Les « menaces » de fermetures de classes dans les écoles Marguerite-Tavel et Paul-Langevin font vivement réagir le maire de Fontaine Jean-Paul Trovero.

Personnel d’entretien, Atsem et animateurs scolaires : les “Blouses bleues” en grève à Grenoble ce mardi 11 décembre

Personnel d’entretien, Atsem et animateurs scolaires : les “Blouses bleues” en grève à Grenoble ce mardi 11 décembre

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FIL INFO – Les personnels d’entretien des écoles, Atsem et animateurs scolaires de Grenoble font grève ce mardi 11 décembre de 11 h 30 à 13 h 30. Les « Blouses bleues » – en grande majorité des femmes – dénoncent des emplois trop précaires, une dégradation des conditions de travail et un « harcèlement » hiérarchique.

 

 

Les “blouses bleues”, Atsem, personnels d'entretien et animateurs scolaires de Grenoble, appellent à la grève mardi 11 décembre de 11h30 à 13h30. © Thierry Chenu

Les “blouses bleues”, Atsem, per­son­nels d’en­tre­tien et ani­ma­teurs sco­laires de Grenoble, appellent à la grève mardi 11 décembre de 11h30 à 13h30. © Thierry Chenu

« Comme les Gilets jaunes, nous les Blouses bleues en avons assez de la situa­tion pro­fes­sion­nelle et sociale qui nous est impo­sée. » Ainsi s’ex­priment les per­son­nels d’en­tre­tien des écoles, Atsem1Agent ter­ri­to­rial spé­cia­lisé des écoles mater­nelles et ani­ma­teurs sco­laires de la Ville de Grenoble. Dans un tract signé des syn­di­cats Solidaires et CNT (Confédération natio­nale du tra­vail), les employés muni­ci­paux appellent à la grève mardi 11 décembre, de 11 h 30 à 13 h 30.

 

Pourquoi un arrêt de tra­vail sur cette plage horaire spé­ci­fique ? « L’idée de faire grève sur le midi afin de blo­quer le ser­vice des repas semble la plus effi­cace, moins péna­li­sante finan­ciè­re­ment et for­te­ment visible », expliquent les syn­di­cats. Qui ajoutent qu’un tract expli­ca­tif à l’in­ten­tion des parents d’é­lève sera éga­le­ment dif­fusé à l’oc­ca­sion du mou­ve­ment social.

 

 

Des emplois précaires et une surcharge de travail

 

Que dénoncent les Blouses bleues ? « Des emplois pré­caires, à temps incom­plets impo­sés, sous-payés », écrivent-elles en pre­mier lieu. Et de décrire des embauches via des « arrê­tés » d’une durée maxi­male de onze mois, « sans aucune pers­pec­tive de titu­la­ri­sa­tion, et sans jamais pou­voir béné­fi­cier d’un temps com­plet ». Une « dis­cri­mi­na­tion sexiste », jugent les syn­di­cats, qui rap­pellent qu’une majo­rité de ces sala­riés sont des femmes.

 

En 2015, les Atsem de Grenoble faisaient déjà grève. DR

En 2015, les Atsem de Grenoble fai­saient déjà grève. DR

 

Autre point de colère : les Blouses bleues dénoncent une sur­charge de tra­vail. « Nous sup­por­tons les ouver­tures de classes, les acti­vi­tés nou­velles sans avoir de moyens sup­plé­men­taires », affirment-elles. Pire encore : tous les départs à la retraite ne seraient pas rem­pla­cés. Des dif­fi­cul­tés aux­quelles viennent s’a­jou­ter des bâti­ments jugé vétustes, « dif­fi­ciles d’en­tre­tien et d’u­ti­li­sa­tion ». Le per­son­nel réclame ainsi en prio­rité le rem­pla­ce­ment de tous les départs et un plan de recrutement.

 

 

« Marre d’en avoir marre »

 

Enfin, les Blouses bleues pointent aussi du doigt les méthodes mana­gé­riales au sein des ser­vices de la Ville. « Nous ne sommes pas res­pec­tées », clament-elles, esti­mant subir « en per­ma­nence la pres­sion de leur hié­rar­chie ». Un véri­table « har­cè­le­ment » pour les syn­di­cats, qui tou­che­raient éga­le­ment les per­son­nels jusque dans leurs arrêts-mala­dies, par­fois non remplacés.

 

Maud Tavel, adjointe de Grenoble déléguée au personnel et à la direction générale. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Maud Tavel, adjointe de Grenoble délé­guée au per­son­nel et à la direc­tion géné­rale. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Quel dia­logue avec la muni­ci­pa­lité ? « Quand on inter­pelle des élus […], on nous écoute poli­ment puis on nous parle comme si nous étions igno­rantes », écrivent les sala­riées. Qui ter­minent leur appel à la grève en criant leur ras-le-bol : « Marre des pro­messes sté­riles, marre de la misère, marre de la galère, marre d’êtres mal­trai­tées ». Bref, « Marre d’en avoir marre ! »

 

FM

 

LA VILLE ANNULE LA RESTAURATION SCOLAIRE

 

Après l’an­nonce du mou­ve­ment de grève, la Ville de Grenoble indique que la res­tau­ra­tion sco­laire est annu­lée dans les écoles le mardi 11 décembre. « La déci­sion d’annulation de la res­tau­ra­tion est liée à l’impossibilité de garan­tir par avance la préparation/mise en chauffe, le ser­vice des repas et l’encadrement des enfants dans cha­cune des écoles », écrit la municipalité

 

« Dans les écoles mater­nelles comme dans les écoles élé­men­taires, les enfants pour­ront être accueillis avec un repas froid fourni par les parents si les pro­fes­sion­nels sont en nombre suf­fi­sant, sinon pas d’ac­cueil », pré­vient-t-elle encore. En revanche, la gar­de­rie du matin et le péri­sco­laire de 16 heures devraient être assu­rés normalement.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

F. Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Mois décolonial: face à la polémique qui perdure, les organisateurs dénoncent des "attaques réactionnaires graves"
Mois décolonial : face à la polémique qui perdure, les organisateurs dénoncent des « attaques réactionnaires graves »

  FOCUS - Les réactions se succèdent au sujet du Mois décolonial de Grenoble. Ceci malgré le désengagement marqué de la Ville de Grenoble, de Lire plus

La place de l’école élémentaire Anthoard à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net
L’UQ Berriat accuse la Ville de Grenoble de refuser d’entendre le point de vue des riverains

  FLASH INFO — Un refus d'entendre le point de vue des habitants? C'est ce dont l'Union de quartier Berriat-Saint-Bruno-Europole accuse la Ville de Grenoble. Lire plus

Le Collectif pour la gratuité des transports en commun interpelle la Métropole de Grenoble
Le Collectif pour la gratuité des transports dénonce à son tour les dividendes versés aux actionnaires de GEG

  FLASH INFO — "Comment va-t-on expliquer aux personnes que via leur facture d'électricité elles subventionnent en fait les transports?". Telle est la question que Lire plus

La Ville et la Métropole de Grenoble reconduisent leur soutien à TéléGrenoble : la petite télé locale percevra plus de 1,2M€ sur trois ans.
La Ville et la Métro de Grenoble renouvellent leur soutien à TéléGrenoble : 1,2 million d’euros sur trois ans

FLASH INFO - La Ville comme la Métropole de Grenoble ont renouvelé leur convention d'objectifs et de moyens passée avec TéléGrenoble. Pour l'année 2021, la Lire plus

Flash Info

|

17/06

17h13

|

|

17/06

15h50

|

|

16/06

15h50

|

|

16/06

15h20

|

|

16/06

11h47

|

|

15/06

22h48

|

|

15/06

17h34

|

|

15/06

16h20

|

|

15/06

15h00

|

|

15/06

12h15

|

Les plus lus

Économie| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

marche des libertés à Grenoble contre les idées d'extrême droite

A écouter| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée Dauphinois à l'occasion de sa réouverture

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin