René Martin, directeur artistique de la Folle Journée lors de la présentation à la presse de la Folle Nuit Mozart, au Musée de Grenoble © Gaelle Sonnier - Musée en Musique

La Folle nuit Mozart : une première à Grenoble !

La Folle nuit Mozart : une première à Grenoble !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le Musée de Grenoble accueillera, le samedi 10 janvier, la Folle nuit Mozart. Conçue par Musée en musique dans l’esprit de la Folle journée de Nantes, cette première édition permettra à un large public de découvrir, à travers les œuvres du compositeur autrichien, les artistes actuels de la musique classique.

 

 

René Martin, directeur artistique de la Folle Journée lors de la présentation à la presse de la Folle Nuit Mozart, au Musée de Grenoble © Gaelle Sonnier - Musée en Musique

René Martin, direc­teur artis­tique de la Folle jour­née, lors de la pré­sen­ta­tion à la presse de la Folle nuit Mozart, au Musée de Grenoble. © Gaëlle Sonnier – Musée en Musique

Après Nîmes et Marseille, la Folle nuit s’installe à Grenoble. Créé dans l’esprit de la Folle jour­née de Nantes par René Martin, qui en est le direc­teur artis­tique, cet évé­ne­ment rem­porte déjà un franc suc­cès à tra­vers le monde. Il inves­tira, le 10 jan­vier pro­chain, l’auditorium du Musée de Grenoble.

 

Bien qu’exportée dans dif­fé­rents pays et villes de France, l’idée de cette mani­fes­ta­tion reste inchan­gée. A savoir, faire décou­vrir au grand public la musique clas­sique d’hier et d’aujourd’hui, à tra­vers une série de concerts, et ainsi lever les bar­rières existantes.

 

« Nous avons révo­lu­tionné et décloi­sonné ce milieu clas­sique au sens musi­cal du terme » estime René Martin. « Dans un concert, vous ne pou­vez pas sor­tir de la salle, même si le spec­tacle ne vous plaît pas. L’idée de la Folle jour­née de Nantes est de pou­voir cir­cu­ler comme dans un musée, d’un concert à un autre » ajoute-t-il. Et le pari semble réussi puisque le fes­ti­val fêtera en 2015 ses vingt ans d’existence.

 

 

Claire Désert et Emmanuel Strosser, deux pianistes, invités d'honneur de la Folle Nuit Mozart, le 10 janvier prochain, au Musée de Grenoble. © Lyodoh Kaneko

Claire Désert et Emmanuel Strosser, deux pia­nistes invi­tés d’hon­neur de la Folle nuit Mozart, qui se tien­dra le 10 jan­vier pro­chain au Musée de Grenoble. © Lyodoh Kaneko

 

 

Un hommage à Mozart

 

 

A l’approche de cette date anni­ver­saire, Grenoble a décidé de se lan­cer dans l’aventure. Et pour l’oc­ca­sion, Musée en Musique, orga­ni­sa­teur du fes­ti­val, a choisi de rendre hom­mage à Mozart, comme ce fut le cas pour la toute pre­mière édi­tion de la Folle jour­née de Nantes, en 1995.

 

Six « concerts de grande qua­lité », selon Guy Tosatto, direc­teur du musée, seront ainsi pro­po­sés ce jour-là dans l’auditorium avec, en tête d’affiche, deux pia­nistes de haut-vol : Claire Désert et Emmanuel Strosser. De jeunes pro­diges vien­dront com­plé­ter ce tableau et feront revivre à leur tour, les œuvres de l’un des plus grands com­po­si­teurs de la musique classique.

 

 

Place à la jeune génération de musiciens

 

 

Deux élèves de la classe de chant et d'accompagnement du Conservatoire de Grenoble, interprétant une scène des Noces de Figaro, qui sera jouée dans le cadre de la Folle Nuit Mozart © Gaelle Sonnier - Musée en Musique

Deux élèves de la classe de chant et d’ac­com­pa­gne­ment du Conservatoire de Grenoble inter­pré­tant une scène des Noces de Figaro, qui sera jouée dans le cadre de la Folle nuit Mozart. © Gaëlle Sonnier – Musée en Musique

« Dès la créa­tion de la Folle jour­née de Nantes, nous avons sou­haité ras­sem­bler tous les artistes et ainsi évi­ter qu’il n’y ait un fes­ti­val in et off, comme c’est le cas en Avignon. Nous avons donc créé la Folle jour­née Camerata, qui est un ensemble musi­cal ras­sem­blant de jeunes musi­ciens sélec­tion­nés dans les grandes ins­ti­tu­tions musi­cales euro­péennes » explique René Martin.

 

Composé de quatre à douze musi­ciens, cet ensemble de chambre se pro­duit dans de pres­ti­gieux endroits, comme le Festival inter­na­tio­nal de piano de la Roque d’Anthéron, orga­nisé chaque année depuis 1980 aux mois de juillet et août. Pour la pre­mière fois, cinq d’entre eux joue­ront ainsi dans l’auditorium du musée au mois de janvier.

 

« Dès la créa­tion de la Folle jour­née de Nantes, nous avons sou­haité ras­sem­bler tous lesDe leur côté, les élèves des classes de chant et d’accompagnement du Conservatoire de Grenoble pro­po­se­ront au public de redé­cou­vrir, sous la forme de feuille­ton, Les Noces de Figaro, l’un des opé­ras les plus connus de Mozart.

 

« Il a com­posé des musiques d’une grande élé­gance et des airs tous aussi beaux les uns que les autres » estime René Martin. Les jeunes artistes, accom­pa­gnés au piano par Laurence Garcin et Nicolas Martin-Vizcaino, se pro­dui­ront ainsi entre chaque concert, dans le patio du musée.

 

Pour cette pre­mière édi­tion, la capi­tale des Alpes espère atti­rer plu­sieurs mil­liers de spec­ta­teurs, comme ce fut le cas la pre­mière année à Marseille.

 

 

Maïlys Medjadj

 

 

 

Infos pratiques

 

La Folle nuit Mozart aura lieu le samedi 10 jan­vier 2015, de 11 heures à 23 heures, à l’auditorium du Musée de Grenoble.

 

Réservation conseillée.

 

Tarifs par concert : 15 euros ; adhé­rents 12 euros ; tarif réduit et “clé” 8 euros.

 

Plus d’informations et réser­va­tions sur le site de Musée en musique et auprès des partenaires.

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

MM

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Visite au Musée de Grenoble organisée par le Secours populaire. Crédit photo : Frédéric Fleuri.
Après-midi découverte au musée de Grenoble pour les personnes aidées par le Secours populaire

EN BREF - Ce samedi 2 juin, le Secours populaire isérois emmène au Musée de Grenoble près de deux cents personnes en situation de précarité, Lire plus

© Musée en musique
Après Mozart et Schubert, La Folle Nuit Beethoven investit le musée de Grenoble

FOCUS - Après les Folles Nuit Mozart en 2015 et Schubert en 2016, c'est sur deux jours que se déroule cette année, du 10 au Lire plus

Ce 4 février a été inaugurée l'exposition des croquis de dessinateurs organisée par le musée de l'Ancien évêché sur son mur d'enceinte, rue Très-Cloîtres.
Les dessinateurs de rue à la Une sur le mur d’enceinte de l’Ancien évêché

REPORTAGE VIDÉO - Jean-Pierre Barbier, le président du département de l'Isère, et Éric Piolle, le maire de Grenoble, ont inauguré, ce samedi 4 février, la Lire plus

Elévage ferme cochet, GAEC du Thicaud - Adabel
Flâneries de fin d’été sur les balcons de Belledonne

SÉRIE ÉTÉ - Que diriez-vous d'une petite virée dans le massif de Belledonne, pour cette dernière de notre série été ? Bordée au sud par Lire plus

Dix parcours sont prévus à l'occasion de cette traversée nocturne de l'agglomération grenobloise. DR
L’agglo à la loupe le temps d’une traversée nocturne

Grenoble Alpes Métropole s'apprête à organiser une longue traversée nocturne dans la nuit du 13 au 14 novembre prochain. Elle réunira, le temps d'une nuit, Lire plus

Groupe de maquisards à Engins. © MRDI
Vercors 40/44 : tout sur le maquis

ENTRETIEN - Soixante dix ans après les combats du Vercors, le Musée de la résistance et de la déportation de Grenoble propose jusqu’au 13 octobre Lire plus

SDH - Le futur compte sur nous

Flash Info

|

16/10

22h21

|

|

16/10

14h42

|

|

16/10

7h48

|

|

15/10

23h27

|

|

15/10

10h12

|

|

15/10

9h14

|

|

14/10

12h03

|

|

13/10

22h57

|

|

13/10

16h18

|

|

13/10

15h31

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin