Les quatre opérateurs de téléphonie mobile attaquent le Plan local d’urbanisme de la Ville de Grenoble

sep article



EN BREF – Bouygues Telecom, Free mobile, SFR et Orange attaquent ensemble le Plan local d’urbanisme de la Ville de Grenoble. Les opérateurs n’acceptent pas que la collectivité leur impose où installer, et où ne pas installer, leurs antennes-relais depuis fin 2014. Quand bien même la motivation de la Ville est de protéger les personnes sensibles des ondes électromagnétiques…

 

 

Les quatre opérateurs de téléphonie mobile attaquent le Plan local d'urbanisme de la Ville de Grenoble

Antenne relais. DR

Les quatre opé­ra­teurs, par ailleurs concur­rents, font front com­mun contre la Ville de Grenoble. Bouygues Telecom, Free mobile, SFR et Orange attaquent ensemble son Plan local d’ur­ba­nisme. Leur objec­tif ? Remettre en cause les limi­ta­tions qui leur sont impo­sées depuis fin 2014 par la col­lec­ti­vité concer­nant l’ins­tal­la­tion de leurs antennes-relais.

 

En décembre 2014, alors que le déploie­ment de la 4G bat­tait son plein, la majo­rité conduite par Eric Piolle, maire EELV de Grenoble a en effet sou­haité modi­fier son Plan local d’ur­ba­nisme (PLU) en révi­sant notam­ment le cha­pitre concer­nant la « pro­tec­tion des équi­pe­ments sen­sibles des fais­ceaux des antennes de télé­pho­nie mobile ». Avec comme fina­lité d’empêcher toute ins­tal­la­tion de nou­velle antenne-relais à moins de 100 mètres d’é­qui­pe­ments sen­sibles, type crèches, écoles ou éta­blis­se­ments de per­sonnes âgées.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
3273 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Nous aurons le droit de les atta­quer en retour, si jamais leurs ondes magné­tiques sont clas­sées can­cé­ri­gènes lorsque la recherche aura assez tra­vaillé sur le sujet. En atten­dant, voilà que le fric à court terme motive des concur­rents à détruire des mesures pré­ven­tives de bon sens, qui ne nuisent pas à la cou­ver­ture réseau mais seule­ment aux divi­dendes de ces 4 mas­to­dontes du capi­ta­lisme fran­çais.

    sep article
  2. J’espère que les opé­ra­teurs de télé­pho­nie unis rien que pour la façade vont perdre. Eux pré­fèrent le fric à la santé des habi­tants.

    sep article