Coach voilée de l’AS Surieux : l’opposition interpelle le maire d’Échirolles, le club réplique

sep article



FOCUS – Suite au forfait déposé par l’association sportive Surieux Échirolles, qualifiée pour une finale, pour cause d’interdiction de stade de sa coach voilée, la conseillère municipale d’opposition échirolloise Magalie Vicente a adressé une lettre au maire d’Échirolles. Elle y demande en substance le renvoi de l’entraîneuse de l’équipe, ainsi que la démission du président du club.

 

 

 

« Le com­mu­nau­ta­risme n’a pas sa place dans le sport ». Magalie Vicente, pré­si­dente du groupe d’op­po­si­tion muni­ci­pal Échirolles pour la vie, inter­pelle dans un cour­rier daté du 6 mai le maire d’Échirolles Renzo Sulli. Motif de sa colère ? Le for­fait déclaré par l’é­quipe fémi­nine de l’AS Surieux, qua­li­fiée pour la finale du Festival foot U13 Pitch.

 

La Ligue Auvergne-Rhône-Alpes de foot­ball a en effet privé la coach de l’é­quipe de finale. La cause ? Essia Aouini, jeune femme de 19 ans en ser­vice civique, porte le voile. Le pré­sident de la Ligue Bernard Barbet estime que cela contre­vient au règle­ment inter­di­sant le port de tout signe reli­gieux osten­ta­toire. Refusant de jouer sans sa coach, le club a pré­féré jeter l’é­ponge le samedi 6 mai.

 

L'équipe féminine de l'AS Surieux et sa coach. Photo extraite du compte Facebook de Magalie Vicente

L’équipe fémi­nine de l’AS Surieux et sa coach. Photo extraite du compte Facebook de Magalie Vicente

 

 

Dans son cour­rier, Magalie Vicente, éga­le­ment can­di­date Les Républicains aux légis­la­tives dans la deuxième cir­cons­crip­tion de l’Isère, rend le pré­sident du club Amar Benguedouar per­son­nel­le­ment res­pon­sable de la situa­tion. Pour la conseillère d’op­po­si­tion, le for­fait a été « décrété par le pré­sident du club AS Surieux, conseiller muni­ci­pal de votre majo­rité ». Amar Benguedouar est en effet conseiller muni­ci­pal d’Échirolles, délé­gué au Développement des pra­tiques spor­tives.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
3674 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Dire que les femmes et les filles des ouvriers qui venaient tra­vailler en France dans les années 60/70 se bat­taient contre leur famille pour ne pas por­ter de voile ! Les filles d’au­jourd’­hui, enfin cer­taines se croyant plus musul­manes que les autres, se battent pour le por­ter ! aucun res­pect des batailles pas­sées, aucun res­pect des règles. C’est fort dom­mage pour toutes ces jeunes qui avaient cer­tai­ne­ment tout donné pour être en finale et qui s’en trouvent pri­vées parce que cer­tains font pas­ser la reli­gion avant le sport. L’AS Surieux est donc un club reli­gieux ? reçoit-il des sub­ven­tions muni­ci­pales ? Comment se fait-il qu’il ait embau­ché une jeune ser­vice civique voi­lée ? l’as­so­cia­tion où je suis béné­vole en a refusé une, parce que le voile est incom­pa­tible avec les per­sonnes de toutes les reli­gions que nous rece­vons.
    Je n’ap­pré­cie pas le ton de l’op­po­si­tion : il ne s’a­git pas de « com­mu­nau­ta­risme » mais du res­pect de la laï­cité dans les orga­ni­sa­tions qui le demandent dans leur règle­ment.

    sep article
  2. Voilà une fois de plus une his­toire de pur clien­té­lisme reli­gieux.

    Cette jeune porte le voile au quo­ti­dien, c’est son droit le plus absolu.
    Le règle­ment de la ligue inter­dit qu’elle coache avec son voile.
    Elle est donc confron­tée à un choix per­son­nel -(la France est laïque et la reli­gion est un fait per­son­nel et privé): soit pri­vi­lé­gier son sport et reti­rer son voile pen­dant 9 minutes, soit pri­vi­lé­gier sa croyance et ne pas coa­cher.

    Ce n’est pas en deman­dant une excep­tion qu’on peut faire chan­ger une règle mais en deman­dant à ce que la règle soit débat­tue. Mais tant que la règles est en vigueur, on la res­pecte.

    Cette affaire en pleine cam­pagne pré­si­den­tielle et main­te­nant légis­la­tive sent mau­vais. De tous les côtés.

    sep article