Avec Le Rêve blanc, le Musée dauphinois évoque les sports d’hiver dans les Alpes d’hier, d’aujourd’hui… et de demain

sep article



FOCUS – Une nouvelle exposition de longue durée, baptisée Le Rêve blanc, occupe le dernier étage du Musée dauphinois de Grenoble. Son parcours revient sur quasiment un siècle de sports d’hiver dans les Alpes. Une exposition foisonnante qui pose autant la question du marketing que celle des évolutions sociales et technologiques…  ou du futur des stations face aux changements climatiques.

 

 

« La mon­tagne est notre culture ! » Évoquant la nou­velle expo­si­tion du Musée dau­phi­nois de Grenoble, bap­ti­sée Le Rêve blanc, Chantal Carlioz chante les louanges de la mon­tagne. Un uni­vers que la vice-pré­si­dente du Département de l’Isère délé­guée au Tourisme connaît bien pour être éga­le­ment maire de Villard-de-Lans.

 

Affiche de l'exposition Le Rêve blanc du Musée Dauphinois de Grenoble

Affiche de l’ex­po­si­tion Le Rêve blanc du Musée dau­phi­nois de Grenoble

Comme le sug­gère le sous-titre de l’ex­po­si­tion, « L’Épopée des sports d’hi­ver dans les Alpes », la culture de la mon­tagne s’in­carne beau­coup aujourd’­hui dans ses attraits tou­ris­tiques. La liberté des grands espaces, la rura­lité, les valeurs mon­ta­gnardes… autant d’élé­ments sus­cep­tibles pour la vice-pré­si­dente de don­ner « du sens à nos séjours », dans un dépar­te­ment « siège du savoir-faire mon­ta­gnard ».

 

C’est pour­quoi le Musée dau­phi­nois fait peau neuve avec Le Rêve blanc. Une expo­si­tion « de longue durée », décrit son direc­teur Olivier Cogne, qui rem­place La Grande his­toire du ski pré­sente dans ses murs… depuis 1994. « Le temps nous sem­blait venu de revoir cet espace et de pou­voir abor­der plus lar­ge­ment la ques­tion des sports d’hi­ver », explique encore Olivier Cogne.

 

 

Entre montagne fantasmée et réalités sociales ou technologiques

 

Le der­nier étage du Musée dau­phi­nois tente à pré­sent de retra­cer l’his­toire foi­son­nante du déve­lop­pe­ment du tou­risme dans les Alpes, au tra­vers de docu­ments par­fois sur­pre­nants. À com­men­cer par les publi­ci­tés pour les sta­tions de ski dans les années 60 : sou­cieuses de riva­li­ser avec les sta­tions bal­néaires, Megève ou L’Alpe d’Huez met­taient alors en avant le soleil plu­tôt que la neige pour atti­rer les vacan­ciers.

 

Car il convient de vendre une « mon­tagne ima­gi­naire », explique Le Rêve blanc. Élément ter­rible de la nature, la neige allait deve­nir avec l’es­sor du ski nor­dique une aubaine pour le déve­lop­pe­ment éco­no­mique des ter­ri­toires mon­ta­gnards durant la pre­mière moi­tié du XXe siècle. À condi­tion de la fan­tas­mer dans un ima­gi­naire miri­fique.

 

L'exposition Le Rêve blanc du Musée dauphinois de Grenoble retrace un siècle de sports d'hiver, entre évolutions sociales et techniques et défis à venir.Pièce pesante de l'exposition : une télécabine pour le moins vintage © Florent Mathieu - Place Gre'net

Pièce pesante de l’ex­po­si­tion : une télé­ca­bine pour le moins vin­tage. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Au-delà de la seule ques­tion “mar­ke­ting”, le Musée dau­phi­nois s’at­tache à abor­der les dif­fé­rents aspects du tou­risme et des sports d’hi­ver dans les mon­tagnes de l’Isère, en s’in­ter­ro­geant sur sa dimen­sion sociale et socié­tale, ou en reve­nant sur la créa­tion des grandes sta­tions de ski qui ont pris le pas sur les vil­lages qui les abritent.

 

Au fil de docu­ments écrits ou vidéos, qu’il s’a­gisse de pla­quettes d’é­poque ou de réa­li­sa­tions didac­tiques, le par­cours de l’ex­po­si­tion illustre les enjeux du déve­lop­pe­ment tou­ris­tique en Isère. Des pièces plus impo­santes sont éga­le­ment pro­po­sées aux visi­teurs, notam­ment une télé­ca­bine des années 50 qui aura de quoi faire fré­mir les per­sonnes souf­frant d’a­cro­pho­bie.

 

 

Le jour où la neige ne tombera plus

 

Et comme il ne serait pas envi­sa­geable de par­ler du tou­risme et des sports d’hi­ver dans les Alpes sans par­ler du ski, le musée ne manque pas d’ex­po­ser une par­tie de son impor­tante col­lec­tion, « sans doute une des plus impor­tantes en France, si ce n’est la plus impor­tante », note Olivier Cogne : plus de 1 000 paires de skis, allant des plus anciens aux plus contem­po­rains. Avec la volonté de racon­ter l’hu­main der­rière l’ins­tru­ment, qu’il s’a­gisse du concep­teur ou du com­pé­ti­teur.

 

L'exposition Le Rêve blanc du Musée dauphinois de Grenoble retrace un siècle de sports d'hiver, entre évolutions sociales et techniques et défis à venir.Franck Philippeaux, commissaire de l'exposition Le Rêve blanc, aux côtés d'une (petite) partie de la collection de skis exposée au Musée Dauphinois © Florent Mathieu - Place Gre'net

Franck Philippeaux, com­mis­saire de l’ex­po­si­tion Le Rêve blanc, aux côtés d’une (petite) par­tie de la col­lec­tion de skis expo­sée au Musée dau­phi­nois © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Tous les rêves ayant une fin, l’ex­po­si­tion se conclut sur une ques­tion déli­cate : quel futur pour les sports d’hi­ver et le tou­risme en mon­tagne face aux enjeux des chan­ge­ments sociaux et, plus encore, cli­ma­tiques ? Entre canons à neige et déve­lop­pe­ment d’un tou­risme quatre sai­sons, où la ran­don­née, le vélo et autres acti­vi­tés d’ex­té­rieur ont toute leur place, les sta­tions de mon­tagne essayent d’an­ti­ci­per ce jour… où la neige ne tom­bera plus.

 

Florent Mathieu

 

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
4904 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « Un uni­vers que la vice-pré­si­dente du Département de l’Isère délé­guée au Tourisme connaît bien pour être éga­le­ment maire de Villard-de-Lans »

    J’oubliais que la loi sur le non-cumul des man­dats ne concerne que les par­le­men­taires et n’empêche pas le cumul de man­dats locaux… un point à régler.

    sep article