Julien Terrier, leader des "gilets jaunes" de l'agglomération grenobloise. © Joël Kermabon - Place Gre'net

« Gilets jaunes » : le gre­no­blois Julien Terrier parmi les huit com­mu­ni­cants dési­gnés pour trai­ter avec le gouvernement

« Gilets jaunes » : le gre­no­blois Julien Terrier parmi les huit com­mu­ni­cants dési­gnés pour trai­ter avec le gouvernement

EN BREF – Le mou­ve­ment des « gilets jaunes » se struc­ture et s’or­ga­nise. Ce lundi 26 novembre, huit « com­mu­ni­cants offi­ciels » ont été dési­gnés par ce mou­ve­ment citoyen pour le repré­sen­ter au niveau natio­nal. Au nombre d’entre eux, Julien Terrier, le très actif lea­der des gilets jaunes sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. L’objectif de cette délé­ga­tion ? Communiquer, bien sûr, mais sur­tout enga­ger le contact avec les repré­sen­tants de l’État et du gouvernement.

Julien Terrier, leader des "gilets jaunes" de l'agglomération grenobloise. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Julien Terrier, lea­der des « gilets jaunes » de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Engager une prise de contact sérieuse et néces­saire avec les repré­sen­tants de l’État et de son gouvernement ». 

Tel est l’ob­jec­tif clai­re­ment énoncé par le mou­ve­ment citoyen des “gilets jaunes”, ce lundi 26 novembre, dans un com­mu­ni­qué publié sur sa page Facebook La France en colère.

Ce der­nier a ainsi dési­gné ce même jour huit « com­mu­ni­cants offi­ciels » dont Julien Terrier, le très actif lea­der du mou­ve­ment sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Cet arti­san de Corenc âgé de 31 ans est en effet la che­ville ouvrière de la plu­part des opé­ra­tions de blo­cages menées dans Grenoble et ses alen­tours depuis le 17 novembre avant qu’il ne se rende à Paris ce 24 novembre à la tête d’une délé­ga­tion iséroise.

Les voitures filtrées sur une des bretelles d'accès au Rondeau. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les voi­tures fil­trées sur une des bre­telles d’ac­cès au Rondeau. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Les “gilets jaunes” espèrent ainsi faire abou­tir leurs reven­di­ca­tions prin­ci­pales. À savoir que soient « revues à la baisse toutes les taxes » et que soit créée une « assem­blée citoyenne pour débattre des thèmes de la tran­si­tion éco­lo­gique, de la prise en compte de la voix des citoyens, de l’aug­men­ta­tion du pou­voir d’a­chat ou encore de la pré­ca­rité ».

« Savoir à qui s’a­dres­ser pour tous sujets rela­tifs au mouvement »

L’absence de repré­sen­ta­tion ou de porte-parole offi­ciels des “gilets jaunes” leur a été sou­vent opposé par le gou­ver­ne­ment qui refu­sait de les ren­con­trer. Ce que recon­naissent les citoyens en colère. « Depuis de nom­breux jours, une coor­di­na­tion natio­nale s’est construite avec plu­sieurs dizaines de Gilets jaunes de tous hori­zons. Celle-ci était ouverte à toutes celles et ceux qui sou­hai­taient s’investir pour une concré­ti­sa­tion des reven­di­ca­tions expri­mées par des mil­lions de Français », est-il expli­qué dans un com­mu­ni­qué publié ce lundi 26 novembre.

Rassemblement pacifique devant la préfecture de l'Isère du 23 novembre 2018. ©Joël Kermabon - Place Gre'net

Rassemblement paci­fique devant la pré­fec­ture de l’Isère, le 23 novembre 2018. ©Joël Kermabon – Place Gre’net

Cette coor­di­na­tion, conti­nuent-ils d’ex­po­ser, a reçu de nom­breuses demandes de citoyens « récla­mant une struc­ture apo­li­tique leur per­met­tant d’identifier une seule source d’informations et récla­mant de savoir à qui s’adresser pour tous sujets rela­tifs au mou­ve­ment ».

Dont acte. Il a été tenu compte de ces obser­va­tions et, dès ce dimanche 15 novembre, une tren­taine de repré­sen­tants régio­naux se sont retrou­vés lors d’une vidéo­con­fé­rence afin d’é­lire les membres d’un groupe com­posé de huit com­mu­ni­cants*. Le rôle de ces der­niers ? Gérer les rela­tions – par­fois dif­fi­ciles – avec les médias, com­mu­ni­quer ou encore s’oc­cu­per des aspects juri­diques. Mais pas seulement…

« Les actions se pour­sui­vront jusqu’à l’aboutissement d’une solu­tion concrète »

Une délé­ga­tion va être for­mée en vue de « demande[r] au pré­sident de la République, au Premier ministre et à son gou­ver­ne­ment une pre­mière ren­contre », annonce aussi le com­mu­ni­qué des “gilets jaunes ». Qui pré­cise en outre : « La mis­sion de cette délé­ga­tion ne sera jamais de don­ner des ordres à l’ensemble des Gilets jaunes, ces per­sonnes ne sont pas des lea­ders ni des déci­sion­naires, mais des mes­sa­gers. » Pour les “gilets jaunes”, « les objec­tifs sont clairs », déclarent-ils.

Julien Terrier lors du rassemblement devant la préfecture de l'Isère ce 23 novembre. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Julien Terrier lors du ras­sem­ble­ment devant la pré­fec­ture de l’Isère ce 23 novembre. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Il s’a­git de por­ter les reven­di­ca­tions issues du son­dage acces­sible pen­dant plu­sieurs jours sur les groupes Facebook “La France en colère” et ceux de nom­breux groupes régio­naux », sou­ligne le mou­ve­ment citoyen. Des reven­di­ca­tions éla­bo­rées à par­tir de celles les plus plé­bis­ci­tées lors de ce son­dage ren­sei­gné par près de 30 000 personnes.

« L’unique volonté est que l’ensemble de ces pro­po­si­tions soient sou­mises à un réfé­ren­dum popu­laire », exigent les “gilets jaunes”. Avant de deman­der aux repré­sen­tants de L’État et du gou­ver­ne­ment d’être reçus « dans un délai rai­son­nable ». Les “gilets jaunes” ne relâchent pour autant pas la pres­sion. « À défaut de ren­contre ou de pro­po­si­tions sérieuses lors de cet éven­tuel échange, les actions se pour­sui­vront et se ren­for­ce­ront jusqu’à l’aboutissement d’une solu­tion concrète », pré­viennent-ils. D’ailleurs, d’ores et déjà, les opé­ra­tions conti­nuent, des actions étant pré­vues cette semaine devant la pré­fec­ture de l’Isère et l’Hôtel des impôts, tan­dis qu’une nou­velle mani­fes­ta­tion est pro­gram­mée pour ce samedi 1er décembre à Paris.

« Il n’y a pas de place pour la gloire dans un mou­ve­ment citoyen »

Par ailleurs, les gilets jaunes règlent quelques comptes en interne. « Aucune scis­sion de quelque nature est en cours, contrai­re­ment aux récentes décla­ra­tions de cer­tains indi­vi­dus ; les per­sonnes por­tant ce mes­sage devant les médias ont besoin d’extérioriser leur frus­tra­tion, mais il n’y a pas de place pour la gloire dans un mou­ve­ment citoyen », tance le communiqué.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Et de rap­pe­ler « que toutes formes de blo­cages com­plets et de vio­lences ne sont pas repré­sen­ta­tives du mou­ve­ment » et que les gilets jaunes « les condamnent fer­me­ment ». Enfin, ter­minent-ils, met­tant ainsi un peu d’eau dans leur vin, « nous saluons les médias et les jour­na­listes trai­tant ce mou­ve­ment avec objec­ti­vité et impar­tia­lité ; il est impor­tant de le recon­naître car ce n’est pas le cas de tous ».

Joël Kermabon

* Éric Drouet (à l’o­ri­gine de l’é­vé­ne­ment du 17 novembre) – Maxime Nicolle (Dpt 22) – Mathieu Blavier (Dpt 13) – Jason Herbert (Dpt 16) – Thomas Miralles (Dpt 66) – Marine Charrette-Labadie (Dpt 19) – Julien Terrier (Dpt 38) – Priscillia Ludosky (l’au­teure de la péti­tion contre la hausse des taxes sur les car­bu­rants ayant réuni près d’un mil­lion de signatures).

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Mobilisation du comité de soutien à la MJC-théâtre Prémol, devant la mairie de Grenoble, à l'occasion d'une rencontre avec les élues aux Cultures et à la Jeunesse, lundi 10 juin 2024 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Grenoble : pour sau­ver la MJC-théâtre Prémol, son comité de sou­tien pro­pose de décro­cher le label « Éducation popu­laire pour la culture »

FOCUS - La MJC-théâtre Prémol à Grenoble va-t-elle devoir céder la gestion du théâtre à l'association Le centre des Arts du récit ? Il semblerait Lire plus

Le CHU Grenoble-Alpes présente ses douze engagements "pour une alimentation saine et durable"
Le CHU Grenoble-Alpes pré­sente ses douze enga­ge­ments « pour une ali­men­ta­tion saine et durable »

FLASH INFO - Le CHU Grenoble-Alpes annonce s'engager "pour une alimentation saine et durable" avec Mon restau responsable (déjà adopté par le Crous Grenoble-Alpes), une Lire plus

Grenoble : ras­sem­ble­ment le 15 juin 2024 à Alsace-Lorraine contre les fer­me­tures annon­cées de bureaux de poste

FOCUS - Des représentants d'unions de quartier et du collectif "J'aime ma poste" (qui regroupe des usagers et syndicats de postiers) ont de nouveau tiré Lire plus

Pompiers illustration (c) Elias Muhlstein - Place Gre'net
Deux trans­for­ma­teurs élec­triques incen­diés à La Tronche et Grenoble, des mil­liers de foyers pri­vés d’électricité

FLASH INFO - Deux transformateurs électriques ont été incendiés dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 juin 2024, à La Tronche et Grenoble, Lire plus

Chronique Place Gre'net - RCF : L’affaire Piolle-Martin sur fond de dissolution
Chronique Place Gre’net – RCF : L’affaire Piolle-Martin sur fond de dissolution

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif? Revenir sur une actualité, Lire plus

Projet de nou­velle unité d’in­ci­né­ra­tion des déchets d’Athanor à La Tronche : le bud­get s’envole

EN BREF - Le marché de "conception-réalisation process" pour le projet de nouvelle unité d'incinération et de valorisation énergétique (UIVE) des déchets sur le site Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !