Le collectif de défense de la ligne ferroviaire Grenoble-Gap tire la sonnette d'alarme et appelle au rassemblement samedi 14 octobre.

Ligne ferroviaire Grenoble-Gap : marche arrière toute ?

Ligne ferroviaire Grenoble-Gap : marche arrière toute ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – On pensait la ligne Gap-Grenoble sauvée. Mais les atermoiements du Département de l’Isère sur la question du financement pourrait bien sonner le glas de cette desserte ferroviaire. Alors que la SNCF s’apprêterait à fermer un croisement stratégique, le collectif de défense des usagers de la ligne tire une nouvelle fois la sonnette l’alarme et appelle au rassemblement samedi 14 octobre. Pas sûr que le millier de passagers quotidiens fasse le poids…

 

 

Alors que la Région avait annoncé le lan­ce­ment d’un vaste plan de sau­ve­tage des petites lignes fer­ro­viaires et que la Métropole de Grenoble, lui emboî­tant le pas, avait décidé de mettre la main à la poche, le retrait du Département de l’Isère du plan de finan­ce­ment va-t-il son­ner le glas de la ligne Grenoble-Gap ?

 

La ligne Grenoble-Gap à nouveau menacée après le retrait des départements de l'Isère et des Hautes-Alpes du tour de table. Le collectif de défense des usagers de la ligne (re)monte au créneau. © Robert Cuchet

La ligne Grenoble-Gap à nou­veau mena­cée après le retrait des dépar­te­ments de l’Isère et des Hautes-Alpes du tour de table. Le col­lec­tif de défense des usa­gers de la ligne (re)monte au cré­neau. © Robert Cuchet

 

Au début de l’été, le conseil dépar­te­men­tal de l’Isère (comme celui des Hautes-Alpes) a en effet fait part de ses réti­cences à finan­cer la ligne qui relie les deux chefs-lieux de dépar­te­ment en pas­sant par Veynes. Au vu du mon­tant des tra­vaux à enga­ger (50 mil­lions d’eu­ros en tout) et de la fré­quen­ta­tion de la ligne (entre 600 et 1 000 selon les esti­ma­tions), prio­rité est pour l’exé­cu­tif dépar­te­men­tal clai­re­ment don­née au Grenoble-Lyon et ses 20 000 pas­sa­gers quotidiens.

 

 

Un rassemblement à Lus-la-Croix-Haute pour sauver le Grenoble-Gap

 

 

Gare de Monestier-de-Clermont sur la ligne Grenoble-Gap. © Philippe Brenet

Gare de Monestier-de-Clermont sur la ligne Grenoble-Gap. © Philippe Brenet

Mais voilà, Laurent Wauquiez ayant condi­tionné sa par­ti­ci­pa­tion à celle du Département, l’a­ve­nir du Grenoble-Gap, seule liai­son fer­ro­viaire directe entre Grenoble et le sud des Alpes, paraît bien com­pro­mis. Sur le ter­rain, le col­lec­tif de l’é­toile fer­ro­viaire de Veynes qui, depuis des années, se bat pour sau­ver la ligne, n’en finit pas de tirer la son­nette d’a­larme. Samedi 14 octobre, ce grou­pe­ment d’u­sa­gers et de che­mi­nots appelle à nou­veau à un ras­sem­ble­ment à 14 h 30, en gare de Lus-la-Croix-Haute (Drôme).

 

« Encore ? Malheureusement, oui », se désole le col­lec­tif dans un com­mu­ni­qué. « C’est que mal­gré les annonces volon­tiers ras­su­rantes mais tou­jours floues des auto­ri­tés, mal­gré une fré­quen­ta­tion qui se main­tient à mille voya­geurs par jour en dépit d’une pro­gres­sive dégra­da­tion du ser­vice, mal­gré la mobi­li­sa­tion des usa­gers, des che­mi­nots et des élus locaux, la ligne Grenoble-Gap se rap­proche pour l’instant d’une mort à moyen terme. »

 

 

L’État et les régions accusés de se renvoyer la patate chaude du financement

 

 

Le grou­pe­ment d’u­sa­gers et de che­mi­nots pré­cise : « D’une part, SNCF Réseau s’apprête à fer­mer le croi­se­ment en gare de Lus, en aggra­vant volon­tai­re­ment les pro­blèmes de cir­cu­la­tion sur une ligne déjà malade d’être sous-entre­te­nue. Au risque de faire perdre patience aux usa­gers jusqu’ici fidèles. D’autre part, tout en affir­mant la main sur le cœur vou­loir “sau­ver” la ligne, l’État et les deux Régions (Auvergne Rhône-Alpes et Paca, ndlr) concer­nées se ren­voient la patate chaude pour savoir qui débour­sera les cin­quante mil­lions néces­saires pour évi­ter la fer­me­ture de la voie d’ici quelques années. En atten­dant, pas un seul cen­time n’a été bud­gété par ces autorités. »

 

Croisement de trains en gare de Lus la Croix Haute - © Philippe Brenet

Croisement de trains en gare de Lus-la-Croix-Haute – © Philippe Brenet

 

Pendant ce temps, la ligne se dégrade chaque jour un peu plus. Résultat : à par­tir de la fin de l’an­née, il fau­dra comp­ter huit minutes de plus pour faire le tra­jet Grenoble-Gap. « Ce ral­lon­ge­ment entraî­nant des impos­si­bi­li­tés de croi­se­ment, deux tra­jets quo­ti­diens entre Clelles et Gap seront sup­pri­més », sou­ligne le col­lec­tif de défense de la ligne qui y voit une mort à petit feu.

 

« Le para­doxe c’est que, si SNCF Réseau auto­ri­sait le croi­se­ment des trains en gare de Lus, ces deux trains pour­raient peut-être conti­nuer de rou­ler. En effet, le jeu des reports de croi­se­ments vers des gares et des horaires dif­fé­rents per­met­trait plus de sou­plesse dans la ges­tion du tra­fic. Mais l’entreprise res­pon­sable du réseau pré­fère tirer sur l’ambulance », juge le collectif.

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

La Région a été la première à communiquer sur ses masques. A Grenoble, elle a été la dernière à les distribuer. Avec quelques coups de canif dans sa com'.
Accusé d’avoir favorisé les communes de droite, Laurent Wauquiez contre-attaque sur la gestion de son prédécesseur

  FOCUS - Surfant sur un article de Médiapart, Jean-François Debat, le chef de file des socialistes à la Région Auvergne Rhône-Alpes accuse Laurent Wauquiez Lire plus

Fabienne Grébert a été désignée chef de file des écologistes pour tenter de succéder à Laurent Wauquiez à la tête de la région Auvergne Rhône-Alpes - DR
Régionales en Auvergne Rhône-Alpes : les écologistes ouvrent le ban avec Fabienne Grebert et sèment la pagaille à gauche

  FOCUS - Fabienne Grebert est la première candidate officiellement déclarée pour tenter de succéder à Laurent Wauquiez à la tête de la région Auvergne Lire plus

Nathalie Beranger et Catherine Bolze remettant symboliquement un chèque de 2000€ aux chauffeur de taxis © Julien Morceli- Place Gre'net
La Région Auvergne Rhône-Alpes soutient les chauffeurs de taxis… et le fait savoir

  EN BREF - La Région Auvergne Rhône-Alpes a remis, ce mercredi 24 juin, un chèque symbolique aux chauffeurs de taxis isérois. L'opération visait à Lire plus

La Région a été la première à communiquer sur ses masques. A Grenoble, elle a été la dernière à les distribuer. Avec quelques coups de canif dans sa com'.
Masques grand public : la Région première en communication, pas en distribution

  FIL INFO - Laurent Wauquiez avait ouvert le ban. Et communiqué le premier sur ses commandes locales de masques destinés aux habitants de la Lire plus

Affluence sur le réseau Tag
Transports publics : le Département de l’Isère claque la porte du syndicat mixte, la Région sur ses talons

  FOCUS - Le 1er janvier 2020, le syndicat mixte des transports en commun (SMTC) de l'agglomération grenobloise devient syndicat mixte des mobilités de l’aire Lire plus

La qualité de l'air préoccupe de plus en plus en Auvergne-Rhône-Alpes, selon une enquête d'Atmo
Pollution de l’air dans la région grenobloise : Laurent Wauquiez met 4 millions d’euros sur la table

  FIL INFO - Pour lutter contre la pollution de l'air à Grenoble mais aussi sur le Voironnais et le Grésivaudan, la Région Auvergne Rhône-Alpes Lire plus

Flash Info

|

27/10

23h45

|

|

27/10

9h58

|

|

26/10

15h52

|

|

26/10

10h13

|

|

26/10

9h00

|

|

25/10

19h42

|

|

25/10

11h46

|

|

24/10

9h44

|

|

23/10

15h18

|

|

22/10

8h00

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin