Appel Forêt -

Salle comble pour le documentaire afro-féministe « Ouvrir la voix » en avant-première à Grenoble

Salle comble pour le documentaire afro-féministe « Ouvrir la voix » en avant-première à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Diffusé en avant-première ce lundi 2 octobre au cinéma Le Club, le film-documentaire Ouvrir la voix, écrit et réalisé par Amandine Gay, a reçu un tonnerre d’applaudissement. Ce long-métrage, qui sortira en salles mercredi 11 octobre, témoigne des difficultés des femmes françaises issues de l’immigration africaine ou antillaise. Organisée par l’association Contrevent, la séance s’est terminée par une rencontre avec la réalisatrice Amandine Gay, une fervente militante de “l’afro-féminisme”. 

 

 

Diffusé en avant-première au cinéma Le Club le 2 octobre, le film-documentaire "Ouvrir la Voix" d'Amandine Gay a été très bien accueilli par son public.Image du film Ouvrir la voix d'Amandine Gay. DR

Image du film Ouvrir la voix d’Amandine Gay. DR

Très atten­due – la séance affi­chait com­plet – l’a­vant-pre­mière du film-docu­men­taire Ouvrir la voix ce lundi 2 octobre au cinéma Le Club a été cou­ron­née de suc­cès. Outre les applau­dis­se­ments nour­ris qui ont accueilli le docu­men­taire, beau­coup de spec­ta­teurs ont affirmé s’y recon­naître lors de la ren­contre avec sa réa­li­sa­trice Amandine Gay qui a suivi la projection.

 

Ouvrir la voix, c’est le récit de vingt-quatre femmes noires fran­çaises et belges, qui se confient ouver­te­ment face caméra. Elles témoignent d’une double dif­fi­culté, celle d’être femme et noire en France, à tra­vers des cli­chés omni­pré­sents dans leur quo­ti­dien, des ques­tions gênantes et des remarques déso­bli­geantes dont elles sont régu­liè­re­ment les victimes.

 

En péné­trant dans leur uni­vers intime, la réa­li­sa­trice Amandine Gay a réussi à mon­trer, avec finesse et habi­lité, qu’il existe tou­jours des repré­sen­ta­tions biai­sées des femmes noires. Des femmes qui ne sup­portent plus les ques­tions embar­ras­santes : « Alors tu viens d’où ? » ou plus grave, « Ah bon ! Tu fais des études supé­rieures ? »

 

 

« Si tu es noire, tu dois toujours en faire deux fois plus »

 

 

Ces femmes qui témoignent tour à tour de leur jeu­nesse, de leur sco­la­rité, de leur tra­vail ou encore de leur sexua­lité n’ont rien en com­mun, hor­mis leur cou­leur de peau. Et pour­tant, leurs récits entre­croi­sés, étran­ge­ment simi­laires, montrent qu’elles par­tagent bel et bien le même combat.

 

« On veut l’oublier mais on nous ren­voie tou­jours à notre cou­leur de peau », raconte l’une d’entre elles. « Si tu es noire, tu dois tou­jours en faire deux fois plus », assure une autre.

 

Souvent, les sté­réo­types sont tel­le­ment ancrés dans les mœurs et les esprits qu’ils en deviennent quasi invi­sibles, s’accordent à dire ces femmes. « Je ne sup­porte pas que des incon­nus se per­mettent de tou­cher mes che­veux comme si j’étais une enfant. C’est mon inti­mité », explique ainsi une femme qui porte une coupe afro.

 

« Je ne suis jamais assez fran­çaise pour les Blancs. On me demande tou­jours d’où je viens, mais je suis fran­çaise ! On ne demande pas à un blanc son arbre généa­lo­gique ! », témoigne une jeune femme. Une autre encore évoque l’étonnement des gens quand elle annonce qu’elle est ingé­nieure phar­ma­ceu­tique. Beaucoup parlent aussi du regard des hommes blancs, insis­tants par­fois, curieux pour d’autres.

 

Ce film aborde cer­tains thèmes qui relèvent de l’intime, c’est ce qui fait sa force. De la dépres­sion jus­qu’à la sexua­lité, « il y a toutes sortes de pré­ju­gés sur les femmes noires. Il existe un fan­tasme mal­sain, un mythe sexuel autour de “la femme noire”. On est par­fois per­çues comme des sortes d’animaux sau­vages au lit ! », confie une jeune femme dans le docu­men­taire. « Une fois, un mec a demandé à un ami ce que ça fait d’avoir un rap­port sexuel avec une noire, comme si notre corps était dif­fé­rent de celui des blanches !», s’exclame une autre femme inter­viewée dans le film. Une forme de racisme qui ne dit pas son nom, notam­ment lié aux ves­tiges du colo­nia­lisme, estime la réa­li­sa­trice Amandine Gay.

 

 

Les actrices noires, réduites aux « rôles misérabilistes »

 

 

L’idée de ce film-docu­men­taire est né des propres frus­tra­tions de la réa­li­sa­trice, ancien­ne­ment comé­dienne. « En tant que femme noire, il m’é­tait très dif­fi­cile de jouer des rôles au théâtre clas­sique », explique-t-elle. « Les actrices noires se voient sou­vent attri­buer deux types de rôles misé­ra­bi­listes : ceux qui ont trait à l’immigration et à la délin­quance. On n’est pas choi­sies pour incar­ner un per­son­nage, mais pour incar­ner une per­sonne noire », poursuit-elle.

 

La réa­li­sa­trice Amandine Gay, lors de l’a­vant-pre­mière de son film « Ouvrir la Voix », au cinéma Le Club à Grenoble © Anaïs Mariotti

Dans la vie quo­ti­dienne, « des choses qui vont de soi pour un Blanc ne vont néces­sai­re­ment pas de soi pour un Noir », affirme la jeune réa­li­sa­trice. C’est pour­quoi, Amandine Gay défend l’idée d’un afro-fémi­nisme parmi d’autres types de fémi­nisme. Une femme blanche athée enga­gée pour la libé­ra­li­sa­tion de la femme n’aura pas néces­sai­re­ment le même com­bat fémi­niste qu’une femme voi­lée, de confes­sion musul­mane, explique-t-elle.

 

« Mon film s’adresse d’abord aux femmes noires qui se sont posé les mêmes ques­tions que moi dans la vie. Mais à la fin, ce film s’adresse jus­te­ment à toute la race humaine », pour­suit-elle.
i
Sur un ton très inti­miste, la réa­li­sa­trice par­vient à mon­trer au grand public les dis­cri­mi­na­tions invi­sibles. Invisibles, car le racisme est pré­sent par­tout, de manière plus ou moins sub­tile, dans la sphère privée.

 

 

Comment se sentirait un Blanc dans un milieu majoritairement noir ?

 

 

Pendant deux heures, les témoi­gnages sin­cères et poi­gnants de ces femmes s’en­chaînent sans aucune musique pour ensuite lais­ser place à la réflexion : com­ment se sen­ti­rait un Blanc dans un milieu majo­ri­tai­re­ment noir ? Aurait-il les mêmes appré­hen­sions, la même peur d’être jugé, le même sen­ti­ment d’être “dif­fé­rent” ?

 

« Je vou­lais don­ner la parole aux mino­ri­tés, à celles qui n’ont pas l’occasion de s’exprimer dans l’es­pace public », explique la réa­li­sa­trice. La sobriété de ce film auto-pro­duit, sans arti­fices, repo­sant exclu­si­ve­ment sur des témoi­gnages forts, n’en révèle pas moins la qua­lité artis­tique.  Un film simple mais puissant.

 

Anaïs Mariotti

i

i

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

AMa

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

marche des libertés à Grenoble contre les idées d'extrême droite
Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

REPORTAGE VIDÉO - Environ un millier de personnes ont participé à la Marche des libertés et "contre les idées d'extrême droite" ce samedi 12 juin Lire plus

Marche contre les violences policières ce samedi 4 juillet 2020 à Grenoble© Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Près de 300 manifestants ont marché contre les “violences policières” et le “racisme d’État” à Grenoble

  REPORTAGE VIDÉO - Près de 300 personnes ont manifesté "contre les violences policières" ce samedi 4 juillet 2020 à Grenoble. Une marche à l'initiative Lire plus

Rassemblement contre l'impunité et les violences policières. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Plusieurs centaines de personnes ont dénoncé à Grenoble le racisme, l’impunité et les violences policières

  FOCUS - Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant le palais de justice de Grenoble, ce mardi 9 juin vers 19 heures. Une Lire plus

Fresque de l'artiste Combo en hommage à George Floyd. DR
Hommage à Georges Floyd et violences policières : rassemblement ce mardi 9 juin à Grenoble

FLASH INFO - Tout au long de la dernière semaine, la France a connu une forte mobilisation en hommage à George Floyd mort asphyxié à Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Nouvelle édition du prix Journalisme et société du Club de la presse de Grenoble

  FIL INFO – Le Club de la presse de Grenoble lance la troisième édition de son prix Journalisme & société, récompensant les meilleurs reportages Lire plus

Plus de 150 personnes à Grenoble pour la marche blanche en hommage à Mamoudou Barry victime d’un meurtre raciste

  REPORTAGE VIDÉO - Plus de 150 personnes ont participé, ce dimanche 28 juillet, à une marche blanche en hommage à Mamoudou Barry, à l'initiative Lire plus

Flash Info

|

04/08

17h11

|

|

04/08

11h55

|

|

04/08

10h30

|

|

04/08

10h05

|

|

03/08

18h30

|

|

03/08

11h56

|

|

03/08

10h37

|

|

03/08

9h41

|

|

02/08

11h42

|

|

02/08

10h23

|

Les plus lus

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin