Incertitude financière, malaise managérial… La grève à la MC2 reconduite jusqu’à lundi

sep article

REPORTAGE – Les salariés de la MC2 ont reconduit, vendredi 15 décembre, le mouvement de grève entamé mercredi matin, après de nouvelles négociations infructueuses avec la direction dans l’après-midi. Trente-quatre des cinquante-cinq membres du personnel avaient alors débrayé, dénonçant pêle-mêle les mauvais résultats financiers, les méthodes de management de la direction et la dégradation du dialogue social et des conditions de travail. Un mouvement qui a entraîné l’annulation des deux spectacles programmés vendredi soir. 

 

⇒ Temps de lecture : 13 – 16 min

 

Les sala­riés gré­vistes dis­tri­buent aux spec­ta­teurs des tracts expli­quant les rai­sons de leur mou­ve­ment, jeudi soir. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Accrochée au fron­ton du bâti­ment, sur le par­vis de la Maison de la culture, la ban­de­role noire siglée “MC2 en grève” aimante les regards.

 

Faisant les cent pas autour, munis de leur pile de tracts, plu­sieurs sala­riés de la MC2 inter­ceptent à tour de rôle les pre­miers spec­ta­teurs, ce jeudi 14 décembre au soir.

 

Pour ces der­niers, c’est d’a­bord la douche froide : jouée dans une ver­sion a minima mer­credi soir, la pièce Sombre Rivière, écrite et mise en scène par Lazare, est pure­ment et sim­ple­ment annu­lée cette fois-ci. Mais pas­sés les pre­miers signes de décep­tion, les expli­ca­tions du per­son­nel sus­citent, dans la plu­part des cas, la com­pré­hen­sion, voire l’ap­pro­ba­tion du public. Trente-quatre des cin­quante-cinq sala­riés de la MC2 sont en effet en grève depuis mer­credi. Un mou­ve­ment qu’ils ont décidé de recon­duire ven­dredi soir, faute d’ac­cord avec la direc­tion.

 

 

Une situation financière « périlleuse »

 

Si leurs griefs sont aussi mul­tiples que variés, le malaise, rela­ti­ve­ment ancien, résulte d’une « situa­tion interne pro­blé­ma­tique depuis de nom­breuses années », selon une gré­viste. Premier point, un cli­mat d’in­cer­ti­tude finan­cière devenu très « pré­oc­cu­pant », avec un « défi­cit crois­sant ayant atteint un tel niveau que se pose la ques­tion des emplois », pour­suit celle-ci.

 

Fin 2016, un rap­port de la Cour régio­nale des comptes poin­tait déjà la situa­tion finan­cière « fra­gile » de la MC2, concluant que la prio­rité devait être don­née à la « résorp­tion du défi­cit ». Une pro­messe que le direc­teur Jean-Paul Angot – ancien direc­teur adjoint, nommé fin 2012 et réélu en jan­vier 2017 – s’é­tait engagé à tenir auprès des auto­ri­tés de tutelle de la struc­ture (Ville, Métropole, Département, Région, État).

 

MC2, Maison de la culture de Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

Passée en jan­vier der­nier sous le giron de la Métropole, la MC2 se trouve dans une situa­tion finan­cière dif­fi­cile, avec un défi­cit estimé à 432 000 euros en 2016. © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

En 2016, le défi­cit était estimé à 432 000 euros, pour un bud­get glo­bal de 10 mil­lions d’eu­ros pro­ve­nant à 65 % de finan­ce­ments publics. Problème : si ce défi­cit venait à dépas­ser les 6 % du bud­get (soit 600 000 euros), cela jus­ti­fie­rait un plan social. Une véri­table épée de Damoclès ali­men­tant les craintes du per­son­nel.

 

« La direc­tion nous dit qu’on est loin des 6 %, qu’il n’y aura pas de plan social, mais en même temps, elle nous dit qu’elle ne connaît pas le défi­cit réel de la mai­son », s’a­gace Nejib Maaroufi, délé­gué syn­di­cal SYNPTAC-CGT (Syndicat natio­nal des pro­fes­sion­nels du théâtre et des acti­vi­tés cultu­relles). Inquiètes, les ins­tances repré­sen­ta­tives du per­son­nel ont décidé d’exer­cer leur droit d’a­lerte éco­no­mique, mer­credi, à l’is­sue d’un comité d’en­tre­prise extra­or­di­naire.

 

D’après cer­tains gré­vistes, l’élé­ment déclen­cheur est inter­venu à l’oc­ca­sion « d’un des der­niers comi­tés d’en­tre­prise, lorsque la direc­tion a évo­qué la situa­tion finan­cière “périlleuse” de la MC2. Ce mot-là a été la goutte d’eau qui a fait débor­der le vase et a déclen­ché beau­coup d’in­quié­tude. Suite à cela, il y a eu une demande du CE [comité d’en­tre­prise, ndlr] pour orga­ni­ser une réunion d’ur­gence et en savoir un peu plus : que veut dire “périlleux”, pour­quoi la situa­tion est-elle périlleuse main­te­nant ? Est-ce que ça veut dire licen­cie­ments, pro­blème de masse sala­riale, défi­cit qui se creuse ? »

 

 

« Les conditions ont commencé à se dégrader avec l’arrivée de la nouvelle direction »

 

Pour les sala­riés, l’in­quié­tude est d’au­tant plus vive qu’aux dif­fi­cul­tés finan­cières s’a­joute une dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail, qua­li­fiées de « déplo­rables » par Nejib Maaroufi. Un phé­no­mène qui « date déjà de quelques années », affirme une gré­viste.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
3728 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.