Gren’ de projets : Grenoble veut valoriser six édifices inscrits à son patrimoine immobilier

sep article

FOCUS – Le conseil municipal de rentrée de ce lundi 25 septembre a examiné, entre autres délibérations, celle concernant l’appel à projets de l’opération Gren’ de projets. Une opération concernant six bâtiments visant à valoriser une partie du patrimoine immobilier de la Ville de Grenoble. Tout autant qu’à faire redécouvrir certains édifices aux Grenoblois à travers de nouveaux usages.

 

 

Le conseil municipal de Grenoble a adopté la délibération sur l'opération Gren' de projets. Objectif : valoriser six bâtiments de son patrimoine immobilier.

Conseil municipal de la ville de Grenoble du 25 septembre 2017. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Pas moins de 110. Voici le nombre de délibérations sur lesquelles les conseillers municipaux de la Ville de Grenoble devaient se prononcer lors ce conseil municipal de rentrée, ce lundi 25 septembre.

 

Parmi celles-ci, figurait l’appel à projets concernant Gren’ de projets. Une opération lancée dans le cadre de la politique pluriannuelle d’optimisation patrimoniale de la Ville de Grenoble. L’objectif de la municipalité ? « Valoriser une partie de son patrimoine immobilier et faire redécouvrir certains bâtiments aux Grenoblois à travers de nouveaux usages. »

 

Un patrimoine dispersé sur près de 700 000 m et bien souvent sous-utilisé, voire tout simplement inutilisé. Une manière aussi de diminuer les dépenses de la Ville qui connaît des difficultés financières, notamment depuis la baisse des dotations de l’État.

 

 

Six bâtiments ouverts à l’appel à projets Gren’ de projets

 

 

Six bâtiments parmi les 600 inscrits au patrimoine municipal sont donc ouverts à l’appel à projets. L’ancien musée de peinture de la place de Verdun et la Grande orangerie, tous deux construits à la fin du XIXe siècle, le couvent des Minimes, le pavillon sud de la caserne de Bonne, la villa Clément et, enfin, la piscine Iris, sise au cœur du parc Verlhac.

 

Ces bâtiments n’ont d’ailleurs pas été choisis au hasard. C’est principalement leur diversité architecturale, environnementale et fonctionnelle qui doit – du moins la municipalité le souhaite-t-elle –,  permettre « de faire éclore des projets variés, attractifs et réalisables à court terme ».

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2821 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. je ne connais pas les détails du projets.
    Arrêtons de râler et félicitons que nos bâtiment vivent plutôt qu’ils tombent en ruine et nous coutent.
    GAM devrait voyager, le rapports aux bâtiment / histoire est particulier en France: nous « vitrifions » . Ailleurs les bâtiments vivent. Sans parler d »un club techno à l’Orangerie (puis de nuisance ce voisinage ici) un café, une buvette ou autre sur le site de la caserne de bonne est largement acceptable. A suivre en tout cas.
    Et sur le clientélisme politique, et tutti quanti dont parle GAM, j’ai beaucoup à dire sur la gestion de la métro et des anciens maires etc…, si GAM a connaissance de faits, qu’il agisse et dénonce.
    Arrêtons de râler des que quelque chose se passe! cette ville a vraiment besoin de changer d’air!

    sep article
  2. Non, Grenoble ne veut pas valoriser ces 6 bâtiments. Grenoble veut juste les monétiser et nous avions déjà tiré sur la sonnette d’alarme, car là on va encore voir les copains, favoritisme, subventions, « deal globaux » etc…
    Soit on vend, soit on conserve et on trouve des utilisations.
    Ceci est encore une opération de privatisation rampante du patrimoine municipal qui appartient à tous les grenoblois à des fins de clientélisme politique.

    sep article
    • « Soit on vend, soit on conserve et on trouve des utilisations. »
      Justement, la ville ne veut pas vendre mais valoriser les bâtiments.
      Cf http://www.grendeprojets.ovh/
      Objectifs :
      • concilier innovation et valorisation patrimoniale, en se projetant dans la ville de demain.
      • répondre à de nouveaux usages et services attendus par les grenoblois.
      • faire émerger des modes de gestion autonomes capables d’assurer la viabilité et la pérennité des projets.
      • favoriser le respect de l’environnement et l’économie des ressources.

      sep article