Les travaux de rénovation des arrêts de bus et tramways débutent, sur fond d’entente cordiale entre le SMTC et JCDecaux

sep article

 

FOCUS — Le début des travaux de rénovation des arrêts de bus et de tramways de l’agglomération grenobloise est l’occasion pour le SMTC et l’entreprise JCDecaux d’afficher une entente cordiale. Loin des désaccords sur la place de la publicité en ville, les deux entités insistent sur les concessions faites de part et d’autre, au terme de « discussions franches » dans le cadre d’un programme d’investissement de 11 millions d’euros.

 

 

Entre le SMTC et JCDecaux, l’entente cordiale ? D’un côté, un président du Syndicat mixte des transports en commun, Yann Mongaburu, plutôt réservé sur la place de la publicité. De l’autre, une entreprise spécialisée dans le mobilier urbain, et la publicité qui va avec. À l’occasion de la présentation commune des travaux sur les lignes de bus et de tramways de l’agglomération grenobloise, les deux partenaires tiennent pourtant à mettre en avant ce qui les rapproche… plus que ce qui les divise.

 

Une première étape de désossage, de ponçage et de peinture pour les abris de l'arrêt de tram Victor-Hugo © Florent Mathieu - Place Gre'net

Une première étape de désossage, de ponçage et de peinture pour les abris de l’arrêt de tram Victor-Hugo. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

JCDecaux a en effet remporté le marché de maintenance et d’exploitation du mobilier de mobilité de l’agglomération, avec rénovation de l’ensemble des abris à la clé. Guère de suspens, puisque la société était la seule candidate. Mais Yann Mongaburu n’en évoque pas moins des « discussions franches » : « C’était l’objet de la procédure : une haute exigence sur la définition du besoin ». La moindre des choses sans doute pour un investissement de 11 millions d’euros.

 

 

Des arrêts moins énergivores

 

Les concessions ? « Nous avons pu démontrer la pertinence de notre modèle économique », explique le représentant de JCDecaux. Autrement dit, la nécessité pour l’entreprise de conserver un certain nombre de panneaux publicitaires. Pour autant, 324 cadres seront « déposés », notamment à proximité des crèches ou des établissements scolaires. Et la société réservera 50 % des espaces à la promotion des entrepreneurs locaux.

 

Yann Mongaburu et Pascal Chopin © Florent Mathieu - Place Gre'net

Yann Mongaburu et Pascal Chopin © Florent Mathieu – Place Gre’net

Concessions toujours, mais du côté de JCDecaux cette fois : le bois fera son apparition sur les nouveaux abris des arrêts. « Installer du bois sur du mobilier urbain, ce n’est pas dans notre nature », reconnaît Pascal Chopin… qui ne semble toujours pas convaincu par la décision. Là où Yann Mongaburu souligne que le bois assure un meilleur confort thermique pour les usagers, Pascal Chopin rappelle ainsi que ce matériau tend à beaucoup “souffrir” en ville.

 

Autres nouveautés sur les futurs abris : des bornes d’information voyageurs pour chaque arrêt de tramway et de ligne Chronobus, et des écrans d’information en temps réel sur ceux des lignes Proximo. Ou encore une nouvelle signalétique multimodale pour informer les usagers des autres arrêts à proximité, des parkings, services de vélo et autres. Sans oublier, cerise sur le gâteau hi-tech, des ports USB pour permettre de recharger téléphones ou tablettes.

 

Les abris concernés par les travaux sont occultés et placés derrière des barrières de protection © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les abris concernés par les travaux sont occultés et placés derrière des barrières de protection. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Et le président du SMTC comme le directeur régional JCDecaux de vanter encore une réduction de 69 % de la consommation énergétique des arrêts, et le recours aux “énergies vertes”. Même si l’idée évoquée d’installer des panneaux solaires sur les toits s’est révélée techniquement peu satisfaisante au cours des discussions. Autre nouveauté : les arrêts seront éteints la nuit dans les communes qui le souhaitent. Ce sera le cas ainsi à Fontaine… mais pas à Grenoble.

 

 

Une « griffe particulière » pour les sites remarquables

 

Le déroulé des travaux ? Le SMTC et JCDecaux ont choisi de rénover plutôt que de reconstruire. Dans un premier temps, les différents abris sont donc désossés avant d’être poncés puis repeints. Une première phase qui a débuté au mois d’août sur le campus, et se poursuit sur les arrêts Victor-Hugo de Grenoble. « C’est la phase la plus longue, puis les mobiliers et nouveaux matériaux interviendront progressivement au mois d’octobre », détaille Yann Mongaburu.

 

Les arrêts de bus Victor-Hugo sont également concernés par les travaux. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les arrêts de bus Victor-Hugo sont également concernés par les travaux. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Si cette première phase de travaux est la plus lourde, l’objectif est bien de limiter le plus possible l’impact pour les usagers. À quelques exceptions près, aucune station ne devrait subir de fermeture du fait des travaux. Ainsi, sur les quais du tram Victor-Hugo, deux équipes travaillent de concert sur deux abris différents, derrière des barrières de protection. Pendant que les autres arrêts demeurent normalement accessibles et utilisables.

 

Il faudra compter environ un an pour venir à bout des 1 070 abris concernés, estime Pascal Chopin. Avec, au final, la volonté de redorer l’esthétique des arrêts et même, dans certains cas, de les singulariser. « Nous avons prévu qu’il y ait cinq sites remarquables avec une griffe particulière, un aspect patrimonial pour les intégrer fortement dans la ville et l’histoire du territoire », confie Yann Mongaburu. Ce sera notamment le cas de l’arrêt Victor-Hugo mais les autres sites concernés – art du teasing oblige – ne seront dévoilés que dans quelques semaines.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
5823 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Alors la je ne comprends plus la politique qui consistait à enlever les affichages publicitaires de toute nature que se soit dans la ville ???qui plus est un appel d’offre de 11 millions d’euros comme seul prestataire jc Decaux ? Pour une économie énergétique de 69% et le prolongement( surtout ) du contrat d’entretien jusqu’en 2031…..

    sep article
  2. a juger des premières réactions des gauchistes offusqués, ils en ont pris pleine la gueule 🙂
    Et ça ne sera que le début! Je commence à apprécier Macron: la privatisation des aéroports, suivi par celui du SNCF, le démantèlement du système socialiste dans l’education , dans la santé etc. Que des bonnes nouvelles!

    sep article
  3. SMTC, crée en 1973,
    Le tramway, premier du nom, décidé en 1983, sous la municipalité de ce salle communiste d’Alain Carignon.
    Cet anarcho-trotskyste de Carignon était contre, mais les grenoblois ont voté pour au référendum municipal.
    Très loin d’être socialiste, mais néanmoins : Mitterand, ce n’est pas aussi (surtout) le tournant de la rigueur en 83?
    Le service public français, ce n’est pas plutôt le Conseil de la Résistance en 45?

    En 2019, bien difficile d’affirmer que la majorité des habitants de l’agglo (voire de France?) soit pour la privatisation du marché des transports en commun.

    En somme, Amigo, vous me fait beaucoup penser aux syndicalistes énervés et enervants que je croise sur mon lieu de travail : vous êtes bruyants, vous parler au nom de tous, mais vous ne représentez que vous-même. Et le passé.

    sep article
  4. Oui, très bonne idée, imposons la concurrence libre dans le domaine des transports en communs. Et puis aussi les écoles, les collèges, les lycées, les hôpitaux, l’oxygène.
    Bah oui, la libre concurrence produit des effets pervers? Mettons plus de concurrence pour régler le problème.

    sep article
  5. La même existence du SMTC est un affront à la logique économique, un atavisme de la société gauchiste griffée en France par F Mitterand. Il faut casser le monopole du SMTC et introduire une vraie concurrence entre les sociétés privées

    sep article
    • Et dans cette même logique de libéralisme :
      – privatisons l’usage des routes actuellement gratuites avec une taxe en fonction du poids des véhicules, de leur vitesse maximale, de leur surface au sol et volume et de leurs rejets polluants,
      – rendons payant le stationnement gratuit sur voirie,
      – imposons le paiement des parkings des centres commerciaux et des entreprises,
      – taxons le trafic de transit dans les villes avec mention spéciale pour ceux/celles qui ont des véhicules type 4×4 ou SUV inadapatés à ce type de trajet.
      Oui, vive la vraie concurrence entre les modes de déplacements !
      Qu’est-ce qu’on se marre avec Amigo quand on déroule ses idées jusqu’au bout sans s’arrêter bêtement au milieu !

      sep article