Blaze sauvage "Vandal fest" dégradant certaines fresques à Grenoble quartier Berriat Saint Bruno. Ici sur l'oeuvre "Stellär" de Serty31 du street art festival 2015, située au 33 rue Abbé Grégoire © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Street art fest Grenoble-Alpes : alors que le suc­cès ne se dément pas, des oppo­sants fer­raillent… voire menacent

Street art fest Grenoble-Alpes : alors que le suc­cès ne se dément pas, des oppo­sants fer­raillent… voire menacent

ENQUÊTE – Avec la forte mon­tée en puis­sance du Street Art Fest Grenoble-Alpes, les fresques fleu­rissent un peu par­tout dans l’ag­glo­mé­ra­tion. À un rythme tel que d’au­cuns s’en inquiètent et s’in­ter­rogent. Qui paye ? Qui auto­rise ? Où s’ar­rê­tera-t-on ? Certains oppo­sants pointent même le risque de gen­tri­fi­ca­tion des quar­tiers popu­laires avec la venue d’ar­tistes mon­dia­le­ment recon­nus. Peurs infon­dées ou dérives d’un fes­ti­val com­mer­cial ? État des lieux.

Girl behind the chimney de Wild Drawing réalisée dans le cadre de la cinquième édition de Street art festival Grenoble Alpes © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

« Girl behind the chim­ney » de Wild Drawing réa­li­sée dans le cadre de la 5e édi­tion de Street art fes­ti­val Grenoble Alpes. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Championnet, Berriat – Saint-Bruno, Villeneuve, Hoche, Capuche… Ces quar­tiers en centre-ville ou à la péri­phé­rie de Grenoble sont en passe de deve­nir de véri­tables musées à ciel ouvert. S’y ajoutent désor­mais ceux des com­munes de Fontaine, Saint-Martin-d’Hères et Pont-de-Claix, plus récem­ment entrées dans la danse.

C’est un fait : les fresques du Street Art Fest Grenoble-Alpes attirent. Habitants de l’agglomération et d’ailleurs ainsi que tou­ristes y débarquent désor­mais pour décou­vrir les œuvres d’ar­tistes mon­dia­le­ment reconnus.

La cin­quième édi­tion de l’é­vé­ne­ment, en juin 2019, a ainsi vu naître une cin­quan­taine de réa­li­sa­tions. Ce qui porte à 180 le nombre de ces fresques urbaines grand for­mat aux styles très divers. Dont une cen­taine de très grande taille.

Ces stars mon­diales du street art qui attirent les touristes

« Les par­cours thé­ma­tiques autour du street art sont nos visites qui fonc­tionnent le mieux », constate Yves Exbrayat, direc­teur de l’office de tou­risme de Grenoble. Cette ten­dance devrait per­du­rer, à condi­tion que le street art fest conti­nue à faire venir des stars inter­na­tio­nales, poursuit-il.

"Rose Girl" de Shepard Fairey, 5 boulevard Maréchal Joffre, probablement l'une des attractions les plus remarquées et commentées de la cinquième édition du Street art fest Grenoble-Alpes 2019. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

« Rose Girl » de Shepard Fairey, 5 bd Maréchal Joffre, parmi les œuvres les plus remar­quées de la 5e édi­tion du Street art fest Grenoble-Alpes 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

L’édition 2019 est, à ce titre, très satis­fai­sante. Elle a, pour le moins, engrangé son lot de signa­tures d’ar­tistes de renom, comme le duo espa­gnol Pachiavo, le belge Imer, le cana­dien Li-Hill, l’artiste ori­gi­naire de Bali, Wild Drawin… Le graf­feur hol­lan­dais Veks Van Hillik venait, lui, pour la deuxième fois. Pour Robert Proch, artiste polo­nais, c’é­tait le der­nier fes­ti­val. Il aura peint son ultime fresque à Fontaine, avant de pas­ser l’arme à gauche.

Mais c’é­tait sans conteste l’américain Shepard Fairey le plus attendu. Sur son site, le groupe métro­po­li­tain Rassemblement citoyen soli­daire éco­lo­giste (RCSE) s’ex­ta­siait en annon­çant sa venue : « L’un des street-artistes les plus en vue de la pla­nète, le fameux Shepard Fairey, alias Obey, qui est l’objet d’une expo au long cours (du 6 au 20 octobre 2019) […] offrira au ter­ri­toire métro­po­li­tain une œuvre monu­men­tale de sa main, sur un mur de 20 mètres ! »

Clou du fes­ti­val 2019, l’icône mon­diale du street art a gra­ti­fié la capi­tale des Alpes d’une fresque géante sur­nom­mée Rose girl, ornant le pignon du bâti­ment du res­tau­rant uni­ver­si­taire du Crous. Si tout va bien, cette réa­li­sa­tion d’Obey devrait per­du­rer une quin­zaine d’an­nées. Soit la durée de vie moyenne de ces œuvres de rue, selon le direc­teur du Street Art Fest, Jérôme Catz.

« De moins en moins de réticences »

À ce défilé de stars mon­diales à Grenoble, le grand public trouve glo­ba­le­ment peu à redire. Même si, comme toute forme de créa­tion artis­tique, le street art ne laisse pas indif­fé­rent. On aime ou pas telle ou telle réa­li­sa­tion pour des rai­sons propres à chacun.

Quant au prin­cipe de dif­fu­ser le street art dans tous les quar­tiers de Grenoble, il appa­raît plu­tôt bien accepté par une majo­rité d’ha­bi­tants. La ville s’égaye de cou­leurs. Et un mur décoré vaut tou­jours mieux qu’un mur de béton gris, consi­dèrent nombre d’entre eux.

Pichiavo à Fontaine, Street Art Fest 2019. © Nina Soudre

Pachiavo à Fontaine, Street Art Fest 2019. © Nina Soudre

Ce que confirme Céline Canard, média­trice de Street Art Fest, notant que, de fes­ti­val en fes­ti­val, les Grenoblois sont de plus en plus favo­rables au street art. « Avant, il y avait cer­tains retours néga­tifs. Il y a moins de réti­cences, jauge-t-elle, parce que les gens s’ap­pro­prient les œuvres, en parlent… Cela crée un lien entre les habi­tants et le quar­tier. C’est quelque chose qui agran­dit leur hori­zon. »

Au 2 rue Mozart à Grenoble, la fresque réalisée par l'artiste Jaba lors du "street art Fest" Grenoble-Alpes 2017, émaillée de messages d'opposants au festival © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Au 2 rue Mozart à Grenoble, la fresque réa­li­sée par l’ar­tiste Jaba lors du Street art Fest 2017, émaillée de mes­sages d’op­po­sants au fes­ti­val. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

D’aucuns com­mencent tou­te­fois à se poser des ques­tions sur les cir­cuits de déci­sion et sur l’ex­ten­sion du phé­no­mène, qui paraît sans entrave.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 75 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Stéphène Jourdain et Catherine Grenet, respectivement directrice et président du Centre des Arts du récit, juin 2024. DR
« Si on vient au théâtre Prémol, c’est for­cé­ment pour déve­lop­per le pro­jet des Arts du récit » sou­tient Stéphène Jourdain

TROIS QUESTIONS À - L’annonce de la Ville de Grenoble concernant le devenir du théâtre Prémol, quartier Village olympique a mis le feu au poudres, Lire plus

Soixante photos inédites datant de la Libération de Grenoble exposées sur les grilles du Jardin de ville. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble expose soixante pho­tos inédites de la Libération sur les grilles du jar­din de ville

FOCUS - Dans le cadre de la commémoration du 80e anniversaire de la Libération de Grenoble, la municipalité a décidé d'exposer 60 clichés inédits datant Lire plus

Coline Genevois, candidate LR sur la troisième circonscription de l'Isère: "On sait qu'on est sur un territoire très défavorable"
Coline Genevois, can­di­date LR sur la troi­sième cir­cons­crip­tion de l’Isère : « On sait qu’on est sur un ter­ri­toire très défavorable »

FOCUS - Les Républicains “non ciottistes” de l'Isère présentent comme candidate Coline Genevois sur la troisième circonscription pour les élections législatives anticipées. Un territoire difficile Lire plus

Brigitte Boer, Conseillère municipale du groupe d'opposition. Conseil municipal du 30 janvier 2023.
Affaire Piolle-Martin : un élu dési­gné par­tie civile de la Ville au conseil muni­ci­pal, l’op­po­si­tion de droite pro­pose Brigitte Boer

FLASH INFO - La mairie de Grenoble a indiqué qu'un élu serait désigné, au prochain conseil municipal du lundi 24 juin 2024, comme partie civile Lire plus

La justice annule (une fois encore) deux arrêtés de piétonnisation de la Ville de Grenoble pour des Places aux enfants
Places aux enfants : la jus­tice annule (encore une fois) deux arrê­tés de pié­ton­ni­sa­tion de la Ville de Grenoble

FOCUS - Dans deux jugements distincts mais similaires rendu le 20 juin 2024, le tribunal administratif de Grenoble annule une fois encore des arrêtés de Lire plus

Le Département salue la reprise de l'activité de l'Adpah Vienne par Aides et soins, malgré les critiques de l'opposition
Reprise de l’Adpah de Vienne par Aides et soins : le Département s’en réjouit, l’op­po­si­tion moins…

FOCUS - L'activité de l'Association d'aide à domicile aux personnes âgées et handicapées (Adpah) de Vienne a été reprise le 1er juin 2024 par l’association Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !