© Joël Kermabon - Place Gre'net

Un por­trait d’Emmanuel Macron décro­ché par des mili­tants pour le cli­mat à la mai­rie de Poisat

Un por­trait d’Emmanuel Macron décro­ché par des mili­tants pour le cli­mat à la mai­rie de Poisat

 

REPORTAGE VIDÉO - Une dizaine de militants pour le climat d'ANV-Cop21 se sont emparés d'un portrait d'Emmanuel Macron à la mairie de Poisat pour le “réquisitionner”, ce mercredi 3 avril. L'objectif de cette opération coup de poing intitulée « Sortons Macron » ? Alerter le gouvernement afin qu'il prenne des mesures radicales contre le réchauffement climatique.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Une petite dizaine d'activistes de la branche Action non violente - Cop21 (ANV-Cop21) d'Alternatiba Grenoble sortent précipitamment de la mairie de Poisat, ce mercredi 3 avril vers 14 heures. L'un d'entre eux tient entre ses mains un portrait d'Emmanuel Macron, tout juste dérobé au nez et à la barbe des quelques agents présents dans les locaux.

 

D'autres brandissent des banderoles portant différents messages : « Climat, justice sociale : où est Macron ? » ou encore « Climat, justice sociale, sortons Macron ! » Cette action de “réquisition” nommée « Sortons Macron ! » est la trentième opération de désobéissance citoyenne pour l'urgence climatique à se dérouler en France.

 

 

Dénoncer "la passivité" d’Emmanuel Macron face à l’urgence climatique et sociale

 

En tout cas, de quoi faire réagir les pouvoirs publics, qui ont fermement condamné ces coups de force qu'ils considèrent comme des vols. Des militants ont été placés en garde à vue pour vol en réunion, tandis que des journalistes couvrant ces actions ont été convoqués par la gendarmerie, s'indigne le SNJ.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Il n'en fallait pas plus pour que les militants altermondialistes appellent à généraliser de telles “réquisitions” sur la France entière. L'objectif de ces opérations coup de poing ? Ni plus ni moins que « dénoncer la passivité et l'inaction du gouvernement et d’Emmanuel Macron face à l’urgence climatique et sociale ».

 

Une manière de « laisser dans chaque mairie ce vide illustrant si bien sa politique réelle », taclent les militants.

 

 

« C'est une réquisition, ce n'est pas un vol ! »

 

« C'est une réquisition, ce n'est pas un vol ! Les engagements de la Cop 21 non tenus sont beaucoup plus problématiques que le décrochage d'un tableau qui coûte huit euros », réfute l'un des militants. Qui rappelle le procès – l'Affaire du siècle – intenté à l'État pour « inaction climatique » par quatre ONG, le 18 décembre dernier. « Nous restituerons les portraits dès que le gouvernement aura pris les mesures qu'il faut », déclare-t-il, péremptoire.

 

 

 

« C'est un acte assez violent par rapport à la commune », juge le maire de Poisat

 

Autant dire que pour Ludovic Bustos, le maire de Poisat, absent lors de l'opération, la surprise a été totale. « Ce ne sont pas des pratiques ! J'aurais voulu discuter avec eux. Nous sommes dans un lieu de République, de démocratie. J'ai ma propre opinion mais il y a un minimum de respect à avoir », déclare l'élu. Ce dernier aurait bien voulu récupérer le portrait « pour le remettre dans la symbolique de la salle du conseil municipal », mais les militants étaient déjà loin.

 

Ludovic Bustos, maire de Poisat. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Ludovic Bustos, maire de Poisat. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Sur le fond, concernant la lutte contre le réchauffement climatique, l'élu dit être d'accord avec les activistes. « Oui, il y a urgence à agir », affirme-t-il. Mais pour ce qui est de la forme employée par les défenseurs du climat, le maire de Poisat est plus qu'outré. « Je trouve que c'est  un acte assez violent par rapport à la commune. Ce n'est pas très fair play. Je suis assez choqué », ajoute-t-il.

 

Ludovic Bustos est revenu à la charge un peu plus tard via son compte Facebook. S'adressant à ses administrés mais aussi aux militants, il s'exprime longuement sur « ce "merveilleux" mercredi après midi » qu'ils lui ont fait passer. Et leur donne rendez-vous ce jeudi 4 avril à 10 heures en mairie de Poisat.

 

« J'y serai pour dialoguer avec vous et que vous puissiez remettre [le portrait] en place », leur-propose-t-il. S'ils venaient à décliner l'invitation ? « Avec regret, je serai dans l'obligation de déposer une plainte […] D'après les photos, certaines têtes ne me sont pas étrangères », les prévient Ludovic Bustos.

 

Joël Kermabon

 

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Bilan de la concer­ta­tion volon­taire ZFE : des habi­tants sou­vent mal infor­més, scep­tiques et peu convaincus

FOCUS - À cinq mois de la mise en place, le 1er juillet 2023, de la Zone à faibles émissions (ZFE) pour les voitures de Lire plus

La Métropole de Grenoble pré­sente un bud­get 2023 record pour « la trans­for­ma­tion du ter­ri­toire », mais sans hausse d’impôts

FOCUS - La Métropole de Grenoble a présenté, mardi 31 janvier 2023, le budget prévisionnel 2023 qui sera soumis au vote du conseil métropolitain ce Lire plus

La Ville de Pont-de-Claix déploie son dispositif de vidéoprotection, avec 30 caméras installées dès 2023
La Ville de Pont-de-Claix déploie son dis­po­si­tif de vidéo­pro­tec­tion, avec 30 camé­ras ins­tal­lées dès 2023

FLASH INFO - La Ville de Pont-de-Claix a annoncé lundi 30 janvier le déploiement d'un système de "vidéoprotection" à partir de 2023. La municipalité a Lire plus

La réponse au vitriol du président de la Métropole aux propos de Christian Coigné, maire démissionnaire de Sassenage
La réponse au vitriol du pré­sident de la Métropole aux pro­pos de Christian Coigné, maire démis­sion­naire de Sassenage

FOCUS - Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble, n'a pas (du tout) apprécié la prise de parole de Christian Coigné à l'occasion de Lire plus

Le tribunal administratif de Grenoble annule la déclaration d'utilité publique accordée au projet Inspira sur Sablons et Salaise
Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble annule la décla­ra­tion d’u­ti­lité publique accor­dée au pro­jet Inspira sur Sablons et Salaise

FLASH INFO - Après l'audience du 17 janvier 2023, le tribunal administratif de Grenoble a suivi l'avis de sa rapporteure générale et annulé la déclaration Lire plus

Un débat d'orientation budgétaire 2023 de Grenoble houleux sur fond d'opposition à la hausse de la taxe foncière
Un débat d’o­rien­ta­tion bud­gé­taire 2023 de Grenoble hou­leux sur fond d’op­po­si­tion à la hausse de la taxe foncière

FOCUS - Les échanges ont été longs autour de la hausse annoncée de la taxe foncière à Grenoble, à l'occasion du débat d'orientation budgétaire durant Lire plus

Flash Info

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Agenda

Je partage !