Hubert Reeves - Soirée annuelle de la fondation Grenoble INP - © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Hubert Reeves : “l’as­tro­no­mie, le passé ; l’é­co­lo­gie, l’avenir”

Hubert Reeves : “l’as­tro­no­mie, le passé ; l’é­co­lo­gie, l’avenir”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Ce jeudi 11 décembre, le musée de Grenoble accueillait la troi­sième soi­rée annuelle de la fon­da­tion par­te­na­riale Grenoble INP. L’occasion de faire un bilan et d’en pré­sen­ter les dif­fé­rentes mis­sions à la cen­taine d’in­vi­tés pré­sents. Une soi­rée mar­quée par la confé­rence d’un invité pres­ti­gieux, l’as­tro­phy­si­cien Hubert Reeves.

Hubert Reeves - Soirée annuelle de la fondation Grenoble INP - © Joël Kermabon - Place Gre'net

Hubert Reeves – Soirée annuelle de la fon­da­tion Grenoble INP – © Joël Kermabon – Place Gre’net

Une heure durant, Hubert Reeves, pré­sident de l’association Humanité et Biodiversité a exposé, d’une voix douce et posée, les rai­sons qui ont conduit l’Homme à deve­nir son propre pré­da­teur. Un voyage clair, sai­sis­sant, pas­sion­nant mais aussi quelque peu inquié­tant de la nais­sance de l’u­ni­vers à l’é­co­lo­gie. L’astrophysicien a notam­ment décrit l’en­chaî­ne­ment des causes débou­chant sur l’é­mer­gence d’une « crise éco­lo­gique qui menace l’es­pèce humaine ».

Un ave­nir incertain

SérieFondationINP-9

Hubert Reeves – Soirée annuelle de la fon­da­tion Grenoble INP – © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Il y a une belle his­toire, qui dure depuis très long­temps, et une moins belle his­toire » raconte Hubert Reeves. Entendez par « belle his­toire » ce qui a com­mencé il y a 14 mil­liards d’an­nées depuis le Big Bang jus­qu’à l’a­bou­tis­se­ment de la com­plexité cos­mique dont l’Homme est le résultat.

La « moins belle his­toire », ce sont les bles­sures graves infli­gées à notre pla­nète notam­ment le déboi­se­ment, le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, la pol­lu­tion, tous dus à l’homme et condui­sant iné­luc­ta­ble­ment à la « crise de l’en­vi­ron­ne­ment ». En ces termes, Hubert Reeves pose la ques­tion d’un ave­nir très incer­tain que l’hu­ma­nité doit apprendre à gérer pour ne pas dis­pa­raître. « L’astronomie, le passé ; l’é­co­lo­gie l’a­ve­nir » résu­mera l’homme de sciences.

Deux décou­vertes fondamentales

SérieFondationINP-10

Hubert Reeves – Soirée annuelle de la fon­da­tion Grenoble INP – © Joël Kermabon – Place Gre’net

Et de pour­suivre le fil de sa réflexion pour reve­nir en 1925, année où Edwin Hubble a fait deux décou­vertes fon­da­men­tales : celle de l’in­fi­ni­tude et sur­tout celle de l’ex­pan­sion de l’u­ni­vers. « S’il est en expan­sion c’est qu’il pos­sède une his­toire. Notre uni­vers a donc un passé et un ave­nir » affirme le scien­ti­fique. Assertion nou­velle qui a mis à mal, à l’é­poque, la pen­sée domi­nante qui, depuis Aristote, vou­lait que l’u­ni­vers ait tou­jours existé et exis­te­rait toujours.

« A par­tir de cette décou­verte, si l’u­ni­vers a une his­toire, les scien­ti­fiques doivent deve­nir des his­to­riens dont la tâche va consis­ter à recons­ti­tuer son passé et à pré­voir son ave­nir » sou­ligne le confé­ren­cier. Et celui-ci d’en­chaî­ner avec force détails, sur une autre décou­verte majeure pour notre com­pré­hen­sion de l’é­tat du cos­mos : la détec­tion du bruit de fond de l’u­ni­vers, le rayon­ne­ment fos­sile par George Gamow en 1965 dans les labo­ra­toires de la Nasa.

Émergence d’une forme supé­rieure d’intelligence

Pour Hubert Reeves, la « belle his­toire », après la très lente for­ma­tion de l’u­ni­vers, ce sont tous les méca­nismes de l’é­vo­lu­tion qui sont inter­ve­nus dans l’ap­pa­ri­tion de l’es­pèce humaine sur la pla­nète, il y a de cela quelque sept mil­lions d’an­nées. De fait, une chose extra­or­di­naire va se pas­ser : un ani­mal, le chim­panzé, va acqué­rir une forme supé­rieure d’in­tel­li­gence annon­çant l’a­vè­ne­ment de l’Homme.

Un évè­ne­ment qui va mal­heu­reu­se­ment inau­gu­rer le début de la « moins belle his­toire » déplo­rera le scien­ti­fique.SérieFondationINP-12 « Avec cette intel­li­gence, nous sommes certes les cham­pions tous azi­muts de l’é­vo­lu­tion mais c’est aussi la cause de nos pro­blèmes ». Et de décrire notam­ment com­ment, en inven­tant des armes de plus en plus per­for­mantes et des tech­niques fan­tas­tiques, l’hu­ma­nité peut cou­rir à sa perte.

Citant l’exemple de la sur­pêche, l’as­tro­phy­si­cien s’in­digne : « nous pêchons aujourd’­hui deux fois plus de pois­sons qu’il ne s’en repro­duit ! Ça veut dire quoi ? Cela veut dire tout sim­ple­ment que nous vidons les océans ».

Prenant d’autres exemples de ravages liés aux acti­vi­tés humaines, Hubert Reeves est for­mel : « nous avons le devoir de gérer tout cela. Si nous ne le fai­sons pas, nous dis­pa­raî­trons ou au, mieux, l’é­tat de la vie sur la Terre devien­dra insup­por­table ». Imaginez qu’à Chongqing, l’une des plus grandes villes de Chine, les petits Chinois ne savent pas que le ciel est bleu, tant la pol­lu­tion cau­sée par les pous­sières de char­bon y est importante…

Le « réveil vert »

« Nous pou­vons dire que nous menons une guerre contre la nature. C’est la crise éco­lo­gique contem­po­raine. Si nous la gagnons, nous sommes per­dus » aver­tit le scien­ti­fique. Et d’as­sé­ner : « nous sommes des sac­ca­geurs de grande classe ! L’intelligence est un cadeau empoi­sonné quand elle est mise au ser­vice du pro­fit immé­diat ».

SérieFondationINP-6

Comme pour adou­cir le trait, Hubert Reeves assure que nous pou­vons encore réagir et reprendre la situa­tion en main. Notamment en revoyant le rôle de l’in­tel­li­gence dans la des­ti­née humaine, en l’in­té­grant dans une concep­tion huma­niste élar­gie englo­bant toute la nature. Et d’é­vo­quer la prise de conscience, le « réveil vert » qui s’est opéré vers 1875 en Californie. « C’est le pre­mier moment où l’on a décidé de créer des asso­cia­tions de pro­tec­tion de la nature s’ap­puyant sur une légis­la­tion ». Ce sera aussi la nais­sance des pre­miers parcs ani­ma­liers, comme le Parc de Yellowstone dans le Yosemite.

Hubert Reeves - Soirée annuelle de la fondation Grenoble INP - © Joël Kermabon - Place Gre'net

Hubert Reeves – Soirée annuelle de la fon­da­tion Grenoble INP – © Joël Kermabon – Place Gre’net

Toutes les confé­rences sur le cli­mat, depuis la pre­mière qui s’est tenue à Rio en 1992, se sont avé­rées déce­vantes avoue Hubert Reeves. « Quand un bilan sur la confé­rence de Rio a pu être pro­duit, nous nous sommes aper­çus qu’à peine 20 % des réso­lu­tions avaient été tenues ! » a t‑il regretté.

« Pour autant, l’im­pact de ces confé­rences ce n’est pas ce qui s’y passe mais l’im­pact « publi­ci­taire » qu’elles ont. C’est ainsi que le mot “éco­lo­gie” est entré dans le voca­bu­laire mon­dial après la confé­rence de Rio, tan­dis que le terme de “bio­di­ver­sité” est né lors de la confé­rence de Nagoya en 2010 ».

Reste que c’est par petits pas que les pro­grès se feront, estime Hubert Reeves, qui conti­nue d’es­pé­rer que la prise de conscience col­lec­tive se dif­fuse de manière virale.

Joël Kermabon

Trois ques­tions à Hubert Reeves

Hubert Reeves a pris le temps de répondre à quelques ques­tions en rela­tion avec la soi­rée et les ini­tia­tives menées par la nou­velle muni­ci­pa­lité éco­lo­giste de Grenoble.

Réalisation JK Production

Les trois piliers du futur

En pre­mière par­tie de soi­rée, les por­teurs des pro­jets sou­te­nus par la fon­da­tion par­te­na­riale Grenoble INP ont pré­senté leurs tra­vaux au par­terre d’in­vi­tés. Une manière de dres­ser le bilan d’une année d’ac­ti­vi­tés résu­mée par ce que la fon­da­tion consi­dère être les « trois piliers du futur » : citoyen­neté, inter­na­tio­nal et excellence.

© Kermabon Joël - Place Gre'net

© Kermabon Joël – Place Gre’net

Des étu­diants de la SenseAcademy Soleni ont notam­ment pu expo­ser leur pro­jet « Innover pour lut­ter contre la pré­ca­rité éner­gé­tique ». Retour en images.

Réalisation JK Production

Une fon­da­tion pour l’excellence

Créée le 28 avril 2010, la fon­da­tion, vise essen­tiel­le­ment à sou­te­nir les pro­jets des écoles et des labo­ra­toires de Grenoble INP, ainsi que de ses cher­cheurs tant en matière d’excellence scien­ti­fique inter­na­tio­nale que d’é­ga­lité des chances. Elle apporte éga­le­ment un sou­tien – finan­cier, de réseaux et de com­pé­tences – aux asso­cia­tions pour des actions en rap­port avec ses valeurs. Ses moyens pro­viennent prin­ci­pa­le­ment du mécé­nat indus­triel ou privé.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La LPO Aura dénonce les arrêtés préfectoraux autorisant la chasse par temps de confinement
Mort d’un vété­tiste en Haute-Savoie : l’“arrêté chasse” du pré­fet de l’Isère de nou­veau dans le viseur des associations

FOCUS – La mort d’un vététiste, tué accidentellement par un chasseur le week-end dernier en Haute-Savoie, replace sous le feu des critiques l’arrêté préfectoral autorisant Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Le bud­get par­ti­ci­pa­tif de Grenoble fait mieux qu’en 2017 avec plus de 1 100 votants au Forum des idées

REPORTAGE VIDÉO - Plus de 1 100 votants ont exprimé leurs préférences lors du Forum des idées  – le nouveau nom de la ruche à projets Lire plus

Imaginer des nouveaux services numériques pour aménager le territoire grenoblois, tel était l’objectif de la 1re édition du Grenoble Civic Lab le 3 octobre.
Outils numé­riques : Grenoble Civic Lab en marche pour “créer la ville de demain”

REPORTAGE VIDÉO - Citoyens, élus et représentants d’entreprises se sont réunis ce mardi 3 octobre à La Belle électrique, à l'occasion du lancement de la première Lire plus

La Frapna, fédération Rhône-Alpes de protection de la nature, craint un désengagement total de la Région dans le financement de ses actions.
Protection de la nature : la Frapna s’inquiète d’un retrait de la Région

EN BREF - En 2016, la Région avait divisé par deux le montant de ses aides aux actions portées par la fédération Rhône-Alpes de protection Lire plus

La loi de finances 2018 prévoit une nouvelle baisse du budget des chambres de commerce et d'industrie. De quoi faire réagir la CCI de Grenoble.
Retour des Innotrophées, pour récom­pen­ser les entre­prises locales les plus innovantes

Les Innotrophées sont de retour pour une huitième édition. Leur ambition : récompenser les innovations les plus marquantes du territoire. Les entreprises intéressées ont jusqu’au Lire plus

Éric Piolle “en Israël et en Palestine” : un voyage sur­prise qui sus­cite l’interrogation

FOCUS - Éric Piolle, maire de Grenoble, accompagné de Bernard Macret, adjoint aux solidarités internationales, est en déplacement en Israël et dans les territoires palestiniens Lire plus

Flash Info

|

28/06

9h18

|

|

27/06

15h07

|

|

27/06

11h44

|

|

27/06

11h06

|

|

27/06

10h59

|

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 36 : « Les dif­fi­cul­tés à exer­cer le métier de jour­na­liste dans cer­tains quartiers »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin