Pourquoi a‑t-on oublié le duc de Lesdiguières ? Réponse au musée dauphinois

sep article



FOCUS – Devinette. Il avait toujours « le cul en selle », a été le dernier connétable de France, le plus fidèle serviteur d’Henri IV, catholique, puis protestant, puis catholique, marié deux fois… Vous ne voyez pas ? Il a donné son nom à un stade de rugby et à un lycée hôtelier grenoblois. Oui voilà : c’est le duc de Lesdiguières. Le musée dauphinois lui consacre une exposition jusqu’au 16 juillet 2018 : Lesdiguières, Le prince oublié. Où l’on avance, justement, quelques hypothèses quant à l’essoufflement de sa renommée.

 

 

Le connétable de Lesdiguières, XVIIe siècle Huile sur toile, école française

Le conné­table de Lesdiguières, XVIIe siècle
Huile sur toile, école fran­çaise – Coll. par­ti­cu­lière. Inédit, ce por­trait en pied de Lesdiguières en grande tenue d’ap­pa­rat de conné­table, pour­rait pro­ve­nir de la Galerie des hommes illustres créée par Richelieu au Palais-Cardinal à Paris.

Dans le cadre de « 2017, année Lesdiguières », ini­tiée par le Département de l’Isère, de nom­breuses opé­ra­tions ont été menées pour “redo­rer”, ou plu­tôt sim­ple­ment ravi­ver, le bla­son de ce per­son­nage his­to­rique un tan­ti­net oublié.

 

Le duc de Lesdiguières n’était pour­tant pas une simple per­son­na­lité locale puisqu’il alla tout de même, entre autres, jusqu’à deve­nir le conné­table du roi, c’est-à-dire le chef des armées. Soit la posi­tion la plus éle­vée dans la hié­rar­chie juste après celle du monarque.

 

À tel point, d’ailleurs, qu’elle fut sup­pri­mée ensuite pour ne pas faire d’ombre au roi. François de Bonne de Lesdiguières (1543−1626) fut donc le der­nier conné­table de France.

 

Mais sans doute les noms de « Bonne » ou de « Lesdiguières » riment-ils davan­tage pour vous avec quelque infra­struc­ture locale : le stade, la caserne ou le lycée hôte­lier, par exemple. L’Histoire n’a certes pas retenu ce per­son­nage. D’où le nom de l’exposition que le musée dau­phi­nois lui dédie : Lesdiguières, le prince oublié, visible jusqu’au 16 juillet 2018. Avec l’ambition assu­mée de remé­dier, en par­tie, à cet état de fait ou, du moins, de l’expliquer.

 

 

Un cheminement cohérent au sein du parcours de Lesdiguières

 

En dépit d’une ico­no­gra­phie assez pauvre (on ne trouve du duc que quelques por­traits le repré­sen­tant après 50 ans), l’équipe du musée, menée ici par Anne Cayol-Gerin, en sa qua­lité de com­mis­saire d’exposition, a su ména­ger pour le spec­ta­teur un par­cours cohé­rent et ludique. Pas simple au vu de la com­plexité du per­son­nage his­to­rique qu’il s’agit de révé­ler. Enrichie de pein­tures, de cartes, d’ouvrages et d’objets mili­taires, reli­gieux ou artis­tiques, l’exposition se divise en trois par­ties.

 

Olivier Cogne, directeur du Musée dauphinois, Hélène Viallet, directrice des Archives départementales de l'Isère, et Anne Cayol-Gerin, responsable du Service du patrimoine culturel du Département de l'Isère, encadrent les actes particuliers de l'Édit de Nantes, signés de la main d'Henri IV. © Denis Vinçon

Olivier Cogne, direc­teur du Musée dau­phi­nois, Hélène Viallet, direc­trice des Archives dépar­te­men­tales de l’Isère, et Anne Cayol-Gerin, res­pon­sable du Service du patri­moine cultu­rel du Département de l’Isère, encadrent les actes par­ti­cu­liers de l’Édit de Nantes, signés de la main d’Henri IV. © Denis Vinçon

On remonte d’abord aux ori­gines nobi­liaires modestes de l’homme né entre les mas­sifs de Dévoluy et des Écrins en 1543. Manière de mon­trer l’une des facettes excep­tion­nelles de son par­cours : son ascen­sion sociale ful­gu­rante, acquise via ses hauts faits d’arme en pre­mier lieu. Il s’illustre notam­ment à la tête des troupes pro­tes­tantes dau­phi­noises pen­dant les guerres de reli­gion.

 

La seconde par­tie de l’exposition se concentre sur l’héritage laissé par le duc, tant d’un point de vue paci­fique – il a beau­coup œuvré pour res­tau­rer la paix entre catho­liques et pro­tes­tants après la pro­mul­ga­tion de l’Édit de Nantes en 1598 – que d’un point de vue ter­ri­to­rial.

 

Grenoble lui doit un chan­ge­ment com­plet de phy­sio­no­mie, via ses nou­velles for­ti­fi­ca­tions notam­ment. Plus lar­ge­ment, des ponts sont construits en quan­tité dans la région. Et il fait encore élar­gir la route, qu’il emprunte régu­liè­re­ment, ral­liant Grenoble à Gap. D’où le nom qu’elle a long­temps connu, « route du conné­table », avant de por­ter les cou­leurs d’un per­son­nage his­to­rique autre­ment plus illustre…

 

 

Troisième temps : la mémoire défaillante

 

Volet impor­tant de l’exposition, la troi­sième par­tie tente d’expliquer l’oubli du duc. Lequel œuvra pour­tant, de son vivant, à l’édification de sa propre gloire. En témoigne la repro­duc­tion de son mau­so­lée, gran­di­lo­quent à sou­hait. Le gisant qui le repré­sente ouvre de grands yeux, comme pour attes­ter de l’immortalité de sa renom­mée. Mais quand s’éteint sa des­cen­dance, le lustre de son nom finit par suivre le même che­min.

 

Caricature de Lesdiguières maîtrisant le Drac, 1889-1900 Photo de dessin, anonyme Coll. Musée dauphinois En tenue de chevalier bardé d'acier aux poulaines démesurées mais coiffé d'une visièred'employé de bureau, le Connétable a pêché un dragon-crocodile qu'il écarte de la ville.

Caricature de Lesdiguières maî­tri­sant le Drac, 1889 – 1900. Photo de des­sin, ano­nyme. Coll. Musée dau­phi­nois. En tenue de che­va­lier bardé d’a­cier aux pou­laines déme­su­rées mais coiffé d’une visière d’employé de bureau, le Connétable a pêché un dra­gon-cro­co­dile qu’il écarte de la ville.

Au XIXe siècle, alors que naît un inté­rêt tout par­ti­cu­lier des his­to­riens pour la période, la légende Lesdiguières renaît de ses cendres mais guère plus qu’au niveau local.

 

Et encore, on lui pré­fère un autre per­son­nage, qui semble plus exem­plaire : le che­va­lier Bayard, dit « sans peur et sans reproche ». Si la peur ne semble pas non plus carac­té­ri­ser l’homme de guerre qu’était Lesdiguières – tou­jours « le cul en selle » –, on l’ac­ca­bla, par contre, de bien des reproches.

 

Religieusement d’abord, on décela chez lui un manque de constance : il a été catho­lique avant d’embrasser le pro­tes­tan­tisme pour finir à nou­veau par se conver­tir au catho­li­cisme à la demande du roi… Son double mariage ensuite n’a rien de très catho­lique, jus­te­ment. On retint donc de lui son ambi­tion et sa ruse plu­tôt que ses talents de diplo­mate ou de stra­tège géo­po­li­tique.

 

Des légendes sombres cir­cu­lèrent enfin à son endroit. Un petit recueil de ces his­toires est d’ailleurs dis­po­nible à l’écoute dans le musée. Lequel par­vient ainsi à don­ner de Lesdiguières une image kaléi­do­sco­pique qui brise la répu­ta­tion mono­li­thique de l’homme, sim­ple­ment asso­cié à la guerre et à l’am­bi­tion.

 

 

Adèle Duminy

 

 

Infos pratiques

 

Tout le pro­gramme de l’an­née Lesdiguières sur le site du Département de l’Isère

Musée dau­phi­nois

Jusqu’au 16 juillet 2018

Lesdiguières, le prince oublié

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
3042 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.