Une zone de présence du loup accrue en Isère mais pas plus d’attaques

sep article

FIL INFO – À l’occasion d’une réunion du Comité départemental Loup, la préfecture de l’Isère a dressé le bilan de la présence et des attaques de loups en 2017 et donné les orientations pour l’année 2018 : maintenir les dispositifs existants et étendre les partenariats. 

 

 

Où le loup est-il pré­sent dans l’Isère ? À l’oc­ca­sion d’une réunion du Comité dépar­te­men­tal Loup, la pré­fec­ture a fait le point sur l’an­née écou­lée, et pré­senté son plan d’ac­tion pour 2018. Le tout dans le contexte du Plan loup 2018 – 2023 adopté le 19 février, non sans sus­ci­ter un cer­tain nombre de cri­tiques.

 

Un troupeau protégé par ses chiens © J-L Borelli - Ferus

Un trou­peau pro­tégé par ses chiens © J‑L Borelli – Ferus

 

En 2017, quatre nou­velles zones de pré­sence du loup en Isère sont appa­rues, selon l’Office natio­nal de la chasse et de la faune sau­vage (ONCFS). Le dépar­te­ment en comp­te­rait ainsi onze désor­mais. Pour autant, indique la pré­fec­ture, le nombre d’at­taques et celui d’a­ni­maux domes­tiques « pré­da­tés et indem­ni­sés » est resté rela­ti­ve­ment stable, avec seule­ment trois attaques et dix-sept ani­maux de plus qu’en 2016.

 

La zone de pré­sence accrue du loup a en revanche généré 27 contrats sup­plé­men­taires d’aide à la pro­tec­tion des trou­peaux par rap­port à l’an­née pré­cé­dente. Enfin, 96 arrê­tés pré­fec­to­raux d’au­to­ri­sa­tions de tirs de défense ont été émis en 2017, por­tant leur nombre à 140 en Isère.

 

 

Poursuivre les actions et renforcer les partenariats

 

Quelles orien­ta­tions pour 2018 ? Le pré­fet de l’Isère Lionel Beffre rap­pelle deux fon­da­men­taux du Plan loup. D’une part, « l’im­por­tance de pour­suivre la mise en œuvre des mesures de pro­tec­tion des trou­peaux ». Si celles-ci ne sup­priment pas les attaques, affirme-t-il, elles en dimi­nuent la fré­quence et les consé­quences.

 

Loup d'Europe. DR

Loup d’Europe. DR

 

D’autre part, le pré­fet sou­ligne « l’im­por­tance de mettre en place de manière effec­tive les tirs de défense autour des trou­peaux ». Il invite ainsi les chas­seurs locaux à sou­te­nir les éle­veurs et ber­gers, et les élus locaux à consa­crer des moyens humains à ces actions sur le ter­rain.

 

La pré­fec­ture espère encore pou­voir élar­gir « les par­te­na­riats », notam­ment « au tra­vers de nou­velles expé­ri­men­ta­tions », sans don­ner plus de détails. Parmi les par­te­naires actuels, les Parcs natu­rels régio­naux du Vercors et de Chartreuse, l’Espace Belledonne et le Parc natio­nal des Écrins. Mais aussi la Louvèterie de l’Isère, la Fédération des alpages de l’Isère et la Fédération dépar­te­men­tale des chas­seurs de l’Isère.

 

 

FM

 

commentez lire les commentaires
6259 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.