Une zone de présence du loup accrue en Isère mais pas plus d’attaques

sep article

FIL INFO – À l’occasion d’une réunion du Comité départemental Loup, la préfecture de l’Isère a dressé le bilan de la présence et des attaques de loups en 2017 et donné les orientations pour l’année 2018 : maintenir les dispositifs existants et étendre les partenariats. 

 

 

Où le loup est-il présent dans l’Isère ? À l’occasion d’une réunion du Comité départemental Loup, la préfecture a fait le point sur l’année écoulée, et présenté son plan d’action pour 2018. Le tout dans le contexte du Plan loup 2018-2023 adopté le 19 février, non sans susciter un certain nombre de critiques.

 

Un troupeau protégé par ses chiens © J-L Borelli - Ferus

Un troupeau protégé par ses chiens © J-L Borelli – Ferus

 

En 2017, quatre nouvelles zones de présence du loup en Isère sont apparues, selon l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Le département en compterait ainsi onze désormais. Pour autant, indique la préfecture, le nombre d’attaques et celui d’animaux domestiques « prédatés et indemnisés » est resté relativement stable, avec seulement trois attaques et dix-sept animaux de plus qu’en 2016.

 

La zone de présence accrue du loup a en revanche généré 27 contrats supplémentaires d’aide à la protection des troupeaux par rapport à l’année précédente. Enfin, 96 arrêtés préfectoraux d’autorisations de tirs de défense ont été émis en 2017, portant leur nombre à 140 en Isère.

 

 

Poursuivre les actions et renforcer les partenariats

 

Quelles orientations pour 2018 ? Le préfet de l’Isère Lionel Beffre rappelle deux fondamentaux du Plan loup. D’une part, « l’importance de poursuivre la mise en œuvre des mesures de protection des troupeaux ». Si celles-ci ne suppriment pas les attaques, affirme-t-il, elles en diminuent la fréquence et les conséquences.

 

Loup d'Europe. DR

Loup d’Europe. DR

 

D’autre part, le préfet souligne « l’importance de mettre en place de manière effective les tirs de défense autour des troupeaux ». Il invite ainsi les chasseurs locaux à soutenir les éleveurs et bergers, et les élus locaux à consacrer des moyens humains à ces actions sur le terrain.

 

La préfecture espère encore pouvoir élargir « les partenariats », notamment « au travers de nouvelles expérimentations », sans donner plus de détails. Parmi les partenaires actuels, les Parcs naturels régionaux du Vercors et de Chartreuse, l’Espace Belledonne et le Parc national des Écrins. Mais aussi la Louvèterie de l’Isère, la Fédération des alpages de l’Isère et la Fédération départementale des chasseurs de l’Isère.

 

 

FM

 

commentez lire les commentaires
2486 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.