Culture pour tous : l’association grenobloise Solexine près de jeter l’éponge

sep article

EN BREF – L’association Solexine, installée dans la pépinière Cemoi du quartier Bouchayer-Viallet, entre dans une zone de turbulences. La structure qui prône l’accès de la pratique culturelle pour tous, à prix symbolique, se voit dans l’obligation de distinguer ses publics. Sinon ? Le Conseil départemental de l’Isère ne lui accordera plus sa subvention. La goutte d’eau qui fait déborder le vase après plusieurs baisses de subventions…

 

 

 

L’association Solexine a mis un coup d’ar­rêt à son acti­vité depuis sep­tembre. Un arrêt pro­vi­soire ? Difficile de répondre… Toujours est-il que l’association – dont la voca­tion est d’ai­der toute per­sonne sans dis­tinc­tion, à reprendre confiance en elle, grâce à des ate­liers de pra­tiques artis­tiques à prix modique – ne peut plus payer ses inter­ve­nants. Motif de l’in­ter­rup­tion des pro­grammes ? De sérieuses coupes dans les sub­ven­tions accor­dées pour 2016.

 

associationsolexine8006insertionparlaculturecreditdr

L’association Solexine orga­nise la céré­mo­nie des Solex d’Or depuis trois ans. Qu’en sera-t-il en 2017 ?

 

Mais le pro­blème n’est pas que finan­cier… Le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère demande à Solexine de modi­fier son mode de fonc­tion­ne­ment. Le Département sou­hai­te­rait que, désor­mais, l’as­so­cia­tion pri­vi­lé­gie les publics pres­crits par un tra­vailleur social. C’est à cette condi­tion qu’il main­tien­dra sa sub­ven­tion… qui pas­sera quoi qu’il en soit, de 40 000 à 30 000 euros en 2016.

 

En outre, les per­sonnes “pres­crites” et “envoyées” à Solexine devront s’en­ga­ger pour une durée pré­cise. Autre chan­ge­ment : un bilan sera effec­tué à l’is­sue de leur pas­sage par l’as­so­cia­tion. « Pour l’heure, nous avons un peu de mal à mesu­rer les impacts de cette déci­sion », recon­naît Pierre Roy, l’un des deux sala­riés de Solexine. Mais celui-ci y voit néan­moins un coup porté à l’es­sence même de l’as­so­cia­tion, atta­chée aux prin­cipes de libre-cir­cu­la­tion des per­sonnes et d’adhé­sion sans dis­cri­mi­na­tion sociale.

 

 

 

« Ce que nous proposons n’a pas d’équivalent en Isère »

 

 

associationsolexine8insertionparlaculturecreditdr

Les œuvres des adhé­rents de Solexine s’ex­posent régu­liè­re­ment. DR

« Tous les jours, des adhé­rents viennent nous voir… Certains sont déses­pé­rés. Ils ont besoin de cette res­pi­ra­tion pour reprendre pied, pour se recons­truire. Ce que nous pro­po­sons n’a pas d’é­qui­valent en Isère », affirme Pierre Roy.

 

Depuis bien­tôt vingt ans, Solexine pro­pose des ate­liers artis­tiques, à prix modiques (1,50 euro), acces­sibles à tous. Une cen­taine d’adhé­rents, de tous âges, fré­quentent chaque année la struc­ture ins­tal­lée à Cémoi.

 

Les pro­fils des per­sonnes sont variés : retrai­tés, étu­diants, tra­vailleurs à temps par­tiel, pré­caires, per­sonnes souf­frant de mala­dies psy­chiques… Cette mixité pro­fite à tous. « Nous ne deman­dons ni les reve­nus des gens qui viennent vers nous, ni leur sta­tut social ».

 

 

 

« Changer notre projet ou arrêter »

 

 

Le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère, pour des rai­sons d’ef­fi­ca­cité bud­gé­taire, ne veut plus sub­ven­tion­ner Solexine, les yeux fer­més. Et veut savoir pré­ci­sé­ment où part son argent, et s’il est pro­fi­table aux béné­fi­ciaires. D’où les nou­velles règles impo­sées à l’association.

 

uneassociationsolexineinsertionparlaculturecreditdr_opt-1

Une réa­li­sa­tion des adhé­rents de l’as­so­cia­tion Solexine. DR

Fini donc « cette liberté d’al­ler et venir, de ces­ser puis de reprendre les ate­liers, à son rythme, selon son acti­vité, etc., chère à Pierre Roy. Cette déci­sion nous conduit à devoir chan­ger notre pro­jet, ou à arrê­ter Solexine. » Décision qui ne peut être prise à la légère. Aussi, avant de se pro­non­cer, le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion va s’at­te­ler à consul­ter lar­ge­ment son réseau de par­te­naires.

 

 

Séverine Cattiaux

 

 

 

Baisses de sub­ven­tions mais locaux à dis­po­si­tion

Atelier sculpture, association Solexine.DR

Atelier sculp­ture, asso­cia­tion Solexine. DR

 

Depuis sep­tembre, l’as­so­cia­tion Solexine a pré­féré ces­ser son acti­vité plu­tôt que de ne plus être en mesure de rému­né­rer sa dizaine d’intervenants et d’ar­tistes. Si le coup de grâce a été porté par le conseil dépar­te­men­tal de l’Isère, la Région Auvergne-Rhône Alpes et la Métro avaient déjà décidé de bais­ser leurs sub­ven­tions. Déjà en 2015, la Région avait réduit son aide de 45 %. Quant à la Métropole gre­no­bloise, elle a réduit sa sub­ven­tion de 50 % en trois ans.

 

Néanmoins, la Métro – qui a récu­péré la com­pé­tence Économie de la Ville de Grenoble et par consé­quent la ges­tion du bâti­ment Cémoi – a décidé de main­te­nir la gra­tuité des locaux pour Solexine. La Ville de Grenoble et le CCAS accordent, par ailleurs, une sub­ven­tion à Solexine.

 

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
5502 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.