherche des partenariats avec des associations de défense de l’environnement. Et compte notamment “prospecter” à l’occasion de prochaines compétitions dans des départements d’outre-mer.

 

Si Codale se penche plus particulièrement sur le sort des mammifères marin, son fondateur précise par ailleurs qu’elle se soucie tout autant du sort des autres espèces qui participent à l’écosystème des océans, poissons comme barrières de corail.

 

 

Promouvoir la lutte contre la mucoviscidose et inciter aux dons

 

Quel rapport avec Vaincre la mucoviscidose ? Il s’agit d’associer deux dimensions : « celle de l’absence de souffle pour les malades, et celle de la maîtrise du souffle pour l’apnéiste », explique Christophe Jobazé. Infirmier de profession et infirmier sapeur pompier volontaire, le président de Codale se sent naturellement proche du combat d’une structure de lutte contre une maladie qui touche de 5 000 à 6 000 personnes en France.

 

Christophe Jobazé lors d'une compétition © Christophe Jobazé

Christophe Jobazé lors d’une compétition © Christophe Jobazé

Objectif du partenariat ? Sensibiliser aux actions de Vaincre la mucoviscidose via une information, des flyers ou des stands lors des compétitions d’apnée. Des compétitions départementales, régionales, et pourquoi pas nationales si l’apnéiste est de nouveau sélectionné en 2020 !

 

Première mise en pratique du partenariat, Christophe Jobazé a réalisé trois plongées verticales jeudi 22 août dans le lac d’Annecy, lors d’un rendez-vous au profit de Vaincre la mucoviscidose. Il espère ainsi aider à « augmenter la participation du public aux différentes manifestations » de l’association, avec, en ligne de mire, un effet positif sur les dons. À l’heure actuelle, 90 % des fonds de la recherche médicale contre la maladie proviennent en effet de dons privés, rappelle-t-il.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2377 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.