© Joël Kermabon - Place Gre'net

Un por­trait d’Emmanuel Macron décro­ché par des mili­tants pour le cli­mat à la mai­rie de Poisat

Un por­trait d’Emmanuel Macron décro­ché par des mili­tants pour le cli­mat à la mai­rie de Poisat

 

REPORTAGE VIDÉO - Une dizaine de militants pour le climat d'ANV-Cop21 se sont emparés d'un portrait d'Emmanuel Macron à la mairie de Poisat pour le “réquisitionner”, ce mercredi 3 avril. L'objectif de cette opération coup de poing intitulée « Sortons Macron » ? Alerter le gouvernement afin qu'il prenne des mesures radicales contre le réchauffement climatique.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Une petite dizaine d'activistes de la branche Action non violente - Cop21 (ANV-Cop21) d'Alternatiba Grenoble sortent précipitamment de la mairie de Poisat, ce mercredi 3 avril vers 14 heures. L'un d'entre eux tient entre ses mains un portrait d'Emmanuel Macron, tout juste dérobé au nez et à la barbe des quelques agents présents dans les locaux.

 

D'autres brandissent des banderoles portant différents messages : « Climat, justice sociale : où est Macron ? » ou encore « Climat, justice sociale, sortons Macron ! » Cette action de “réquisition” nommée « Sortons Macron ! » est la trentième opération de désobéissance citoyenne pour l'urgence climatique à se dérouler en France.

 

 

Dénoncer "la passivité" d’Emmanuel Macron face à l’urgence climatique et sociale

 

En tout cas, de quoi faire réagir les pouvoirs publics, qui ont fermement condamné ces coups de force qu'ils considèrent comme des vols. Des militants ont été placés en garde à vue pour vol en réunion, tandis que des journalistes couvrant ces actions ont été convoqués par la gendarmerie, s'indigne le SNJ.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Il n'en fallait pas plus pour que les militants altermondialistes appellent à généraliser de telles “réquisitions” sur la France entière. L'objectif de ces opérations coup de poing ? Ni plus ni moins que « dénoncer la passivité et l'inaction du gouvernement et d’Emmanuel Macron face à l’urgence climatique et sociale ».

 

Une manière de « laisser dans chaque mairie ce vide illustrant si bien sa politique réelle », taclent les militants.

 

 

« C'est une réquisition, ce n'est pas un vol ! »

 

« C'est une réquisition, ce n'est pas un vol ! Les engagements de la Cop 21 non tenus sont beaucoup plus problématiques que le décrochage d'un tableau qui coûte huit euros », réfute l'un des militants. Qui rappelle le procès – l'Affaire du siècle – intenté à l'État pour « inaction climatique » par quatre ONG, le 18 décembre dernier. « Nous restituerons les portraits dès que le gouvernement aura pris les mesures qu'il faut », déclare-t-il, péremptoire.

 

 

 

« C'est un acte assez violent par rapport à la commune », juge le maire de Poisat

 

Autant dire que pour Ludovic Bustos, le maire de Poisat, absent lors de l'opération, la surprise a été totale. « Ce ne sont pas des pratiques ! J'aurais voulu discuter avec eux. Nous sommes dans un lieu de République, de démocratie. J'ai ma propre opinion mais il y a un minimum de respect à avoir », déclare l'élu. Ce dernier aurait bien voulu récupérer le portrait « pour le remettre dans la symbolique de la salle du conseil municipal », mais les militants étaient déjà loin.

 

Ludovic Bustos, maire de Poisat. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Ludovic Bustos, maire de Poisat. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Sur le fond, concernant la lutte contre le réchauffement climatique, l'élu dit être d'accord avec les activistes. « Oui, il y a urgence à agir », affirme-t-il. Mais pour ce qui est de la forme employée par les défenseurs du climat, le maire de Poisat est plus qu'outré. « Je trouve que c'est  un acte assez violent par rapport à la commune. Ce n'est pas très fair play. Je suis assez choqué », ajoute-t-il.

 

Ludovic Bustos est revenu à la charge un peu plus tard via son compte Facebook. S'adressant à ses administrés mais aussi aux militants, il s'exprime longuement sur « ce "merveilleux" mercredi après midi » qu'ils lui ont fait passer. Et leur donne rendez-vous ce jeudi 4 avril à 10 heures en mairie de Poisat.

 

« J'y serai pour dialoguer avec vous et que vous puissiez remettre [le portrait] en place », leur-propose-t-il. S'ils venaient à décliner l'invitation ? « Avec regret, je serai dans l'obligation de déposer une plainte […] D'après les photos, certaines têtes ne me sont pas étrangères », les prévient Ludovic Bustos.

 

Joël Kermabon

 

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Auvergne-Rhône-Alpes : élu député, Laurent Wauquiez quitte la Région en lais­sant « ses cas­se­roles », selon l’opposition

FOCUS - Élu député de Haute-Loire le 7 juillet 2024, Laurent Wauquiez devrait quitter la présidence de la Région Auvergne-Rhône-Alpes durant l'été, en vertu du Lire plus

La stratégie de la Métropole envers les commerçants et l'attractivité commerciale en débat au conseil métropolitain
Attractivité com­mer­ciale : vifs débats autour de la stra­té­gie de la Métropole de Grenoble

FOCUS - Le conseil métropolitain de Grenoble a adopté, le 5 juillet 2024, une délibération-cadre sur la "stratégie d'intervention pour relever les défis d'une attractivité Lire plus

Cyrielle Chatelain réélue pré­si­dente du groupe éco­lo­giste à l’Assemblée natio­nale et « pos­sible » can­di­date au perchoir

FLASH INFO - Cyrielle Chatelain a été réélue, mardi 16 juillet 2024, présidente du groupe parlementaire écologiste. Renommé “groupe écologiste et social”, celui-ci intègre les Lire plus

L’élue isé­roise Sophie Romera quitte LFI et rejoint L’Après : « Je suis tou­jours libre, peut-être encore plus insoumise »

FOCUS - Sophie Romera, conseillère départementale et municipale d'opposition de Fontaine, a annoncé, vendredi 12 juillet 2024, son départ de La France insoumise. Elle rejoint Lire plus

Les adjoints Gilles Namur et Margot Belair, Bertrand Raynaud (Alp’Études), Quentin De Neeff ( directeur de projet en mission d’aménagement des espaces publics), Frédéric Cacciali (pour la Sages) et Nathalie Durand (direction de l’urbanisme et de l’aménagement). © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : de nou­veaux espaces publics quar­tier Flaubert pour le trans­for­mer et l’a­dap­ter au chan­ge­ment climatique

FOCUS - À l'occasion d'une visite guidée organisée sur site, la Ville de Grenoble a présenté, le 10 juillet 2024, ce que va devenir le Lire plus

Le nou­veau centre de tri Athanor de La Tronche va trai­ter les déchets de 740 000 habi­tants de la région grenobloise

FOCUS - Le nouveau centre de tri Athanor a officiellement été inauguré mardi 9 juillet 2024 par les sept intercommunalités partenaires pour sa réalisation, depuis Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !