Exposition radio­ac­tive au CEA : Sortir du nucléaire porte plainte

Exposition radio­ac­tive au CEA : Sortir du nucléaire porte plainte

Exposé à une par­ti­cule radio­ac­tive sur un chan­tier de déman­tè­le­ment du CEA le 23 août 2013, l’ex-salarié de D&S a déposé plainte auprès du tri­bu­nal de grande ins­tance de Grenoble. Pour le réseau Sortir du nucléaire, par­tie civile, le tra­vailleur a été irra­dié en rai­son d’insuffisances dans la pré­pa­ra­tion de l’intervention.

Il avait été exposé le 23 août 2013 à une par­ti­cule radio­ac­tive sur un chan­tier de déman­tè­le­ment du CEA de Grenoble. Cet ancien tra­vailleur du nucléaire vient de por­ter plainte auprès du tri­bu­nal de grande ins­tance de Grenoble contre le CEA et son sous-trai­tant, la société D&S. Le tout en lien avec le réseau Sortir du nucléaire, qui s’est porté par­tie civile. L’association dénonce les insuf­fi­sances dans la pré­pa­ra­tion du chan­tier et s’é­tonne du reclas­se­ment de l’in­ci­dent sur­venu sept mois après les faits. 
➔ Pour aller plus loin : télé­char­ger le PDF de la plainte de Sortir du nucléaire.

Exposition à la radioactivité : au CEA, un travailleur, anonyme, de D&S témoigne. De dos sur la photo.  © Véronique Serre - placegrenet.fr

Ce sous-trai­tant du CEA a‑t-il été exposé à une source radio­ac­tive et à quel degré ? © Véronique Serre – pla​ce​gre​net​.fr

L’incident était inter­venu alors que le sala­rié tra­vaillait à déblayer des gra­vats et déchets issus du déman­tè­le­ment du labo­ra­toire d’analyse des maté­riaux acti­vés (Lama). Le tra­vailleur avait alors été exposé à une par­ti­cule radio­ac­tive, com­po­sée majo­ri­tai­re­ment de césium-137, qui n’aurait jamais dû se trou­ver là, comme l’avait confirmé à Place Gre’net, Didier Bordes, le direc­teur du CEA.
Dans un pre­mier temps classé en niveau 2 par l’Institut de radio­pro­tec­tion et de sûreté nucléaire (IRSN) après exper­tise du dosi­mètre pas­sif du tra­vailleur, l’incident avait été reclassé, en mars 2014, en niveau 1 par l’Autorité de sûreté de nucléaire (ASN) *. Pourquoi ce reclas­se­ment ? Pour l’ASN, qui parle « d’exposition pré­su­mée », les mau­vaises condi­tions d’utilisation de l’appareil de mesure de la radio­ac­ti­vité sont en cause.

Déclaration tar­dive de l’incident

Licencié pour faute lourde en octobre 2013, l’ex-sala­rié n’a eu de cesse, depuis, de défendre sa cause et de poin­ter les lacunes dans la pré­pa­ra­tion du chan­tier. Lacunes rele­vées par l’ASN lors d’inspections en sep­tembre 2013… Et poin­tées par Sortir du nucléaire. « Au lieu de pro­té­ger les tra­vailleurs qu’elle emploie, l’industrie nucléaire pré­fère les accu­ser lorsqu’elle se trouve en faute !, dénonce Sortir du nucléaire. Les tra­vailleurs du nucléaire sont les pre­mières vic­times de cette indus­trie ».
Y‑a-t-il eu dépas­se­ment des limites régle­men­taires ? Et pour­quoi l’incident a‑t-il été déclaré si tar­di­ve­ment ? Survenu le 23 août, il avait été offi­ciel­le­ment signalé le 3 sep­tembre 2013. Un délai sur lequel s’in­ter­roge l’association. « Le dosi­mètre n’a fina­le­ment été envoyé au labo­ra­toire que le 28 août, soit plus de cinq jours après l’ir­ra­dia­tion du tra­vailleur qui, pen­dant ce temps, a conti­nué à être envoyé en zone nucléaire, en dépit de ses inquiétudes ».
Patricia Cerinsek
* En rai­son du dépas­se­ment d’une limite régle­men­taire de dose, l’événement avait été classé au niveau 2 de l’échelle inter­na­tio­nale de gra­vité des évé­ne­ments nucléaires et radio­lo­giques (Ines), gra­duée de 0 à 7.
Un ouvrier du nucléaire en tenue de protection contre les radiations irradiéA lire éga­le­ment sur Place Gre’net :
- CEA : un ouvrier exposé à une impor­tante dose radioactive
- CEA : « des gens ont pu être conta­mi­nés avant »
- Salarié irra­dié sur le site du CEA : qui dit vrai ?
- Chantier du CEA : l’in­ci­dent reclassé

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Etien' en train de peindre une une fresque à Galienni lors du Street Art Fest 2021 (c) Ilan Khalifa--Delclos | Place Gre'net
Le Street Art Fest Grenoble-Alpes est-il en dif­fi­culté à cause du « désen­ga­ge­ment » des col­lec­ti­vi­tés publiques ?

FOCUS - Au lendemain de l’annulation de l’événement « Bomb » qui devait ouvrir la 10e édition du Street Art Fest Grenoble-Alpes, le directeur du festival Lire plus

Saisi par les associations Biodiversité sous nos pieds et FNE Isère, le tribunal administratif de Grenoble a suspendu, le 4 octobre 2021, l'arrêté préfectoral autorisant le projet d'extension de la carrière du Peuye, aux Deux-Alpes. © DR
Bourg d’Oisans : le pro­jet d’ins­tal­la­tion de sto­ckage de déchets inertes dans la val­lée du Vénéon au point mort

FOCUS - Contesté par un collectif d'habitants, le projet d'une installation de stockage de déchets inertes (ISDI) dans la vallée du Vénéon se retrouve au Lire plus

Gabriel Ullmann dénonce un mode d'inscription des commissaires-enquêteurs favorisant les parti-pris et les conflits d'intérêt
Enquêtes publiques : vers un « me too des com­mis­saires-enquê­teurs » pour lut­ter contre les conflits d’intérêt ?

FOCUS - Après avoir connu plusieurs déboires finalement suivis de victoires juridiques, le commissaire-enquêteur isérois Gabriel Ullmann dénonce un système qui favorise à ses yeux Lire plus

« Dîner des som­mets » : sommé par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de com­mu­ni­quer la liste des invi­tés, Laurent Wauquiez refuse

EN BREF - Près de deux ans après le “dîner des sommets” organisé en juin 2022, le tribunal administratif de Lyon a sommé Laurent Wauquiez, Lire plus

Chronique Place Gre'net - RCF : La colère de la MJC - Théâtre Prémol
Chronique Place Gre’net – RCF : La colère de la MJC – Théâtre Prémol

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif? Revenir sur une actualité, Lire plus

Rassemblement contre la tansphobie, le dimanche 26 mai 2024 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : plus de 150 per­sonnes ont par­ti­cipé à un ras­sem­ble­ment contre la transphobie

FOCUS - À l'appel du mouvement Contre offensive trans 38 et d'autres associations et collectifs, près de 150 personnes se sont rassemblées rue Félix-Poulat, dimanche Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !