Rencontre mon­tagne par­ta­gée : “Le droit aux loi­sirs n’est pas réservé à une élite”

Rencontre mon­tagne par­ta­gée : “Le droit aux loi­sirs n’est pas réservé à une élite”

TROIS QUESTIONS À – Hugues Chardonnet, méde­cin et guide de haute mon­tagne, est le fon­da­teur de l’as­so­cia­tion brian­çon­naise 82 – 4000 Solidaires. Sa mis­sion : « par­ta­ger un rêve » en per­met­tant à des per­sonnes issues de milieux défa­vo­ri­sés de décou­vrir la mon­tagne et l’al­pi­nisme. Le samedi 5 novembre à Meylan, l’as­so­cia­tion orga­ni­sait une Rencontre Montagne par­ta­gée. L’occasion notam­ment de décou­vrir les par­te­naires du pro­jet et les témoi­gnages des per­sonnes accompagnées.

Place Gre’net : Comment, et pour­quoi, est née l’as­so­cia­tion 82 – 4000 Solidaires ? 

Hugues Chardonnet : Lorsque j’ai com­mencé à tra­vailler comme guide, il m’est rapi­de­ment apparu comme une évi­dence que le milieu de la haute mon­tagne et de l’al­pi­nisme est un milieu très réservé, d’une part à des gens qui ont la culture de la mon­tagne, et d’autre part à des per­sonnes ayant une cer­taine aisance sur le plan économique.

Comme par ailleurs j’é­tais un peu pré­sent dans le mou­ve­ment ATD Quart Monde, je me suis dit que nous allions par­ta­ger notre rêve, notre pas­sion, avec des per­sonnes qui n’au­raient autre­ment aucune chance de décou­vrir la haute montagne.

Hugues Chardonnet, fondateur de 82-4000 Solidaires © 82-4000 Solidaire

Hugues Chardonnet, fon­da­teur de 82 – 4000 Solidaires. © 82 – 4000 Solidaires

L’alpinisme n’est pas un sport : c’est une culture. La mon­tagne fait par­tie de ce qui nous est offert comme milieu natu­rel, auquel on peut accé­der même si l’on n’est pas spor­tif. Mais pour y accé­der il faut qu’il y ait une ren­contre, il faut que quel­qu’un la fasse décou­vrir, et com­prendre qu’elle n’est pas réser­vée à une espèce d’é­lite. Ou à des illuminés !

Le prin­cipe fon­da­men­tal, c’est de dire à la société d’au­jourd’­hui, par notre petite expé­rience, à quel point le droit aux loi­sirs est un droit fon­da­men­tal de toute per­sonne, qu’il est de l’ordre de la dignité, et qu’il faut tra­vailler des­sus, en par­ti­cu­lier auprès des per­sonnes en situa­tion de pauvreté.

Comment sont sélec­tion­nées les per­sonnes par­ti­ci­pant aux stages en mon­tagne, et qu’est-ce que cette expé­rience leur apporte ?

Nous pas­sons par des struc­tures sociales, asso­cia­tives ou ter­ri­to­riales qui ont un contact avec des per­sonnes en situa­tion de dif­fi­cul­tés sociales ou en cours de recons­truc­tion, au sens très large du terme. Nous sommes ainsi, par exemple, entrés en contact avec ATD Quart Monde, Les Apprentis d’Auteuil, Le Refuge, ou encore les ser­vices sociaux de telle ou telle com­mune, pour leur faire cette pro­po­si­tion de per­mettre à des per­sonnes de décou­vrir l’alpinisme.

C’est très impor­tant qu’il y ait une struc­ture inter­mé­diaire entre nous et les per­sonnes : d’une part, c’est elle qui a per­mis le contact, et d’autre part c’est elle qui va per­mettre un suivi de ce qui aura été vécu. Cela nous aide aussi sur le ter­rain : les membres des struc­tures connaissent très bien les per­sonnes accom­pa­gnées, quand pour notre part nous avons une semaine, ce qui est très court, pour les découvrir !

Le Refuge, association partenaire, était également présent à la Rencontre Montagne Partagée © 82-4000 Solidaire

Le Refuge, asso­cia­tion par­te­naire, était éga­le­ment pré­sent à la Rencontre Montagne par­ta­gée. © 82 – 4000 Solidaires

Toutes les per­sonnes témoignent de com­bien le fait d’a­voir fait de l’al­pi­nisme a entraîné un déclic, une prise de conscience de ce qu’ils sont, de leurs capa­ci­tés per­son­nelles, de ce qu’ils peuvent entre­prendre et réus­sir. On sait que le résul­tat est là. Mais notre idée de base, encore une fois, c’est de par­ta­ger un rêve, et d’emmener en mon­tagne des per­sonnes qui en ont envie. L’objectif n’est pas de “réédu­quer”, mais de vivre ensemble des pro­jets de loisirs.

Pourquoi avoir orga­nisé cette Rencontre Montagne par­ta­gée le samedi 5 novembre, et pour­quoi dans l’ag­glo­mé­ra­tion de Grenoble, plus pré­ci­sé­ment au Centre théo­lo­gique de Meylan ?

Notre asso­cia­tion a un objec­tif très simple : orga­ni­ser des stages d’al­pi­nisme pour des per­sonnes en dif­fi­cul­tés. Mais la deuxième par­tie de notre action, c’est de faire pro­fi­ter la société de l’ex­pé­rience très forte que nous vivons, pour nous aider mutuel­le­ment à créer une société meilleure, et dire que le loi­sir est un droit fon­da­men­tal pour tous. Chaque année, nous nous atta­chons donc à être pré­sents dans des lieux où dire cette réalité.

Cette année, nous avons eu l’in­tui­tion qu’il fal­lait faire quelque chose de plus concen­tré, que nous soyons moteurs de ce lieu de débat et de ren­contres. Nous nous sommes mis en lien avec l’as­so­cia­tion Rando-Autrement, qui pro­pose des sor­ties spi­ri­tuelles en mon­tagne autour de Grenoble, et nous avons monté ensemble ce pro­jet de rencontres.

La rencontre avait lieu au Centre Théologique de Meylan © 82-4000 Solidaire

La ren­contre avait lieu au Centre théo­lo­gique de Meylan. © 82 – 4000 Solidaires

Pourquoi Grenoble ? Parce que c’est un centre de la mon­tagne, facile d’ac­cès aussi bien depuis Marseille ou Paris, et c’est en même temps un impor­tant bas­sin d’u­ti­li­sa­teurs de l’en­vi­ron­ne­ment montagne.

Enfin, la dimen­sion spi­ri­tuelle est très ancrée dans mon par­cours per­son­nel [Hugues Chardonnet a été ordonné diacre per­ma­nent en 2006, ndlr]. On retrouve dans la décou­verte de la haute mon­tagne cette sym­bo­lique du som­met : chaque vie a une dimen­sion ver­ti­cale de trans­cen­dance, d’é­lé­va­tion vers quelque chose de l’ordre du déve­lop­pe­ment de la per­sonne humaine, dans ce qu’elle a de plus beau. C’est pour­quoi je suis heu­reux que nous ayons pu faire cela dans un lieu de réflexion spi­ri­tuelle, qui ne soit ni fermé ni prosélyte !

Propos recueillis par Florent Mathieu

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Une militante du groupe grenoblois d'Extinction Rebellion en train d'enduire de « faux pétrole » un distributeurs de billets de la banque BNP Paribas. © Extinction Rebellion
Grenoble : action choc de mili­tants d’Extinction Rebellion contre la BNP, accu­sée de « greenwashing »

FOCUS - Des militants grenoblois d'Extinction Rebellion ont dégradé quatre distributeurs de billets de la BNP Paribas dans la nuit du 6 au 7 février Lire plus

Nouvelle labellisation Grand Insep, dédiée à la performance sportive de haut niveau, pour le campus de la Brunerie de Voiron
Nouvelle label­li­sa­tion Grand Insep, dédiée à la per­for­mance spor­tive de haut niveau, pour le cam­pus de la Brunerie de Voiron

FLASH INFO - Le campus de la Brunerie de Voiron a vu son label Grand Insep renouvelé vendredi 27 janvier 2023, à l'occasion d'une cérémonie Lire plus

Le Mois décolonial de retour à Grenoble pour sa troisième édition, du 4 mars au 8 avril 2023
Le Mois déco­lo­nial de retour à Grenoble pour sa troi­sième édi­tion, du 4 mars au 8 avril 2023

FOCUS - La troisième édition du Mois décolonial se tient à Grenoble du 4 mars au 8 avril 2023, avec une quarantaine d’événements. La Ville Lire plus

Entre 11 500 et 27 000 manifestants se sont mobilisés contre la réforme des retraites le 7 février 2023 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Manifestation du 7 février contre la réforme des retraites : mobi­li­sa­tion tou­jours sou­te­nue mais en baisse à Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Entre 11 500 et 27 000 manifestants ont défilé à Grenoble, mardi 7 février 2023, pour la troisième grande journée de mobilisation contre Lire plus

GHM de Grenoble : la Métropole vote un vœu au gou­ver­ne­ment, à l’ARS et aux mutuelles sur fond de chan­ge­ment de direction

FOCUS - Le conseil métropolitain a adopté à l'unanimité, vendredi 3 février 2023, un vœu sur le Groupe hospitalier mutualiste de Grenoble (GHM). Celui-ci fait Lire plus

Pourras-tu changer la photo stp ? Il y en dans la bib dont une avec une banderole sur la mixité.
Découverte de tags racistes, anti­sé­mites et homo­phobes au col­lège Aimé-Césaire de Grenoble

FLASH INFO - Des tags racistes, antisémites et homophobes ont été découverts au collège Aimé-Césaire de Grenoble, comme l'indique la Direction départementale de la sécurité Lire plus

Flash Info

|

08/02

18h42

|

|

08/02

15h37

|

|

07/02

18h55

|

|

07/02

11h46

|

|

07/02

10h52

|

|

07/02

9h50

|

|

06/02

18h52

|

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Flash info| Explosion pos­si­ble­ment d’o­ri­gine cri­mi­nelle dans une épi­ce­rie ita­lienne de Grenoble dans la nuit du 29 au 30 jan­vier 2023

Abonnement| Réforme des retraites : blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat Uni réagit, les blo­queurs répliquent

Agenda

Je partage !