La Ville de Grenoble consolide son partenariat avec le Planning familial de l’Isère

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

FOCUS – La Ville de Grenoble et le Planning familial de l’Isère renforcent leur partenariat à travers une nouvelle convention qui formalise et renforce le travail collaboratif mené depuis des années par ces deux entités. Cet accord vise également à consolider la coordination et la coopération de la Ville et du Planning familial sur « des actions et des aspirations communes ».

 

 

C’est sym­bo­li­que­ment à quelques heures de la Journée inter­na­tio­nale des droits des femmes (cf. dia­po­rama ci-des­sous) et du début de la Quinzaine contre le racisme et les dis­cri­mi­na­tions, que le Planning fami­lial de l’Isère et la Ville de Grenoble ont tenu à offi­cia­li­ser leur rela­tion de par­te­na­riat.

 

À revoir : la Journée des droits des femmes à Grenoble © Léa Raymond – Placegrenet.fr

 

 

L’histoire entre la Ville et le mou­ve­ment fémi­niste n’est pas récente puisque Grenoble a été, en 1961, la pre­mière ville de France où s’est ouvert, clan­des­ti­ne­ment, un Planning fami­lial. La contra­cep­tion et l’a­vor­te­ment y étaient encore inter­dits. Depuis, le Planning fami­lial de l’Isère, pre­nant en compte toutes les sexua­li­tés, défend les droits à la contra­cep­tion et à l’a­vor­te­ment ainsi que l’é­du­ca­tion à la sexua­lité.

 

 

Une coopération de longue date

 

Le Planning fami­lial de l’Isère dénonce et com­bat toutes les formes de vio­lences envers les femmes, mais aussi les dis­cri­mi­na­tions et les inéga­li­tés sociales tout en s’en­ga­geant dans la pré­ven­tion du Sida et des infec­tions sexuel­le­ment trans­mis­sibles (IST). Des valeurs com­munes que la Ville et le mou­ve­ment entendent conso­li­der avec la signa­ture d’une conven­tion unique et tri­san­nuelle de par­te­na­riat, d’ob­jec­tifs et de moyens.

 

Céline Deslattes, la présidente du Planning familial de l'Isère et Max Cressent du collectif Rita. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Céline Deslattes, la pré­si­dente du Planning fami­lial de l’Isère et Max Cressent du col­lec­tif Rita. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Il n’en a pas tou­jours été ainsi. « Avant, nous étions dans une logique d’al­ler cher­cher des sub­ven­tions, notam­ment pour les Centres de pla­ni­fi­ca­tion et d’é­du­ca­tion fami­liale (CPEF) inter­quar­tiers, ou à la recherche de pro­jets. Nous allions vers la Ville, la Métropole ou encore le Département », se sou­vient Céline Deslattes, la pré­si­dente du Planning fami­lial de l’Isère.

 

C’est donc désor­mais de l’his­toire ancienne pour cette asso­cia­tion for­te­ment implan­tée sur le ter­ri­toire, via ses antennes* inter­quar­tiers dans cinq Maison des habi­tants (MDH). Suite à la pro­po­si­tion de la muni­ci­pa­lité de tra­vailler avec elle dans le cadre du Plan muni­ci­pal de santé (PMS), un vrai par­te­na­riat cohé­rent a pu être construit au bout de deux années de tra­vail. « Cela nous a donné une vraie liberté. Nous ne sommes plus dans une rela­tion finan­ceur-financé », se réjouit la pré­si­dente.

 

 

Un concours financier de la Ville à hauteur de 25 000 euros annuels

 

Les objec­tifs de cette conven­tion entrée en vigueur le 1er jan­vier 2018 ? Outre la for­ma­li­sa­tion du sou­tien de la Ville, elle pré­cise et ren­force les moda­li­tés de coopé­ra­tion en « fixant le cadre d’une réflexion stra­té­gique et pros­pec­tive » autour d’en­jeux et d’ac­tions trans­ver­sales défi­nis par quatre axes de tra­vail. Le tout « dans une recherche de com­plé­men­ta­rité et de conver­gence des actions res­pec­tives de la Ville et de l’as­so­cia­tion », pré­cise la muni­ci­pa­lité. De sur­croît, la conven­tion sécu­rise le concours finan­cier apporté au Planning fami­lial à hau­teur de 25 000 euros annuels.

 

© Planning familial de l'Isère

© Planning fami­lial de l’Isère

 

Pour mettre de l’huile dans les rouages, une gou­ver­nance a été mise en place, avec un réfé­rent unique dési­gné comme inter­face et un comité de suivi qui se réunira une fois par an. Vient com­plé­ter ce dis­po­si­tif un comité tech­nique par­te­na­rial qui, lui, se réunira plus fré­quem­ment. « C’est impor­tant parce que, côté Ville, plu­sieurs direc­tions* sont impli­quées et il fal­lait assu­rer une bonne cohé­rence de l’en­semble », insiste Mondane Jactat, délé­guée à la santé et à la poli­tique de la ville.

 

Enfin, en 2020, der­nière année de la conven­tion, une éva­lua­tion, si pos­sible externe, sera effec­tuée au regard des objec­tifs réa­li­sés afin d’a­li­men­ter la pré­pa­ra­tion de la conven­tion sui­vante.

 

 

« Des jeunes filles ne souhaitent pas aller au centre de leur quartier »

 

Quid des quatre axes de tra­vail stra­té­giques défi­nis par cette conven­tion ? Vient en tête l’in­for­ma­tion et l’ac­tion en pré­ven­tion pour déve­lop­per une édu­ca­tion sexuelle et affec­tive. « Un des fon­da­men­taux du Planning fami­lial », rap­pelle Emmanuel Carroz, l’ad­joint délé­gué à l’é­ga­lité des droits et à la vie asso­cia­tive. En 2017, pas moins de 141 per­sonnes ont ainsi béné­fi­cié d’un entre­tien de conseil conju­gal et fami­lial au sein des CPEF ou au centre de pla­ni­fi­ca­tion Gambetta, éga­le­ment siège de l’as­so­cia­tion.

 

© Planning familial de l'Isère

© Planning fami­lial de l’Isère

« Souvent, il y a des jeunes filles qui ne sou­haitent pas aller direc­te­ment au CPEF de leur quar­tier par besoin d’a­no­ny­mat », sou­ligne Céline Deslattes. Dans ces centres, une atten­tion toute par­ti­cu­lière est don­née aux ado­les­cents, aux migrants et aux per­sonnes en situa­tion de fra­gi­lité psy­cho-sociale.

 

Second axe : l’ac­tion pour réduire les dis­pa­ri­tés et les freins de recours aux soins gyné­co­lo­giques. « En 2017, nous avons eu 630 consul­ta­tions et exa­mens cli­niques, ce qui per­met de tra­vailler sur les ques­tions de droit à l’a­vor­te­ment et à la contra­cep­tion », explique Céline Deslattes.

 

Là aussi, le centre de Gambetta joue un rôle non négli­geable dans l’ac­cueil des femmes issues des “quar­tiers”. Pourquoi ? Parce que l’in­ter­rup­tion volon­taire de gros­sesse médi­ca­men­teuse n’est pas acces­sible dans les antennes inter­quar­tiers. Et le besoin est grand puisque la fré­quen­ta­tion des centres a tri­plé en trois ans. On y trouve majo­ri­tai­re­ment des femmes issues de l’im­mi­gra­tion (du Maghreb et d’Afrique noire) sou­vent iso­lées et en situa­tion de très grande pré­ca­rité.

 

 

Soutenir les femmes en situation de vulnérabilité

 

Au titre du troi­sième axe de tra­vail, la pro­mo­tion de toute forme de sou­tien aux femmes en situa­tion de vul­né­ra­bi­lité. Le but ? Les accom­pa­gner vers un retour à l’emploi. Comment ? En les aidant à sor­tir de leur iso­le­ment, à prendre confiance en elles, à ren­con­trer et tis­ser des liens avec des pro­fes­sion­nelles.

 

© Planning familial de l'Isère

© Planning fami­lial de l’Isère

C’était l’ob­jet des ate­liers qui se sont dérou­lés du 4 au 8 décembre 2017 à la MDH de l’Abbaye-Jouhaux lors la Semaine des femmes orga­ni­sée dans le cadre du pro­gramme Pouvoir d’a­gir. Au total, dix femmes du sec­teur 5 y ont par­ti­cipé. Autre volet de cet axe : la mise en place d’un café des parents. Notamment dans les écoles mater­nelles Le Lac et La Fontaine.

 

Dix-sept temps d’é­coute au total – des échanges indi­vi­duels et confi­den­tiels ou des dis­cus­sions col­lec­tives – durant les­quels les conseillères de l’as­so­cia­tion ont ren­con­tré cin­quante femmes et neuf hommes. Les buts visés ? Notamment lever les doutes des parents liés à la paren­ta­lité, ren­for­cer la per­méa­bi­lité entre l’é­cole et les familles ou encore le sou­tien à la mobi­li­sa­tion de l’en­fant dans son par­cours sco­laire.

 

 

Un fond documentaire couvrant cinquante années des droits des femmes

 

« Sensibiliser le public autour des pro­blé­ma­tiques de société, ini­tier la réflexion, infor­mer et déve­lop­per la connais­sance pour lut­ter contre les dis­cri­mi­na­tions et pour l’égalité des droits et contri­buer à réduire les stig­ma­ti­sa­tions de genre ». Tels sont les termes du qua­trième axe qui mise sur la péda­go­gie. Tout par­ti­cu­liè­re­ment à tra­vers la mise à dis­po­si­tion de l’im­por­tant fond docu­men­taire du Planning fami­lial cou­vrant près de cin­quante ans d’his­toire des droits des femmes.

 

Pédagogie encore avec le ren­for­ce­ment du par­te­na­riat avec l’Éducation natio­nale via le Programme de déve­lop­pe­ment affec­tif et social, pro­gramme (Prodas). « L’idée c’est de dire “com­ment je me res­pecte, qu’est-ce que le corps de l’autre, com­ment je suis, moi, jeune enfant dans cet espace-là ?” », com­mente Céline Deslattes. Un élé­ment « socle », selon la pré­si­dente.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Happening sur le har­cè­le­ment de rue. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Participent aussi de ce der­nier axe les actions contre les dis­cri­mi­na­tions, comme la lutte contre le Sida ou le har­cè­le­ment de rue.

 

Enfin, avec le fes­ti­val de ciné-débats Les déran­geantes c’est dans la lutte contre les dis­cri­mi­na­tions et les vio­lences liées au genre que s’est engagé le Planning fami­lial avec les concours du Centre com­mu­nal d’ac­tion sociale (CCAS), de la Métropole, des MDH et de la direc­tion de l’Action ter­ri­to­riale. Transversalement à ces quatre axes, plus de 160 ani­ma­tions auprès de publics sco­laires et non sco­laires ont été menées, tou­chant ainsi plus de 1 400 élèves allant de la mater­nelle à la ter­mi­nale.

 

 

Une personne trans sur trois porte atteinte à ses jours

 

Le Planning fami­lial de l’Isère tra­vaille par ailleurs, de concert avec le col­lec­tif Ressort inter­sexe et trans en action (Rita) depuis main­te­nant cinq ans, sur l’ac­cueil et l’ac­com­pa­gne­ment des per­sonnes tran­si­den­ti­taires. Ces der­nières – soit une per­sonne sur 400 à 500 – sont sou­vent vic­times d’a­gres­sions, par­fois très vio­lentes, essuient des refus de soins, accèdent dif­fi­ci­le­ment à l’emploi et se sui­cident dix fois plus que les per­sonnes cis­genres.

 

DR

DR

« Nous accom­pa­gnons envi­ron 450 per­sonnes par an. Notamment à tra­vers la mise en place de deux per­ma­nences d’ac­cueil col­lec­tif », explique Max Cressent, édu­ca­teur spé­cia­lisé béné­vole et membre du col­lec­tif Rita. Ces per­ma­nences offrent la pos­si­bi­lité de ren­con­trer un méde­cin ou une conseillère spé­cia­le­ment for­mée. Mais aussi d’ac­cé­der à des docu­ments d’in­for­ma­tion ainsi qu’à du maté­riel de pré­ven­tion.

 

Le risque sui­ci­daire est une pré­oc­cu­pa­tion majeure pour le col­lec­tif. « Une per­sonne trans sur trois porte atteinte à ses jours. Nous avons vrai­ment voulu nous empa­rer de cette ques­tion pour amé­lio­rer leurs condi­tions d’exis­tence », déclare Max Cressent.

 

 

Joël Kermabon

 

 

* Les antennes inter­quar­tiers du Planning Familial de l’Isère sont implan­tées dans cinq Maisons des habi­tants (MDH) gérées par la Direction de l’action ter­ri­to­riale de la Ville de Grenoble : MDH Vieux-Temple, MDH Mistral Eaux-Claires, MDH Teisseire, MDH Prémol et MDH Abbaye-Jouhaux.

 

  • ** Notamment la direc­tion Santé publique et envi­ron­ne­men­tale, la direc­tion de l’Action ter­ri­to­ria­li­sée et la direc­tion Éducation jeu­nesse

 

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
2991 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.